Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 00:57

Où l'on apprend sur la presse russe que l'Ukraine, la Georgie et la Moldavie -après les propos tenus à Vilnius- peuvent s'attendre à des représailles si elles quittent la CEI. Comme quoi Cheney aurait mieux fait de s'abstenir.

 

 

Des politiques russes promettent des problèmes économiques à l'Ukraine et à la Géorgie

 

 

Kommersant

 

Ria Novosti - 6 mai 2006 - Kiev a suivi l'exemple de Tbilissi, annonçant que l'Ukraine étudie sérieusement l'utilité de sa participation à la CEI. En réponse aux initiatives désintégrationnistes des leaders des "révolutions colorées", certains politiques russes ont promis des problèmes économiques à l'Ukraine et à la Géorgie.

 

Le chef du comité de la Douma pour les affaires de la CEI, Vadim Goustov, prédit à l'Ukraine un chômage énorme, une révision des relations économiques et une nouvelle hausse des prix des ressources énergétiques. "L'économie ukrainienne est orientée vers la Russie qui est le principal marché des produits ukrainiens. En Europe, nul n'en a besoin. Où pourrait-elle les vendre, une fois sortie de la CEI? Voilà la question", a-t-il déclaré.

Les déclarations critiques qui se sont fait entendre à Vilnius à l'adresse de la Russie sont, à son avis, un retour à la "guerre froide" : "En fait c'est un grand jeu politique dont l'objectif est de créer un cordon sanitaire autour de la Russie et l'Ukraine s'est laissée entraîner dans ce jeu".

 

Le chef du comité des affaires internationales de la Douma, Konstantin Kossatchev, estime que Kiev et Tbilissi s'emploient à aggraver les relations avec la Russie pour accélérer leur intégration dans les structures ouest-européennes et transatlantiques. "Compter pouvoir faciliter ainsi leur intégration, c'est prendre ses désirs pour des réalités. Personne dans ces structures n'attend ni la Géorgie, ni l'Ukraine", affirme avec certitude M.Kossatchev.

Les commentaires des parlementaires russes ne sont qu'un avertissement oral. La Russie a déjà plus d'une fois montré comment elle traite des voisins peu conciliant. La "guerre du gaz" contre l'Ukraine et les "guerres commerciales" contre la Moldavie et la Géorgie ne sont que quelques-uns des outils de pression politique sur les contradicteurs. Si l'Ukraine décide de divorcer d'avec la CEI, Moscou peut annuler le régime de faveur accordé il y a deux ans aux Ukrainiens qui sont actuellement autorisés à séjourner en Russie pendant trois mois sans se faire enregistrer. Des mesures de ce genre peuvent créer à Kiev beaucoup plus d'ennuis que la "guerre du vin" à Tbilissi.

 

Sources :  RIA NOVOSTI

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans INGERENCE USA-DEMOCRATISATION
commenter cet article

commentaires