Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 00:54

Alors comme la chair à canon devient une denrée rare sur le territoire américain, et bien on recrute ailleurs. Et le terrain de chasse se trouve actuellement en Georgie. Un pays démocratisé par l'oncle Sam. Voyez un peu la tactique. On aide à apporter la fameuse démocratie étatsunienne, on installe des bases -histoire de marquer son empreinte- et après les soldats n'appartiennent plus à leur pays, ils sont à la solde de Bush, Cheney et consort...

 

 

 

Les États-Unis forment des soldats géorgiens pour les préparer à servir en Irak

 

 

11 décembre 2005

 

 

 

 

Une vingtaine de soldats tirent sur une foule en colère et un homme qui a lancé une grenade sur eux. Mais leurs fusils sont chargés à blanc : il s’agit d’un exercice organisé par l’armée américaine pour préparer les soldats géorgiens à servir en Irak.

«Ils ont tiré sur la foule. C’est mal parti », commente le lieutenant Roberto Ingham, tandis que d’autres instructeurs américains évaluent le bilan probable d’un tel comportement : deux des 538 soldats géorgiens formés pour servir dans la coalition, ainsi que de nombreux civils, auraient été tués.


Il s’agit de l’une des nombreuses mises en situation auxquelles sont soumis cette semaine les soldats géorgiens qui doivent se rendre en Irak l’an prochain.


Les États-Unis, toujours plus présents dans le Caucase, région stratégique et ancien pré carré de Moscou, ont considérablement renforcé leur coopération militaire avec la Géorgie et l’Azerbaïdjan au nom de la lutte contre le terrorisme.


« Les Géorgiens participent à la guerre contre le terrorisme. Ils y jouent un rôle réel », soutient l’ambassadeur des États-Unis à Tbilissi, John Tefft, présent sur l’ancienne base aérienne soviétique près de la capitale géorgienne où a lieu l’entraînement.


Cette formation a pour objectif de donner aux militaires géorgiens des outils pour leur permettre de travailler avec les forces de l’Alliance atlantique, une organisation à laquelle Tbilissi espère adhérer dans un avenir proche. « Nous essayons de leur faire oublier la logique militaire russe », explique un porte-parole de l’armée américaine, le sergent-chef Jonathan Moor.


Les instructeurs américains ont formé près de 3 000 militaires géorgiens, soit un soldat sur cinq, depuis le début du programme en 2002.


Situé entre la Russie et l’Iran, le Caucase est une région stratégique convoitée par les États-Unis qui souhaitent s’en servir comme base logistique pour des opérations de l’OTAN en Afghanistan et ailleurs, mais également en raison de la proximité des gigantesques réserves en hydrocarbures de la mer Caspienne.


Au total, les États-Unis ont dépensé plus de 250 millions de dollars en aide militaire à la Géorgie et à l’Azerbaïdjan voisin, où ils ont formé les gardes-côtes et construit des radars près des frontières avec l’Iran et la Russie.


L’un des grands enjeux régionaux est d’assurer la sécurité de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC), un projet de quatre milliards de dollars appuyé par Washington et qui doit commencer sous peu à pomper le pétrole de la Caspienne vers les marchés occidentaux. « C’est très important pour les États-Unis et pour l’Europe, compte tenu de la quantité énorme de gaz et de pétrole que peut transporter » le BTC, affirme M. Tefft.


La Géorgie qui, comme l’Azerbaïdjan, est aux prises avec des conflits séparatistes non résolus, a volontiers participé aux côtés des Américains à des missions en Afghanistan et en Irak afin que ses troupes acquièrent de l’expérience, estiment des observateurs. « Grâce aux Américains, nos gars s’habituent aux conflits modernes, au terrorisme et à la guérilla », affirme Alex Rondeli, directeur de la Fondation géorgienne d’études stratégiques et internationales. Les États-Unis ont pris soin de souligner cependant qu’ils ne soutenaient qu’un règlement pacifique des conflits entre Tbilissi et les autorités séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.

 

Sources : LORIENT LE JOUR

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans INGERENCE USA-DEMOCRATISATION
commenter cet article

commentaires