Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 01:49

Nous aussi, nous appelons les militaires français à déserter l'Afghanistan, la Côte d'Ivoire, et partout où on les envoie réprimer des civils. Là, nest pas la Mission de la France ! Et sa Mission n'est pas non plus de couvrir les terroristes salafistes qui perpètrent les crimes en Syrie, crimes attribués par  Fabius à Assad. Jusqu'à quand va-t-il mentir ? Est-ce pour cela qu'il est devenu ministre ? Et les promesses de Hollande où sont-elles ? Lui qui se voulait le parangon de la Justice, de la Démocratie et de la Liberté dans le monde. Qu'en est-il pour la Syrie ? Quand va-t-il parler des atrocités perpétrées par ses amis salafistes ? Ah elle est belle son Armée Libre de Syrie ? Une armée de crapules et de canailles !

 

Nous souhaitons de tout coeur à Fabius et à Hollande que ces hordes barbares débarquent en France lors de prochaines manifestations.  Nous leur souhaitons de connaître le même sort qu'Assad. Qu'ils se disent bien que l'on ne peut pas semer le poison dans un pays et participer à des assassinats sans en récolter les fruits.

 

Est-ce pour cela qu'ils ont été élus ? Pour pactiser avec les terroristes et semer la mort en Syrie ? La France est déjà bien sale et salie, mais là elle est complètement déshonorée. Nous prophétisons à Hollande et à Fabius que chaque goutte de sang syrien versé par les crapules salafistes wahhabites leur retombera sur le dos. La Libye n'a pas suffi. Il leur faut encore la Syrie. Et après, à qui le tour ?

 

"La France se félicite de la défection du colonel Hassan Hammadeh et salue ce geste courageux" a déclaré sans honte Bernard Valero. Voir ICI sur le site du gouvernement. C'est le monde à l'envers. On appelle "geste courageux" une traîtrise envers la Nation. Voilà les grandes valeurs de ce gouvernement. Imaginons que les pilotes auraient fait la même chose lors de la dernière guerre chez nous, quel aurait été leur sort ? Comment les aurait-on appelés ? Des TRAÎTRES A LA PATRIE. D'ailleurs, il faut remarquer que ce Déserteur ne s'est pas acoquiné avec l'Armée de Crapules Libres de Syrie et pour cause... quand on sait ce qu'ils font aux soldats, et le Traître a dû voir des vidéos, il vaut mieux éviter de croiser leur chemin.

 

Continuons sur les paroles de Valero : « Le colonel Hassan Hammadeh rejoint la liste des officiers, sous-officiers et hommes du rang de l'armée syrienne qui depuis 15 mois sont de plus en plus nombreux à faire le choix de la dignité et de la lutte pour la liberté face à la barbarie du régime syrien »... ah ! Propagande quand tu nous tiens ! Malheureusement, la réalité est moins idyllique que ce que nous raconte ce gouvernement. Il y a bien sûr quelques traîtres qui ont déserté, souvent sunnites et salafistes, mais la majorité des pseudos-soldats que vous voyez exhiber fièrement leur carte de militaire sont en réalité des terroristes déguisés en soldats syriens. Car là repose l'astuce ou la rouerie des salafistes d'Al Qaïda. Les soldats capturés sont d'abord torturés, puis filmés et obligés de dire ce qu'on leur oblige à dire. Puis avant de les exécuter de la plus ignoble des façons, ces infâmes prennent leur tenue militaire. Puis ensuite ces crapules commettent des crimes vêtus des habits militaires syriens... le reste n'est pas difficile à deviner. Les atrocités commises sont attribuées aux soldats d'Assad.

 

Voyez la video ICI, et admirez la mise en scène macabre de ces assassins qui exhibent les cadavres de ces pauvres soldats dénudés comme s'ils étaient fiers de ces "trophées". Voyez la pause qu'ils leur ont fait prendre. Et nul doute qu'ensuite, les corps auront été découpés et mutilés à la machette ou au sabre dans une rage folle selon leur coûtume.

 

Franchement que faut-il être pour se commettre dans de telles ignominies ? Qu'en pensent Fabius et Hollande ? Que diraient-ils si pareil sort était réservé aux soldats capturés en Afghanistan ? Ceci dit, cela est déjà arrivé voilà quelques années, mais on a gardé le silence en France pour ne pas que les gens soient choqués. Tandis que là, l'exhibition a lieu sur des centaines de chaines youtube où les terroristes montrent toutes leurs atrocités attribuées, bien entendu, à Assad. Voici un exemple ICI

 

 Il faut le faire, vous savez... mais il faut surtout, être rendu bien bas pour en arriver là. Torturer et massacrer des innocents dans le seul but de prouver qu'Assad est un dictateur sanguinaire, cela dépasse l'entendement. Tout comme les propos de Valero qui ment en affirmant que "les soldats syriens sont de plus en plus nombreux à faire le choix de la dignité et de la lutte pour la liberté face à la barbarie du régime." De qui se moque-t-on ? Qui sont les barbares ? Ceux qui perpètrent ces atrocités ou ceux qui combattent cette peste noire ? Car c'en est bien une. Et  cette racaille criminelle, le régime français n'en pipe mot. Bien au contraire, il camoufle leur présence en Syrie.  Rien que de savoir que ce gouvernement couvre ces innommables, cela nous met le sang par terre. Car, dites-vous bien que les Syriens sont complètement terrorisés par ces hordes et qu'ils souhaitent la présence de leurs soldats dans toutes les rues pour les protéger de ces individus qui n'ont rien d'humain. Aussi, quand on entend Valero dire :

 

« En refusant d'être les acteurs de la répression mise en oeuvre par Bachar al-Assad ces défecteurs méritent notre reconnaissance et celle du peuple syrien »

 

Nous disons à Valero d'aller demander au Peuple Syrien resté en Syrie, lui, ce qu'il pense de ses propos outranciers qui sont une honte, justement, pour le Peuple Syrien. Tout dans ce discours mensonger nous répugne. Et nous souhaitons vraiment que le couteau se retourne contre ceux qui l'ont planté dans le coeur des Syriens qui subissent tant de malheurs et de souffrance par la faute de ces indignes dirigeants français qui veulent la peau d'Assad. Elle est belle leur démocratie ! Faut-il être laid en son âme et conscience pour se livrer à de pareilles manipulations et à de pareils crimes. Qu'ils contemplent bien les oeuvres atroces de leurs sordides protégés. Qu'ils continuent de les couvrir et de se servir de notre argent pour les aider à perpétrer leurs exactions. Mais qu'ils sachent bien également qu'il existe une Justice Immanente à laquelle ils n'échapperont point s'ils continuent sur cette lancée.  

 

 

Paris appelle les militaires syriens à déserter

 

 

 

La France a appelé vendredi les membres de l'armée et des forces de sécurité syriennes à déserter, au lendemain de la défection d'un pilote qui a atterri en Jordanie. «La France se félicite de la défection du colonel Hassan Hammadeh et salue ce geste courageux», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, en référence au pilote qui a atterri en Jordanie jeudi aux commandes de son avion de chasse MiG-21 et demandé l'asile politique.

 

«Le colonel Hassan Hammadeh rejoint la liste des officiers, sous-officiers et hommes du rang de l'armée syrienne qui depuis 15 mois sont de plus en plus nombreux à faire le choix de la dignité et de la lutte pour la liberté face à la barbarie du régime syrien», a-t-il ajouté. «En refusant d'être les acteurs de la répression mise en oeuvre par Bachar al-Assad ces défecteurs méritent notre reconnaissance et celle du peuple syrien», a souligné Bernard Valero.

«Cette défection d'hier nous amène à appeler les membres de l'armée et des forces de sécurité syrienne à poursuivre ces défections, ces désertions et à ne plus obéir aux ordres criminels du régime de Damas», a-t-il poursuivi. Le ministère syrien de la Défense a estimé que le colonel était «un déserteur et un traître à la nation» et promis qu'il serait sanctionné, tout en faisant état de «contacts» avec la Jordanie en vue d'une restitution de l'avion.

Les Etats-Unis ont eux salué cette défection, jugeant que «c'est certainement un moment très important, lorsqu'un homme décide de prendre un avion à 25 millions de dollars et de s'envoler vers un autre pays». Depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en mars 2011, la répression de la révolte et les combats entre rebelles et forces gouvernementales ont fait plus de 14 100 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH.)

Sources LE PARISIEN

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans FABIUS SYRIE
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 20:10

La Vie ne vaut pas cher en Syrie. On devrait y parachuter incognito Hollande et Fabius, ainsi ils verraient de visu qui tue les Syriens, mais, de surcroît, ils ne pourraient plus nier l'existence de ces atroces sanguinaires ou les camoufler, comme ils le font à présent.

 

Parce qu'ils savent très bien que ces hordes existent, la preuve étant qu'ils les aident et, nous reparlerons avec plus de précision des "50 soldats" français qui ont disparu au Liban alors qu'ils devaient "soit-disant" rejoindre la Finul. Nous allons demander des comptes sur cet envoi militaire payé avec l'argent du contribuable Français. Nous voilà devenus, par procuration, les complices des terroristes d'Al Qaïda, c'est-à-dire des pires assassins existants sur la planète. Des égorgeurs, des violeurs, des coupeurs de tête.

 

Vous pouvez visionner leurs oeuvres sur des centaines de chaînes Youtube où ils ont pignon sur rue. Ils montrent les victimes qu'ils ont massacré de la plus ignoble des façons et attribuent ces massacres aux soldats d'Assad. De la boucherie à l'état pur qu'ils prennent plaisir à filmer et à commenter.

 

Vous entendrez le commentaire dans cette video qui n'est pas "sanglante", nous n'en poserons d'ailleurs aucune ici, mais nous vous donnerons les liens où vous pourrez les voir. Dans cette video, donc, on voit un homme qui marche dans la nuit, devant les phares de leur voiture, puis ils le tirent comme un lapin, alors qu'il est de dos. Et nul doute qu'avant de le laisser filer pour l'abattre, il a dû passer un sale quart d'heure. Ceci prouve le grand courage de ces vermines. Comme raison, ils disent que c'est un Shabiha, leur grand mot, leur grande invention.

 

Mais la vraie raison, c'est qu'il faut qu'il y ait des victimes pour incriminer Assad.

 

 

 

Si cette video disparaît de youtube, vous pourrez la visionner ICI.

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 19:40

  Ceux qui croient que l'Elu des Frères Musulmans, Mohamed Morsi, n'est qu'une potiche, risquent fort de déchanter d'ici quelques temps. En effet, les "Frères" représentent une Force Terrible au niveau du Peuple Egyptien qui leur est favorable à 75 % et ils ont avec eux, les Salafistes. Certes, ils ont "soit-disant" remplacé les deux sabres croisés par deux mains jointes autour d'un motte de terre, mais que ne feraient pas les islamistes radicaux pour paraître "démocrates" et pratiquer ainsi l'infiltration.

 

 Logo officiel des Frères Musulmans

 

Comme nous le savons, les symboles utilisés sont très împortants dans ce monde. Ainsi, voici l'emblème de l'Arabie Saoudite dont la seule religion tolérée est le Salafisme Wahhabite...

 

 

 

Ceci est assez révélateur. Car, on nous présente Mohamed Morsi à la tête du mouvement politique Le Parti de la Liberté et de la Justice. Parti créé en février 2011 qui est une sorte de vitrine où n'apparaissent pas l'expression Les Frères Musulmans. Qui peut être dupe de la manigance ?

 

Il ne faut pas oublier que le Conseil Suprême des Forces Armées égyptien voulait interdire les "partis religieux" d'où il s'en est suivi un "toilettage" visant à faire semblant de rendre "laïc" ce qui est religieusement islamiste. Ne peut-on voir là un habile tour de passe-passe ? D'autant qu'ils ont bien l'intention d'imposer la charia comme base de la Future Constitution. Où se situe la laïcité là dedans ?

 

Nous dirons que Les Frères Musulmans ont très bien manoeuvré. Acceptant d'une part les financements US, histoire de faire croire qu'ils sont les alliés de l'Impérialisme occidental, et d'un autre côté ne refusant pas ceux de l'Arabie Saoudite, donc du Salafisme Wahhabite.

 

Nous voilà donc en face d'un étrange "animal" semblant occidentalisé pour appâter les couillons et en même temps salafisé pour poser les bases d'un islam radical. Or, c'est ce dernier point, seul, qui les intéresse.

 

D'autre part, comme nous l'avons déjà exprimé, il est quand même curieux qu'Obama ait obligé Mubarak à laisser la place en sachant très bien qu'il était un grand Allié du régime israélien. Et que l'on se retrouve avec des Islamistes au pouvoir en Egypte, tout comme en Libye qui prend le même chemin, et que l'on compte faire la même chose en Syrie et en Jordanie où les Frères Musulmans sont très actifs à fomenter une nouvelle "révolution".

 

Donc, si l'on comprend bien, le but du jeu -pour Obama-Brzezinski- est d'entourer Israël de pays dont les dirigeants seront des Islamistes purs et durs. Il y a sans doute une raison à cela. Et pour ce faire, l'on se sert de tueurs salafistes, comme en Syrie, pour perpétrer crimes, exactions, attentats odieux, ruiner une Nation et abattre son chef.

 

Doit-on penser que les salafistes wahhabites sont les bras armés des Frères Musulmans ? Tout porte à le croire. Sinon, ils dénonceraient les actes abominables de ces assassins.

 

D'autre part, il faut bien se rendre compte également que si, entre Morsi et l'Armée, les choses tournaient mal, notre Frère Musulman n'aurait aucun mal à rassembler des millions de manifestants pour mettre le chaos en Egypte et faire plier les militaires. Rien n'est laissé au hasard...

 

 

 

La junte égyptienne installe l’islamiste Morsi comme potiche à la présidence

 

 

Par Barry Grey

 

 

La commission suprême de l’élection présidentielle d’Egypte a proclamé dimanche Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans (FM), vainqueur du dernier tour de l’élection présidentielle qui s’est tenu il y a une semaine dans le contexte d'un coup d’Etat militaire perpétré par le Conseil suprême des Forces armées (CSFA).

 

L’annonce a été faite après un délai de trois jours durant lequel des dizaines de milliers de gens, pour la plupart des partisans des FM, ont envahi la Place Tahrir au Caire pour dénoncer la prise de pouvoirs dictatoriaux par l'armée et la menace que le CSFA falsifie les résultats électoraux et remette la présidence à son candidat favori, l’ancien commandant en chef des Forces aériennes, Ahmed Chafiq, dernier premier ministre du dictateur déchu Hosni Moubarak.

 

Des milliers s’étaient rassemblés sur la place dimanche pour attendre l’annonce alors que des troupes étaient en état d'alerte, prêtes à réprimer l'éruption de colère attendue dans le cas d’une décision en faveur de Chafiq.

 

La semaine passée, la junte avait menacé de frapper d’une « main de fer » les m anifestants, stationnant des troupes et des véhicules blindés devant les bureaux de la commission électorale, le bâtiment vide du parlement et d’autres bureaux publics au Caire. Dans le même temps, d’intenses négociations en coulisse étaient engagées entre le CSFA et les Frères musulmans au sujet d’un accord visant à conférer à Morsi la présidence, en grande partie impuissante, en échange de l’acceptation par les Islamistes de la prise de pouvoirs dictatoriaux par l’armée.

 

Mohamed ElBaradei, ancien directeur général de l’Agence internationale à l’énergie atomique était manifestement impliqué dans la conclusion de l’accord. Suite à des reportages selon lesquels il était en négociation avec les FM au sujet d’un éventuel poste ministériel, il a rencontré samedi soir le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, le chef du CSFA.

 

C’était un secret de polichinelle que l’annonce de la commission électorale serait déterminée par l’issue de ces pourparlers, et pas par les résultats du vote du dernier tour des élections présidentielles.

 

Finalement, la commission a déclaré que Morsi avait gagné les élections avec 51,7 pour cent des voix contre 48,3 pour cent pour Chafiq, soit une différence de quelque 900.000 voix. Elle a précisé que la participation au deuxième tour avait été de 51,6 pour cent, contre le chiffre même plus faible de 46 pour cent au premier tour des élections.

 

L’abstention de masse est le reflet du manque d’enthousiasme au sein de la classe ouvrière pour les deux candidatsChafiq, un vestige du régime détesté de Moubarak, et Morsi, le porte-parole d’un parti islamiste droitier pro-capitaliste représentant les intérêts de sections de la bourgeoisie et des couches plus riches de la classe moyenne.

 

Peu après l’annonce faite par la commission électorale, Tantaoui a félicité Morsi, qui devrait prendre ses fonctions le 1er juillet. Il le fera dans une situation où les généraux ont dissout le parlement et l’assemblée constituante, décrété de fait la loi martiale, et se sont arrogé les pleins pouvoirs sur les questions législatives et budgétaires, les agences de sécurité et militaire, et la formation de l’assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution.

 

Ce simulacre de démocratie, résultat d’un accord entre des factions rivales de l’élite dirigeante qui a exclu l’opinion et les intérêts de la grande masse des Egyptiens, a été immédiatement salué par Washington et les autres puissances impérialistes en tant que fait marquant de la « transition démocratique » qui est supposée être mise en place sous le régime autoritaire des généraux du CSFA.

 

La Maison Blanche d’Obama a félicité Morsi et le peuple égyptien pour « cette étape importante franchie dans la transition vers la démocratie. » Dans le même temps, elle a mis en garde le président nouvellement élu de ne pas défier la réalité politique dominée par l’impérialisme américain dans la région, dont le traité de paix crucial signé en 1979 entre l’Egypte et Israël. « Nous pensons qu’il est essentiel que le gouvernement égyptien continue de remplir le rôle de pilier de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la région, » a déclaré la Maison Blanche.

 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a dit, « Le peuple d’Egypte a élu un nouveau président. Je le félicite lui et eux pour le résultat et le processus pacifique. »

 

Cette tentative de masquer la réalité d’une dictature militaire et de permettre aux généraux de préparer une répression massive contre un nouveau mouvement de la classe ouvrière est soutenu par l’ensemble de l’establishment politique en Egypte, allant des Islamistes « modérés » aux libéraux en passant par diverses organisations pseudo-gauches de la classe moyenne. Ces dernières se sont carrément rangées derrière Morsi et les Frères musulmans.

 

Vendredi dernier, après deux jours de réunion avec des dissidents islamistes libéraux des FM, des nasséristes séculiers et les représentants du Mouvement de la Jeunesse du 6 avril, Morsi a tenu une conférence de presse lors de laquelle il a annoncé la formation d’un front national. Il a promis de nommer un premier ministre n'appartenant pas aux FM et d'attribuer d’autres postes ministériels à des représentants de « forces nationales » non islamistes.

 

Dimanche, après l’annonce de la commission électorale, les Socialistes révolutionnaires (SR) ont publié un communiqué déclarant que l’élection de Morsi était « une victoire révolutionnaire significative. » Depuis que le mouvement révolutionnaire centré sur la classe ouvrière a renversé la dictature de Moubarak soutenue par les Etats-Unis en février 2011, les SR cherchent à donner de la crédibilité à l’affirmation que l’armée préside une « transition démocratique. » Parallèlement, ils ont collaboré avec les Frères musulmans pour bloquer l’émergence d’un mouvement indépendant de la classe ouvrière pour renverser la junte et la remplacer par un Etat ouvrier luttant pour le socialisme.

 

Dans leur communiqué de dimanche, les SR ont réitéré leur soutien à la « transition démocratique » non existante, malgré la prise de pouvoirs dictatoriaux par l’armée. Ils ont dit, en parlant de la mise en place de Morsi : « Une fois de plus les masses ont montré qu’elles étaient encore capables de modifier les projets de l’armée contre-révolutionnaire, et la légitimité révolutionnaire est encore capable d’extraire des avantages et des lois révolutionnaires. »

 

Ceci est la continuation du rôle contre-révolutionnaire joué par les SR et d’autres organisations pseudo-gauches, tel le Parti de l’Alliance populaire socialiste (PAPS), le Parti socialiste égyptien et le Parti communiste d’Egypte, la plupart desquels ont signé une promesse de soutenir la constitution égyptienne de 1971 et d’approuver le rôle joué par l’armée dans la vie politique égyptienne, quelques jours à peine avant que le CSFA ne dissolve le parlement et l’assemblée constitutionnelle en proclamant la loi martiale.

 

La fonction primordiale de Morsi sera de collaborer avec l’armée dans le déchaînement de la violence contre un nouveau mouvement de la classe ouvrière. Toutes les factions de l’establishment bourgeois, y compris son flanc de « gauche » au sein des SR et de groupes identiques, redoutent qu'un nouveau mouvement de la classe ouvrière renverse l’Etat égyptien et ouvre l’ensemble de la région à la révolution de la classe ouvrière.

 

Tard dimanche soir, lors d’un discours télévisé et retransmis nationalement, Morsi s’est engagé à prêter serment devant les députés siégeant au parlement et non devant la Cour constitutionnelle suprême comme l’avaient statué les généraux du CSFA. Cette décision, une des exigences figurant dans le communiqué des SR, était une tentative de fournir une feuille de vigne en guise de défiance d'une abjecte déclaration de subordination à l’armée égyptienne et à l’impérialisme américain.

 

Déclarant que « l’unité nationale » est « le seul moyen pour sortir l’Egypte de cette crise difficile, » le président élu, éduqué aux Etats-Unis, a exprimé sa gratitude et son admiration pour l’armée, la police, les juges et les autres responsables gouvernementaux pour leur travail « au nom de la nation. » Il a dit, « Je dois leur rendre hommage parce qu’ils ont un rôle à jouer à l’avenir. »

 

Puis, s’inclinant devant les Etats-Unis et Israël, il a dit « nous respecterons tous les accords nationaux et internationaux. »

 

La politique pro-capitaliste et pro-impérialiste des Frères musulmans a pu se voir lors d’une interview amicale avec le chef de l’organisation, l’homme d’affaires multimillionnaire, Khairat el-Shater, publiée samedi par le Wall Street Journal. En disant clairement qu’il préconisait des réformes économiques de libre marché, Shater a dit, « Notre vision économique est proche d’un capitalisme modifié. »

 

Il a poursuivi en déclarant que la priorité des Frères musulmans était un « partenariat stratégique » étroit avec les Etats-Unis.

 

Une clé du rôle fondamental que les Frères musulmans cherchent à jouer en prenant pied dans l’appareil d’Etat, est fournie par l’article 53b du décret constitutionnel publié par le CSFA qui s’arroge des pouvoirs dictatoriaux. L’article stipule : « Si le pays est confronté à des troubles internes nécessitant l’intervention des forces armées, le président est habilité à publier une décision pour commanditer les forces armées — avec l’approbation du CSFA — à assurer la sécurité et à défendre les biens publics. »

 

Voir aussi:

 

La junte égyptienne fomente un coup d’Etat contre le parlement

[18 juin 2012]

 

Les élections présidentielles égyptiennes démasquent l’ex-gauche bourgeoise

[16 juin 2012]

 

Egyptian Revolutionary Socialists’ reaction to army coup: Complacency and tacit support (en anglais uniquement)

[16 juin 2012]

 

 

(Article original paru le 25 juin 2012)

 

SOURCES WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LE DANGER DU SALAFISME
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:11

Ceci serait un coup du "Mossad" que cela ne nous étonnerait pas... le PKK a bon dos.

 

 

 

Turquie: Une explosion interrompt l'approvisionnement de gaz iranien

 

 

ANKARA - Une explosion survenue dans la nuit de mercredi à jeudi a endommagé un gazoduc irano-turc dans la province d'Agri (est de la Turquie), frontalière de l'Iran, provoquant une coupure de l'appprovisionnement turc, a rapporté l'agence turque Anatolie.

La déflagration est survenue vers 23H00 GMT et la gendarmerie mène une enquête sur sa cause. Il faudra quatre à 5 jours pour réparer le conduit, durant lesquels la Turquie sera privée de gaz iranien, indique l'agence, citant des sources au ministère de l'Energie.

Dans le passé, les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont revendiqué des attentats à la bombe contre ce gazoduc.

La Turquie reçoit en moyenne 27 millions de mètres cubes de gaz par jour du gazoduc iranien, qui relie la ville de Tabriz (nord-ouest de l'Iran) à Ankara, selon Anatolie.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par Ankara et de nombreux pays, mène depuis 27 ans des actions armées pour obtenir l'autonomie du sud-est et de l'est de la Turquie, à majorité kurde. Le conflit kurde a fait plus de 45.000 morts, selon l'armée.

SOURCES ROMANDIE

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans TURQUIE
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 07:19

 

 

 

Fabius accuse Assad sans preuves et oublie son implication dans l'affaire du sang contaminé

 

 

 

La mémoire courte...

 

Fabius se dit horrifé des crimes perpétrés en Syrie, qu'il attribue à son président, sans aucune preuve, mais devient amnésique quand il s'agit des morts dus au sang contaminé quand il était premier ministre.

 

France: la justice referme le dossier du sang contaminé

 

Par Alex Lefebvre

 

28 juin 2003

 

WSWS

 

 

 

 

 

Avec la confirmation le 18 juin d'un non-lieu général sur le dossier du sang contaminé, la cour de cassation a achevé l'étouffement officiel du scandale du sang contaminé, un des crimes les plus horrifiants du gouvernement Socialiste (PS) du début des années 1980. L'aspect politiquement explosif de ce crime social provenait non seulement de la colère justifiée des familles des victimes, mais aussi du fait qu'il compromettait des membres des plus hauts milieux politiques et patronaux.


De 1983 à 1985 les chefs du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) ont sciemment laissé écouler des stocks de sang non-chauffé qu'ils savaient être contaminés par le virus du sida. Ces transfusions empoisonnées ont fait plus de 4.000 victimes, surtout parmi la population hémophile en France. On enquête toujours sur la possibilité que des stocks de sang contaminé aient été envoyés à d'autres pays, notamment la Tunisie, où ils auraient fait davantage de victimes.


Selon Patrice et Agnès Gaudin, parents de deux enfants, contaminés à 5 et 8 ans et décédés à 11 et 15 ans, «On s'est servi d'eux comme de cobayes en les perfusant deux fois par semaine, alors que leur hémophilie ne nécessitait qu'un traitement une fois par mois. De 1983 à 1985, ils savaient que les produits sanguins étaient contaminés à 45%, 60% puis 100%».


La justice française a même établi que les chefs du CNTS savaient que les stocks de sang contaminés étaient mortifères en mai 1985, mais qu'ils ont continué à les commercialiser jusqu'en octobre 1985. Ceci était la principale preuve qui a permis en 1992 la condamnation à 4 ans de prison et l'incarcération de Michel Garretta, chef du CNTS en 1985. On a également condamné son collaborateur Jean-Pierre Allain, l'ex-directeur général de la santé Jacques Roux et l'ancien directeur du Laboratoire national de la santé Jacques Roux.


Bien que le haut personnel médical français ait été le plus durement sanctionné lors des procédures judiciaires, le gouvernement PS de l'époque, dirigé par Laurent Fabius, porte une part égale sinon supérieure de responsabilité.


Il a organisé le blocage de la mise en place d'un test de dépistage développé par la société américaine Abbott, pour ne pas désavantager la société française Pasteur, qui était sur le point de lancer son propre test de dépistage. Fabius, actuellement numéro deux du Parti Socialiste et chef de file de son aile ouvertement néo-libérale, est le candidat présumé du Parti Socialiste aux prochaines élections présidentielles.


Les poursuites judiciaires contre des ministres du gouvernement Fabius (Fabius lui-même, le ministre des affaires sociales Georgina Dufoix et le ministre de la santé Edmond Hervé) se sont prolongées le long des années 1990. La Haute Cour de justice a classé sans suite la première poursuite en justice des ministres en 1992-3, mais l'Association française des hémophiles a ouvert une nouvelle procédure en 1994 dans la Cour de justice de la République, composée de 3 juges et 23 législateurs.


En mars 1999 celle-ci a acquitté Fabius et Dufoix, reconnaissant Hervé coupable d'homicides et blessures involontaires mais le dispensant de toute peine. Un sénateur socialiste, François Autain, a créé un scandale en affirmant avoir voté avec tous ses collègues Socialistes pour la non-culpabilité des inculpés parce que le jugement était «un jugement politique».


La juge Marie-Odile Bertella-Geffroy a clos son instruction en mai 1999, mettant en examen 7 personnes pour empoisonnement et 23 pour homicides involontaires. Elle poursuivait entre autres Laurent Schweitzer, ancien adjoint de Fabius et actuel PDG de Renault, et les conseillers ministériels d'Edmond Hervé. En juillet 2002 la cour d'appel de Paris a rendu un non-lieu général dans le volet non-ministériel de l'affaire, que la cour de cassation vient de confirmer.


Le jugement de la cour de cassation s'appuie largement sur la loi du sénateur Pierre Fauchon (UDF, centre-droite) du 10 juillet 2000, qui a modifié le code pénal pour exiger un niveau très élevé de preuves pour poursuivre les délits non intentionnels. A présent il faut démontrer une « faute caractérisée » d'une « particulière gravité ».


Quand l'Assemblée nationale a passé la loi, on la considérait déjà comme une amnistie légiférée pour le scandale du sang contaminé. Ainsi Olivier Duplessis, président de l'Association française des transfusés, a écrit une lettre à François Hollande, alors président du PS, dénonçant une loi «qui instaure une justice à deux vitesses en faveur des hauts responsables, en particulier politiques, pénalisant les acteurs subalternes, dont les fautes, bien que 'directes,' ne sont souvent que les conséquences impuissantes des décisions des acteurs dits 'indirects'».


La décision de la cour de cassation d'étouffer le scandale se traduit par une décision au langage insultant et altier. Face à une conspiration qui a duré pendant des années, et que la justice elle-même a reconnu avoir duré pendant des mois, l'avocate générale Dominique Commaret a affirmé que «la justice pénale n'a pas pour vocation de désigner un coupable pour tous les accidents de la vie».


Le caractère essentiel pour la déclaration de non-lieu de l'application de la loi Fauchon se voit dans le traitement des conseillers ministériels d'Edmond Hervé. Si en 1999 il y avait suffisamment de preuves pour condamner le ministre, ses conseillers, comme le reste des accusés, échappent à la condamnation en 2003. Selon la justice, «dans l'incertitude sur l'existence d'un lien de causalité entre les fautes reprochées et le dommage, les manquements des responsables des cabinets ministériels, des membres du CNTS et du directeur du Laboratoire national de la santé ne peuvent être incriminés».


Emmanuel Piwnica, avocat de Laurent Schweitzer, a adopté un ton plus cru. «Le pénal n'est pas un jouet», a-t-il sermonné. «Il ne règlera ni les problèmes de santé publique ni la souffrance des victimes».


Les familles des victimes qui étaient présentes lors de la décision ou à l'extérieur ont crié leur colère et leur frustration. Le journaliste duMonde a décrit la scène ainsi: «Les familles des victimes crient, tandis que la Cour se retire, en une lente file de robes noires tournant le dos au public. 'Honte ! Honte à vous !', 'Justice pourrie !', 'Vous n'avez pas regardé le dossier, tout était verrouillé d'avance !'» Une famille a dit au journal Libération qu' «Il y a deux justices, l'une pour les assassins en col blanc, l'autre pour le peuple d'en bas».


Les avocats spécialisés dans la poursuite des crimes sanitaires craignent que cette décision et l'interprétation qu'elle donne à la loi Fauchon ne rendent impossible toute poursuite en justice de méfaits sanitaires. Me François Honnorat l'a expliqué brièvement ainsi à Agence France-Presse : «Depuis la loi Fauchon, on est confronté à un problème de preuve concernant les fautes».


Plusieurs dossiers sanitaires controversés attendent en effet d'être examinés par la justice, dans des conditions où il sera essentiellement impossible d'établir des liens directs entre le comportement de tel haut responsable ou médecin et le déclenchement de telle ou telle maladie.


Il y a notamment la campagne de vaccination pour l'hépatite B, pendant laquelle l'industrie pharmaceutique a publié des données sciemment fausses pour justifier la campagne, qui risquait de déclencher des effets secondaires sérieux parmi des populations qui n'étaient pas à risque pour la maladie; le nuage de radioactivité émis par la centrale nucléaire de Tchernobyl: les services officiels français ont minimisé l'importance du nuage et ont ainsi empêché de mettre en place les précautions élémentaires usitées dans les autres pays d'Europe; la maladie de Creutzfeldt-Jakob, dite «vache folle», maladie mortelle qui attaque les cerveaux de ceux qui mangent du boeuf contaminé.


Libération a écrit le 19 juin: «C'est toute la question de la responsabilité pénale en santé publique qui est ouvertement fragilisée». En parlant de cette affaire le 20 juin, le journal conservateur Le Figaro s'est aussi plaint de la loi Fauchon, mais sur un autre registre: il s'est inquiété du fait que la «mansuétude» de cette loi pour les responsables politiques ne s'étend pas aux PDG.

 

En fait, cette tragédie démontre qu'au besoin, les principales tendances de la politique établie et les grands médias en France s'uniront pour s'assurer qu'il n'y aurait pas de responsabilité pénale en santé publique en France. Comme l'indique le commentaire du Figaro, les cercles dirigeants cherchent activement des manières de se mettre de plus en plus à l'abri des pousuites criminelles. Ceci doit donner à réfléchir à ceux qui insisteraient qu'un gouvernement «démocratique» est incapable de tuer ses propres citoyens pour des raisons d'Etat ou de profit.

 

Les emphases sont d'International News

 

SOURCES


http://www.internationalnews.fr/article-rappel-fabius-et-l-affaire-du-sang-contamine--107014300.html

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans FABIUS SYRIE
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:46

 Vous avez là une idée de comment le terrorisme est éradiqué ! On entraîne les tueurs puis on leur fait des contrats pour qu'ils aillent assassiner là où ça chante aux dirigeants occidentaux. Nos gouvernements sont donc les complices de ces criminels.

 

Chaque Syrien qui tombe en notre nom est une victime de trop. Puisqu'ils envoient des assassins pour miner le pays d'Assad, il serait de bon ton de former une autre force -qui se battrait vraiment pour les Syriens martyrisés par ces crapules- afin de tous les éradiquer, les uns après les autres. Vu les atrocités qu'ils perpètrent, ces sinistres individus ne méritent pas de vivre. Si on les prenait chez nous, ils iraient tout droit en taule, à moins qu'ils ne finissent comme Mohamed Merah qui n'a commis aucun crime, mais pendant ce temps là, le vrai terroriste court toujours !

 

Ce qui signifie que les services secrets sont avec les terroristes, qu'ils couvrent, financent, arment, et aident à massacrer.

 

Dans ces conditions, à quoi servent les services secrets ? Quelle est leur utilité ? Générer le terrorisme pour déstabiliser les autres pays ? Perpétrer des atrocités ?

 

Les services secrets français ne valent pas mieux, aujourd'hui, que la CIA ou le Mossad en ce qui concerne l'ingérence criminelle.

 

L'Argent du Contribuable finance leurs crimes. Nous nous retrouvons donc associés -malgré nous- à toutes les exactions qu'ils commettent. Nous accusons donc les services secrets français de crimes de guerre et demandons à ce qu'ils soient jugés et condamnés pour les meurtres de masse en Libye et en Syrie et pour la ruine de ces deux pays. Pas de pitié pour la canaille !

 

 

 

Djihadistes, salafistes et mercenaires : les nouvelles brigades internationales du nouvel ordre mondial

 

 

par Léon Camus

 

 

 

La guerre qui se livre sur le sol syrien n’est pas une guerre civile mais une guerre classique dont les combattants proviennent (majoritairement) de l’extérieur. Il s’agit non d’une assertion gratuite mais d’un fait établi de notoriété publique, connu de toutes les chancelleries et Services de renseignement.

 

Les médias français ne font d’ailleurs pas exception à la règle, telle France culture qui, au cours de l’une de ses récentes matinales, y a fait très ouvertement allusion comme d’un fait allant de soi… Mieux encore dirigeants israéliens ou américains eux-mêmes ne s’en cachent pas. Début mars, les forces loyalistes auraient ainsi procédé, lors de la chute des bastions islamistes d’Homs, à l’arrestation de quelques 600 militants et 118 combattants étrangers (dont des ressortissants français a-t-on dit à l’époque) et mercenaires des pays arabes…. Le 20 mai la Tunisie reconnaissait par la voix d’Ali Arid, son ministre de l’Intérieur, la présence de combattants tunisiens en territoire syrien : « Nous sommes désormais certains de la présence de jeunes tunisiens dans les prisons syriennes et de la mort d’autres sur le terrain alors que le reste combat toujours aux côtés des hommes armés dans ce pays » !

 

Libération le 23 mai, évoquait également, de façon très convaincante, un anodin tourisme djihadiste « Sur le terrain, la présence de combattants étrangers est confirmée par des responsables de la révolution… Il y en a actuellement quelques dizaines dans le pays, essentiellement des Libyens. En général, ils viennent pour quelques semaines avant de repartir chez eux ». Le Figaro du 21 mai se montrait quant à lui moins exagérément timoré « Plusieurs centaines de combattants étrangers ont afflué pour renverser le régime de Bachar el-Assad. Parmi eux, des Français, dont cinq ont été arrêtés au Liban ». Jeune Afrique 9 mai : « Le 11 février, le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, appelait les musulmans de la région à soutenir la rébellion. Depuis, les attentats se multiplient à Alep et à Damas, et les djihadistes affluent de l’étranger. Le 20 avril, le très recherché terroriste libanais Abdel Ghani Jawhar est mort à Al-Qusayr dans l’explosion de la bombe qu’il était en train de poser. À Bagdad, la teinte confessionnelle prise par la révolte syrienne trouve un écho dans la crise au sommet de l’État… entre les sunnites et les chiites, lesquels contrôlent désormais le pays ».

 

Sur ce sujet, l’on se reportera utilement au “Dossier Syrie“ du bien documenté site antimondialiste “Internationalnews.fr“. On insistera non plus jamais assez sur le rôle du Qatar dans l’envoi de combattants fanatiques ou de mercenaires en Syrie (avec la bénédiction de Washington, d’Ankara de la Ligue arabe et particulièrement de Ryad) à partir de la Turquie où les commandos disposent d’une base d’entraînement, ou de la Jordanie, de l’Irak et du Liban. Le Qatar, pétromonarchie wahhabite, dont le territoire a abrité en 2003 la base opérationnelle des forces américaines et en 2011 a fait participer cinq mille de ses soldats d’élites à la révolution “spontanée“ de Libye. Des ingérences si manifestes qu’au final elles ont fini par franchir les pourtant hautes barrières de la bienséance diplomatique… ainsi Vitaly Churkin, représentant de la Fédération de Russie au Conseil de sécurité, accusant Ian Martin, représentant spécial en Libye du Secrétaire général des NU Ban Ki-moon, d’avoir utilisé des dispositifs onusiens destinés aux réfugiés syriens pour acheminer en Turquie des combattants d’Al Qaeda !

 

Ajoutons pour faire bonne mesure que le 16 mai, l’Agence officielle russe RIA Novosti signalait que des “Syriens“ avaient suivi des entraînements à la guérilla et la propagande armée dans des bases vraisemblablement américaines du Kossovo. Information reprise par le président Bachar al-Assad sur Rossia 24 : « Nous disposons d’informations confirmant qu’un groupe d’opposants syriens s’est rendu au Kossovo pour y acquérir de l’expérience en matière d’intervention armée, en matière de démarches à accomplir pour amener l’Otan en Syrie ».

 

Fin avril, l’agence de presse serbe Tanjug, reprenant les déclarations du dissident syrien en exil Ammar Abdulhamid, avait annoncé que les rebelles bénéficieraient l’expérience de l’ex Armée de libération du Kosovo, l’UCK, officiellement dissoute en 1999 de sinistre renommée… en référence au trafic d’organes humains prélevés sur des prisonniers, coupable commerce auquel elle se serait livré sous la houlette de l’actuel Premier ministre kosovar, Hachim Thaçi, à l’époque du proconsulat du Dr. Kouchner alors Haut représentant du Secrétariat général de l’Onu au Kossovo.

 

SourcesMediabenews

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:33

 Lorsque ce massacre odieux a été perpétré, tous les dirigeants occidentaux ainsi que les medias prostitués l'ont attribué aux forces armées syriennes, sans prendre la peine de mener une enquête sérieuse sur les faits réels qui se sont déroulés en ce lieu. Comme il s'en déroule dans de nombreux autres endroits.

 

La tactique des terroristes salafistes wahhabites est la suivante : pour que ce que l'on nomme la "communauté internationale" intervienne en Syrie avec armes et bagages, ces tueurs sans foi ni loi tuent des innocents puis après les avoir assassinés, ils les exhibent et filment leurs oeuvres sanglantes en gueulant comme des putois que ce sont les soldats syriens qui ont commis ces crimes.

 

En chialant Wallah Wakbhar, il faut les voir se lamenter devant les malheureuses victimes qu'ils viennent d'occire, le plus souvent à l'arme blanche, leur arme préférée venue tout droit d'Arabie Saoudite. Des centaines de sabres, de machettes, de gros couteaux et autres joyeusetés ont été saisies par les forces de sécurité syriennes. Si vous ne nous croyez pas et pensez que ces méthodes d'un autre temps n'ont plus cours, voici la video qui prouve ce fait... en précisant que ceux qui sont chargés de sabrer et découper les corps ne sont pas les mêmes que ceux qui torturent et assassinent. Les Barbares ont leurs codes, leurs rites, leur hiérarchie propre... et on les reconnait le plus souvent à leur bandeau noir avec des lettres blanches, signature d'Al Qaïda... voyez les outils...

 

 

Si la video disparaît, vous pourrez la voir ICI.

 

Ces infâmes assassins saignent les Syriens comme des moutons, mais pas qu'eux d'ailleurs. Puis, une fois leurs méfaits accomplis, ils font semblant de chialer comme des madeleines en nous donnant du "wallah wakhbar" en veux-tu en voilà. Ce que nous vous disons là est la Pure Vérité. Nous possédons d'ailleurs quelques videos où on peut les voir en pleine action. Pas beaucoup, parce qu'il est évident que pour leur propagande destinée à duper les médias et le populo, ils coupent les scènes où ils assassinent les civils. Mais cependant, parfois ils coupent "mal", comme vous pourrez le constater dans leurs chefs-d'oeuvres que nous vous présenterons plus tard...  

 

Il n'y a rien de plus pervers, de plus vicieux, de plus machiavélique que ces ignobles criminels qui guident les journalistes aveugles au milieu de leurs carnages. Quand ils ne les assassinent pas pour accuser les forces armées syriennes. Là aussi, les preuves pulullent. Or, ces assassins sont une composante essentielle de ce que l'on appelle l'Armée Libre de Syrie. En vérité, une armée de tueurs financés et armés par l'Occident, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie et autres pays qui se sont donnés comme rôle principal d'abattre Assad.

 

Tout est bon pour lui imputer des crimes qu'il n'a pas commis. Les crimes que son Armée ne commet pas sont commis à sa place par ces hordes de fanatiques qui ont pour croyance que chaque être humain tué de leurs mains est "un mouton qui sert leur cause et mérite donc d'être sacrifié puis envoyé au "Paradis" où il sera récompensé parce qu'on lui aura ôté la vie". Penser ceci prouve déjà le degré de Conscience de ces engeances manipulées et endoctrinées par des prédicateurs salafistes sensés éduquer la jeunesse. Nous vous en présenterons quelques uns et vous verrez que leur discours haineux ne vise qu'à une chose : éradiquer tous ceux qui ne sont pas salafistes. Assad étant Allaouite, il est donc l'ennemi à abattre car ils veulent salafiser la Syrie qu'ils nomment le Cham ! Le Cham, selon eux, est Islamiste et non pas Allaouite. Pour vous donner un aperçu de ce qui les taraude...  Puis, lorsque "les moutons ont été sacrifiés", ils les affichent, sans vergogne, sur Youtube où notre presse, complice de ces barbares, puise ses informations ! Il faut des victimes, que diable ! Ne lésinons pas sur les moyens à employer. Ils utilisent, de fait, la même méthode déjà éprouvée en Libye. Mais personne n'en parle, ce qui nous met hors de nous. Hors de nous, parce que nous pensons aux pauvres Syriens restés dans leur pays et qui subissent les pires turpitudes à cause de ces sanguinaires qui n'y vont pas par quatre chemins. Car, en effet, ils leur font du chantage... soit les Syriens les suivent dans la pseudo-révolution, soit ils meurent assassinés lâchement par ces malades mentaux.

 

Il faut voir ce qu'endurent tant les civils que les militaires qui ont le malheur de tomber entre leurs mains. Le mot "calvaire" est en dessous de la réalité. Nous n'avons pas affaire là à des gens d'Honneur, certes non. Parce qu'ils n'en ont aucun. La Vie pour eux n'a pas d'importance. Ils tuent même les animaux que cela soit dans les zoos ou ailleurs. Nous possédons une video où on l'on voit ces crapules massacrer des ânes qu'ils ont rassemblé. Ils se sont déguisés en soldats syriens pour l'occasion, afin d'accuser les forces d'Assad. Ils sont tellement innommables que si nous avions cette vermine en face de nous, nous ne ferions pas de quartier. Des individus de cette sorte ne méritent pas de vivre. Même les nazis ne leur arrivaient pas à la cheville, notamment en  ce qui concerne la capture des soldats ennemis. Nous sommes allés sur les chaînes Youtube de ces infâmes pour leur dire ce que nous pensions d'eux et de leurs méthodes. Nous leur avons cité le cas d'un de nos grand-oncle qui a été fait prisonnier de guerre par les Allemands en 1940. Et bien qu'il soit juif, il a été détenu pendant cinq ans dans une ferme. Et il en est ressorti vivant.

 

Tandis qu'eux, quand ils attrapent les militaires syriens, ils leur font subir mille supplices avant de les liquider. Mais avant de les "finir", ils les torturent et les obligent à poser devant leur caméra où ces pauvres soldats sont forcés de dire qu'Assad leur a bien ordonné de tirer sur les civils, de violer les femmes et de piller les maisons. Qui parle de cela dans la presse ? Nous allons vous poser deux videos où vous pourrez constater ces faits et voir la douleur de ces pauvres hommes. Car, quoiqu'on en dise, les militaires d'Assad sont là pour protéger leur pays de ces vandales salafistes qui terrorisent les populations, violent les femmes, pillent tous les biens qui ont de la valeur dans les maisons des civils. Et ces fumiers accusent les autres de leurs ignominies. Le triste drame qui se joue en Syrie a assez duré ! Nous ne pouvons participer davantage aux massacres des Syriens par ces créatures qui se repaissent de sang et de crimes avec la complicité tant de nos gouvernements que de nos medias. Il faut que la Vérité voit le jour. Et elle le verra.

 

Parce que ce qui nous met hors de nous, c'est qu'on entend les bien-pensants dire qu'ils veulent libérer les Syriens du joug d'un soit-disant dictateur, mais cela ne les gênent nullement que ces hordes de barbares assassinent des dizaines de personnes tous les jours, et de la plus cruelle des façons. Le deux poids deux mesures doit se terminer une fois pour toutes.

  

Car Juppé, puis après lui, Fabius avec Hollande accusent délibérément Assad de toutes les ignominies mais passent sous silence les atrocités perpétrées par les vrais criminels. Vous  n'entendez jamais dire que les gangs salafistes ou takfirs d'Al Qaïda sont présents sur le territoire syrien. Jamais. Mieux, leur propagande mensongère fait que l'on ne croit pas ce que disent les autorités syriennes. Et pourtant, elles ne disent que la Vérité en incriminant ces bandes terroristes. Comme le faisait Kadhafi que le gouvernement Sarkozy a pris plaisir à ignorer, et pour cause... des soldats français et membres des services secrets étaient avec eux, les pseudos-rebelles Libyens, comme ils sont actuellement avec les mêmes "pauvres manifestants pacifiques désarmés" qui tranchent des gorges et perpètrent attentats sur attentats avec des voitures piégées qu'ils prennent plaisir à exhiber sur le net. En voici une... parmi tant d'autres... et notez le drapeau noir d'Al Qaïda, en signe de ralliement...

 

 

 Au cas où cette video disparaîtrait, vous pourrez la visionner ICI.  

 

Que dirait Fabius si ces hordes étaient en France ? Resterait-il les bras croisés en les regardant massacrer les Français, dynamiter les maisons, faire sauter les immeubles, assassiner les civils dans les rues et les chrétiens, détruire les églises à coups de missiles ou ravager les infrastructures ? Jusqu'à quand va-t-on tolérer que les terroristes et mercenaires dévastent la Syrie et accusent les forces armées de toutes ces horreurs ? Jusqu'à quand ce gouvernement va-t-il taire les exactions de ces criminels payés et armés pour ruiner la Syrie et abattre son chef ?

 

Jusqu'à quand va-t-on couvrir le massacre des Syriens par ces crapules inhumaines et laisser faire ?

 

Les terroristes, on n'en veut pas chez soi, mais les aider à ravager d'autres pays ne dérange personne, apparemment. Belle pratique ! Ce gouvernement n'a pas honte ! Mais ce gouvernement n'a pas à participer au génocide d'un Peuple et à nous coller ces crimes sur le dos. Nous n'avons rien à faire en Syrie, tout comme nous n'avions pas notre place en Libye. Au lieu de dépenser des millions à faire des guerres sanglantes, il serait plus judicieux de s'occuper des Français les plus précaires.

 

Si nous étions à la place des dirigeants actuels, nous ne soutiendrions pas ces criminels dans leurs abominations, bien au contraire. Nous aiderions Assad à se débarrasser de ce cancer qui mine son pays. Nous enverrions nos meilleurs hommes et mettrions à sa disposition des moyens efficaces. Car c'est cela qu'il faut faire. Et non aider ces assassins commandités par l'Arabie Saoudite.

 

Aussi que la honte rejaillisse sur tous ceux qui assassinent le Peuple Syrien par l'intermédiaire de ces hordes de barbares. Il est écrit, quelque part, que tout se paye. Que Fabius et Hollande s'attendent donc à recevoir l'addition, un jour ou l'autre. On ne peut impunément bafouer le droit, et au nom de la Liberté et de la Démocratie aider les Assassins et laisser mourir des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. Faut-il avoir bien peu de Conscience pour se conduire d'une façon aussi abjecte.

 

 

Le massacre de Houla a été perpétré par l’Armée syrienne libre, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung

 

 

par Chris Marsden

 

 

Le massacre de Houla du 25 mai dernier a été perpétré par les forces d’opposition en accord avec l’Armée syrienne libre (ASL), selon le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

 

Le compte rendu réfute la version officielle des Etats-Unis et des autres principales puissances et qui a été reprise aveuglément par les médias. Le massacre avait été attribué à des forces pro-gouvernementales et utilisé pour intensifier l’offensive de propagande en faveur d’une intervention militaire contre le régime de Bachar al-Assad. Sans fournir la moindre preuve tangible, les Etats-Unis et leurs alliés ont affirmé que soit l’armée syrienne, soit les milices pro-gouvernementales Shabiha avaient perpétré le massacre de plus d’une centaine de personnes.

 

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 7 juin a publié un article écrit à Damas par Rainer Hermann, qui a fondé son article sur des enquêtes menées par des opposants qui s’étaient rendus dans la région et qui avaient recueilli des récits de témoins oculaires. Ils confirment en grande partie les comptes rendus donné par le gouvernement Assad des événements survenus à Houla.

 

« Ce qu'ils ont découvert contredit les affirmations des rebelles qui avaient imputé les faits aux milices Shabiha proches du régime, » écrit Hermann en ajoutant, « Comme des opposants rejetant l'utilisation de la violence ont été assassinés ou du moins ont été menacés dernièrement, ils n'ont pas voulu que leurs noms soient cités. »

 

Le massacre a eu lieu après la prière du vendredi et a débuté par une attaque des « rebelles » sunnites contre trois points de contrôle de l’armée syrienne autour de Houla. « Les points de contrôle sont censés protéger les villages alaouites aux alentours de Houla qui est majoritairement sunnite, » a rapporté le journaliste allemand.

 

Des renforts ont été envoyés par l’armée syrienne et les combats ont duré 90 minutes, durant lesquels des « dizaines de soldats et de rebelles ont été tués. »

 

C'est durant ces échanges que les trois villages de Houla ont été coupés du monde extérieur. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a écrit : « Selon des témoins oculaires, le massacre a eu lieu à ce moment-là. Parmi les morts se trouvaient presque exclusivement des familles des minorités alaouites et chiites de Houla, dont la population est à 90 pour cent sunnite. Plusieurs dizaines de membres d’une famille qui s’étaient convertis, au cours des années passées, de l’Islam sunnite à l’Islam chiite ont été massacrés. Figuraient également parmi les morts, des membres de la famille alaouite Shomaliya et de la famille d’un député sunnite du parlement qui était considéré comme un collaborateur. »

 

Le compte rendu continue: « Juste après le massacre, les auteurs auraient filmé leurs victimes, les décrivant comme des victimes sunnites et auraient diffusé les enregistrements vidéo sur internet. »

 

Ce compte rendu est une réfutation dévastatrice de la campagne de propagande menée par Washington, Londres et Paris, avec l’aide du Conseil national syrien, de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) et d’une presse occidentale docile.

 

Le jour des attaques, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, avait condamné, sans preuve à l’appui, « le degré inacceptable de violence et de sévices du gouvernement syrien, » dont le recours aux armes lourdes contre des populations civiles.

 

Le régime a remarqué que le massacre avait été fixé pour coïncider avec la visite de l’envoyé des Nations unies Kofi Annan à Damas. Il a relevé que les tueries de masse avaient été perpétrées pour miner le cessez-le-feu qu’Annan avait négocié. Peu de temps après, l’ASL qui est à présent accusée d’avoir commis le massacre, a dit ne plus vouloir respecter le plan de paix d’Annan. De nouvelles demandes en faveur d’une intervention militaire se sont faites plus pressantes.

 

L’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est renforcé par un rapport paru dans l’édition du 29 mars de Spiegel Online qui soulignait la pratique généralisée des exécutions sommaires perpétrées par l’ASL. Spiegel avait interviewé un membre d’une « brigade d’enterrement » de l’opposition qui avait « exécuté quatre hommes en leur tranchant la gorge. »

 

Parmi ses victimes l’on comptait un soldat chiite de l’armée syrienne qui, ayant « été battu pour faire des aveux ou ayant été terrifié à mort, avait commencé à bafouiller des prières. »

 

La brigade d’enterrement tue et « laisse le soin de torturer à d’autres ; c’est à cela que sert la soi-disant brigade d’interrogatoire, » écrit le Spiegel.

 

Cet article fait remarquer qu’alors que 150 prisonniers reconnus de l’armée syrienne ont été exécutés « les bourreaux de Homs se sont davantage occupé des traitres dans leur propres rangs. »

 

« Si nous attrapons un Sunnite en train d’espionner, ou si un citoyen trahit la révolution, nous l’exécutons, » a expliqué un opposant. « Selon Abu Rami, la brigade d’enterrement de Hussein a tué entre 200 et 250 traitres depuis le début du soulèvement. »

 

Des articles présentant également un intérêt immédiat figurent sur le site du Monastère Saint Jacques le Mutilé à Qara en Syrie. Le 1er avril, mère Agnès-Mariam de la Croix avait rapporté un incident survenu dans le quartier de Khalidiya à Homs dans lequel l’ASL avait rassemblé des otages chrétiens et alaouites dans un immeuble avant de le faire exploser à la dynamite. L’ASL avait rejeté ensuite la responsabilité sur l’armée syrienne.

 

Elle a également relaté que la famille Al Amoura du village d’Al Durdak, dans la région de Homs, a été exterminée par des terroristes Wahhabi. Quarante et une personnes de cette famille ont été égorgées le même jour. »

 

Agnès-Mariam a déclaré que sur le million d’habitants de la ville de Homs, les deux tiers de la population avaient fui les lieux,  dont plus de 90 pour cent des chrétiens, en raison de l’activité « des francs-tireurs et des actes d’agression criminelle » contre les « minorités alaouites, chrétiennes, chiites et beaucoup d’autres Musulman ‘modérés’ qui n’ont pas souhaité participer aux activités dissidentes. »

 

Elle a écrit que lors de nombreuses attaques sectaires « …des gens étaient mutilés, avaient la gorge tranchée, étaient éventrés, dépecés, jetés dans des coins de rues ou dans des poubelles. On n’a pas hésité à tirer sur des enfants à bout portant pour créer la détresse et le désespoir, comme ce fut le cas du petit Sari, le neveu de notre tailleur de pierre. De tels actes atroces ont ensuite été exploités médiatiquement pour en imputer la responsabilité aux forces gouvernementales. »

 

Même sans la possession de rapports aussi corroborants, le silence des médias du monde concernant l’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est surprenant. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung est une publication respectée, voire conservatrice, avec un tirage à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires et un lectorat quotidien dans 148 pays. Et pourtant, aucun grand journal n’a repris cet article parce qu’ils sont tous complices de la dissémination d’une propagande flagrante. On ne trouve littéralement rien dans les médias dominants occidentaux qui puisse être pris pour argent comptant.

 

Mais la question la plus importante suscitée par l’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est de savoir quel rôle les Etats-Unis ont joué dans le massacre lui-même. Visiblement, compte tenu de leurs contacts étroits avec l’Armée syrienne libre, et le soutien politique, financier et militaire accordé à l’ASL par les alliés régionaux de Washingtonl’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie – le gouvernement Obama aura été conscient que le massacre était l’oeuvre d’insurgés opposés au régime et non de l’armée syrienne, alors même que la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, et d’autres appelaient à des actions supplémentaires pour évincer Assad.

 

Il est tout à fait possible que Houla ait été un massacre « made in » Etats-Unis.

 

La politique américaine en Syrie a visé dès le début à attiser une insurrection sectaire basée sur les Sunnites dans le but de déstabiliser et d’évincer le régime alaouite d’Assad. Ceci est, à son tour, lié à des préparatifs américains en vue d’une attaque militaire contre l’Iran qui serait d’autant plus isolée au Moyen-Orient après la chute d’Assad, son principal allié dans la région.

 

En se fondant sur l'expérience de la Bosnie et du Kosovo, ceci a été perpétré non seulement en ayant parfaitement conscience qu'il en résulterait une lutte fratricide sanglante, mais aussi dans l’intention de provoquer une guerre civile et de fournir le prétexte à une intervention militaire présentée comme une intervention humanitaire.

 

Lundi, la porte-parole du département d’Etat, Victoria Nuland, a exprimé son « inquiétude » suite à des informations selon lesquelles le régime « pourrait organiser un autre massacre » dans la province de Lattaquié. « Les gens devront rendre des comptes, » a-t-elle prévenu.

 

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a intensifié la crise mardi en accusant la Russie d’envoyer des hélicoptères d’attaque au régime d'Assad et en accusant Moscou de mentir au sujet de ses livraisons d’armes.

 

Le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU est devenu entre-temps, le premier responsable à décrire le conflit syrien comme étant une guerre civile, et le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, à faire référence aux massacres de Houla et de al-Qubair, en accusant le gouvernement syrien de commettre des « crimes grotesques. »

 

(Paru en anglais le 13 juin 2012)

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 15:17

Il est clair et net que Vladimir Poutine a dû dire à Obama ses QUATRE VERITES. A savoir que l'on accuse le gouvernement Assad de tous les maux en Syrie, en passant copieusement sous silence la présence sur le Sol Syrien de milliers de criminels salafistes wahhabites portant le pavillon noir d'Al Qaïda, c'est-à-dire des terroristes, dans le sens le plus cru et strict du terme.

 

Sans doute, Poutine n'ignore-t-il point non plus qui les finance, en bon ex-agent du KGB, comme se plaît à le répéter la presse occidentale. Comme si avoir été un "espion" était une tare pour le président russe. On les entend moins flagorner sur les agents du Mossad ou ceux de France qui n'ont pas honte de s'afficher avec ce que l'on nomme les "rebelles", mais qui n'est qu'un ramassis d'assassins que l'on nous présente comme des "insurgés", des "déserteurs" de l'Armée Syrienne, ou comble de l'ironie, des "manifestants pacifiques désarmés". Voici une video ci-dessous vous montrant ces pacifiques à l'oeuvre. Imaginons qu'ils soient en France et fassent la même chose... à savoir qu'ils détruisent avec des missiles ou des roquettes les infrastructures étatiques, que feraient Hollande ou Fabius ?

 

 

 

Au cas où elle serait supprimée, vous pouvez voir cette video ICI. Nous avons répertorié toutes les videos des terroristes qu'ils affichent sur leurs sites youtube, sans vergogne !

 

Nous supposons qu'Obama doit être bien au courant de l'engeance présente sur le sol Syrien. Qu'a-t-il pu répondre à Vladimirovitch lorsque celui-ci lui en a parlé ? A-t-il pu répondre qu'il ignore leur présence ? Cela nous étonnerait fort...

 

 

 

La rencontre Obama et Poutine n’avait rien d’une plaisanterie

 

 

 

Difficile d’intituler la rencontre lundi à Los Cabos, au Mexique, entre Vladimir Poutine et Barack Obama « Bons baisers de Russie »...

 

Le président russe et son homologue américain, qui se sont retrouvés en marge du sommet du G20 dans cette station balnéaire mexicaine, ont fait le bonheur des amateurs de langage corporel, obligeant la Maison Blanche à rassurer la presse sur l’ambiance de la rencontre.

 

Lorsque Poutine a studieusement fixé le sol, est-ce qu’il voulait exprimer son désaccord avec les pressions d’Obama sur la Syrie ? Lorsqu’Obama a froncé les sourcils, est-ce que ça voulait dire que l’adjectif « sérieuses » utilisé par Poutine pour qualifier leurs discussions était en fait un euphémisme pour décrire un échange bien plus animé ? Et ce mince sourire arboré par Poutine lorsqu’il a invité Obama à Moscou, est-ce que c’est un indice d’un réchauffement entre les deux hommes ?

 

Les journalistes qui ont suivi la rencontre s’attendaient à une atmosphère glaciale, contrastant avec le déjeuner de M. Obama avec le prédécesseur de M. Poutine, Dmitri Medvedev.

 

Alors qu’Obama et Medvedev s’adressaient l’un à l’autre par leur prénom, à Los Cabos, Obama et Poutine se sont donnés du M. le président.

 

Assis côte à côte sur des chaises en rotin, ils sont restés plutôt raides lors de la traditionnelle séance photo au début de leur entretien. A l’issue de la rencontre, les deux hommes ont fait de courtes déclarations à la presse. M. Poutine, le visage sans expression, a parlé seul pendant deux minutes et demie, de son ton habituel d’ancien agent du KGB pressé d’en finir avec les rond-de-jambe diplomatiques. Obama, plus connu pour son emphase, a ensuite pris la parole d’une voix égale, résumant des discussions qu’il a qualifiées de « franches ». Son intervention a été quatre fois plus longue que celle de son homologue russe.

 

Alors que le président américain évoquait la situation en Syrie, un Poutine énigmatique s’est mordu la lèvre.

 

Lorsque les journalistes ont été écartés, les deux hommes regardaient droit devant eux, sans un mot.

 

La délégation américaine a eu fort à faire ensuite pour répondre aux questions de la presse sur le manque d’« alchimie » entre les deux hommes.

 

« Ce n’est pas la première fois qu’il y a un ’gestuelle-Gate’ avec les Russes », s’est exclamé Ben Rhodes, un responsable du Conseil à la sécurité nationale, en référence au Watergate ayant coûté la présidence à Richard Nixon.

 

Il faisait référence à une rencontre avec Medvedev l’an dernier en France, qui avait conduit la Maison Blanche à démentir toute friction avec Moscou.

 

L’ambassadeur des Etats-unis à Moscou Mike McFaul a recommandé aux journalistes d’étudier la gestuelle habituelle de M. Poutine, qui reflète généralement sa personnalité abrupte.

 

« C’est tout simplement son style. Je vous encourage vraiment à ne pas juger la qualité d’une relation à la façon dont quelqu’un s’asseoit », a-t-il dit.

 

En fait, ont assuré les responsables américains, si leurs discussions ont duré deux heures, c’est parce que les deux hommes ont voulu aller dans les détails, détailler clairement leurs divergences et leurs points d’accord.

 

Si M. Poutine avait voulu montrer sa déception après la rencontre, il l’aurait fait sans ambages, a fait remarquer M. Rhodes. « Quand il pense que la réunion a été mauvaise, il le fait largement savoir », a-t-il dit.

 

La délégation russe s’est montrée satisfaite de cette rencontre. Le ton des discussions de MM. Obama et Poutine n’était pas « dur », mais "constructif et ouvert, a déclaré le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.


Sources Russie net

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 15:10

Excellent article de John Pilger qui pointe du doigt la manipulation de l'Histoire et de la Vérité pour camoufler des crimes sordides et leur donner de jolis noms dans le seul but de transformer les monstruosités commises en actes héroïques.

 

Nous en avons le cas avec Obama qui fait du révisionnisme avec la Guerre du Viet-Nam. Ainsi, est-il prouvé que l'Agent Orange contient de la dyoxine, poison aussi dangereux que le nucléaire puisqu'il cause morts foetales, fausses couches, mutation de l'ADN, et cancers. Le nom de Code attribué aux déversements de dizaines de milliers de tonnes sur les malheureux vietnamiens était HADES, nom du dieu Grec associé au Royaume de la Mort. Ceci nous prouve déjà que les criminels qui gouvernent ce monde ne choisissent pas leurs "noms d'opérations" à venir, au hasard. Ils savaient donc très bien que leur pluie "orange" allait semer mort et dévastation. Et, en effet, 4,8 millions des victimes sont des enfants. Eh bien, pour Obama, il n'y a pas eu d'agent orange, pas de massacres et pas de défaite non plus ! Pour lui, c'est "une des histoires les plus extraordinaires de bravoure et d'intégrité de l'histoire de l'armée américaine".

 

Nous avons pu, effectivement, nous rendre compte de la moralité et de l'intégrité de l'armée américaine dans de nombreux points du globe, notamment en Irak où les prisonniers d'Abou Graib servaient de "sex-toys" aux détraqués censés les interroger. Ou bien en Afghanistan où tortures et viols ne se comptent plus. Et ne parlons pas de Guantanamo qui est le summum de la barbarie technologique pour briser la résistance d'êtres humains dont le seul tort, pour la plupart, avaient été de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Des membres soit-disant d'Al Qaïda !

 

Mais tous les jihadistes d'Al Qaïda n'ont pas le même traitement de sort. Ainsi ceux qui ruinent la Syrie et assassinent son Peuple sont armés et financés par de nombreux pays dont la France, Israël et les Etats-Unis. Et si nous affirmons cela, c'est parce que diverses armes en provenance de ces pays ont été saisies par l'Armée Syrienne. Nous possédons des videos prouvant ce fait. Et nous les poserons.

 

Pourquoi ces pays financent-ils et arment-ils ces terroristes sanguinaires en Syrie alors que l'on nous bassine à longueur d'année avec la "guerre au terrorisme" ?

 

Pourquoi permet-on à ces tueurs salafistes wahhabites et mercenaires sans foi ni loi de détruire un pays afin d'abattre son chef en lui collant sur le dos les crimes atroces perpétrés par ces individus ignobles qui ne se complaisent qu'à assassiner d'une façon horrible ?

 

Pourquoi leur permet-on de poser sur Youtube, et ailleurs, les videos de leurs actions inhumaines, y compris des voitures piégées destinées à perpétrer des attentats en Syrie ? Si vous ou moi faisions cela, nos chaînes seraient immédiatement fermées sur les plateformes de videos, mais nous pourrions également être arrêtés et accusés de terrorisme. Il y a là quelque chose qui cloche.

 

Ceci prouve que ces terroristes abominables sont couverts par des instances supérieures et que tout leur est permis, y compris d'ASSASSINER, puis d'exhiber leurs ignominies sous couvert d'une "révolution" en Syrie. Mais ceci, malheureusement, n'est pas une révolution, mais bel et bien l'ingérence d'éléments étrangers très dangereux dans ce pays Souverain, dans le seul but d'abattre un chef d'Etat dont les manipulateurs veulent se débarrasser pour avoir la place libre et attaquer l'Iran.

 

Combien de crimes nos infâmes dirigeants vont-ils nous coller sur le dos ?

 

Pour la Plupart, les Peuples sont malheureusement aveugles et aveuglés par la propagande mensongère non seulement des tireurs de ficelles, mais également des medias presstitués à leur régime. Mais pourtant, il faut bien prendre Conscience de ceci : les crimes commis EN NOTRE NOM rejaillissent sur nous. Et, un jour, nous en paierons le PRIX FORT. Voilà pourquoi nous répétons sans cesse : SOUVENONS-NOUS de ce qui est arrivé au Peuple Allemand. Croyez-vous qu'ils étaient tous adeptes du Nazisme ? Ce serait grandement se leurrer que de croire cela. Mais lorsque les bombes ce sont abattues sur l'Allemagne, et plus particulièrement sur Dresde, des dizaines de milliers d'innocents sont tombés avec les coupables.

 

Et pourquoi ceci ne nous arriverait-il pas à nous si nous choisissons le mauvais camp ? Parce qu'au rythme où vont les choses, il n'est pas difficile de comprendre où veulent nous mener les belligérants. A une guerre mondiale. Une guerre qui opposerait qui à qui ? Les pays de l'OTAN d'un côté et la Russie et la Chine de l'autre.

 

Par la faute de nos gouvernements, nous nous trouverions acculés à une menace peut-être pire que le nazisme. Nous ne pensons pas que les Chinois soient des rigolos lorsqu'ils envahissent un pays. Les Russes non plus cela va de soi. Mais pourtant ces deux nations sont dans leur droit le plus absolu puisqu'elles ont voulu empêcher la guerre des Occidentaux qui ne veulent pas la Paix. C'est donc nous qui serions en tort. Or, il est clair et net que si cela arrivait, nos dirigeants actuels, ainsi que le précédent sous la houlette de Sarkozy, nous auraient mené à une situation tragique par leurs décisions criminelles.

 

Nous avons déjà plus de 40 000 morts sur la Conscience en Libye depuis la chute de Kadhafi qui n'avait pas à être assassiné comme il l'a été. Imaginons que Bush, Cheney, et toute leur clique, aient subi le même sort, ou celui de Saddam Hussein. Quel tollé cela aurait été ! Mais à ces 40 000 victimes, ils s'en ajoutent tous les jours. Car les Islamistes qui font la Loi là-bas en assassinent à chaque heure qui passe. Voilà la Démocratie que Sarkozy a voulu pour la Libye. La démocratie "salafiste wahhabite" tout droit venue d'Arabie Saoudite, qui fait que l'on coupe une main au voleur, non sans l'avoir fouetté et torturé auparavant. Que l'on coupe les sexes aux violeurs et les seins aux femmes désobéissantes ou adultères. Nous avons les témoignages de ceci.

 

Peut-on dire que de tels actes se situent dans le Progrès ? Ou bien cela nous ramène-t-il aux heures les plus sombres de l'Obscurantisme ? A dire vrai, même Attila ne se comportait pas de la sorte. Ces tueurs sanguinaires ne sont bons qu'à massacrer et à se vautrer dans le Sang dont ils se repaissent comme les Adeptes de Moloch qu'ils sont. On ne peut pas dire autre chose de ces assassins qui immolent leurs victimes comme des moutons, en les égorgeant et en criant Wallah Wakhbar ! Dieu a-t-il jamais demandé cela ?

 

Dieu, tel qu'il doit être compris, ne peut en aucun cas être associé à de tels actes. La Secte Salafiste Wahhabite a dévoyé les textes du Coran et nuit grandement non seulement à tous les Musulmans du monde, mais également à l'Humanité toute entière.

 

Il est de notre Devoir de combattre cette idéologie criminelle mais également ceux qui la véhiculent et qui, au nom du Jihad, la mettent en pratique en coupant la gorge à des innocents en Syrie ou ailleurs. Que nos dirigeants puissent se commettre avec de tels énergumènes, les financer, les armer, couvrir leurs crimes sordides pour destituer un Chef d'Etat nous fait dire qu'ils ne valent pas mieux qu'Hitler.

 

Parce que comme lui, ils envahissent des pays en prenant comme excuse la propagande humanitaire, mais qui financent ces hordes ? D'où vient l'argent ? Des contribuables français, anglais, américains, turcs, etc. C'est-à-dire que nous participons aux crimes commis par ces barbares associés à Al Qaïda.

 

C'est de ceci qu'il faut prendre Conscience. Et le refuser. Nous devons nous démarquer totalement des actions horribles dont nous rendent coupables les dirigeants de notre pays. Nous ne pouvons pas faire comme les Allemands, nous taire et subir. Parce que dans le Futur, tous ces crimes nous retomberons sur le dos. On nous en rendra coupables. Ici ou ailleurs. La Loi de Cause à Effet n'est pas quelque chose d'irréel. Chaque fois qu'un innocent tombe en Syrie ou ailleurs par la faute de notre gouvernement, nous en sommes responsables. Ne rien dire, c'est être complice.

 

Nous savons bien que nombre de gens ignorent tous ces faits, mais nous allons poser en suivant tout un tas d'articles et de videos pour que tout le monde comprenne bien le tragique scénario dont est victime la Syrie, mais également la Libye, l'Irak, l'Afghanistan, le Yémen, le Mali, la Côte d'Ivoire, la Tunisie, l'Egypte, pour ne citer que quelques Nations, et les répercussions que cela pourrait avoir sur nous, Peuple de France. L'Effet Boomerang pourrait être plus dévastateur que l'on ne le croit. Et ne pas PRENDRE CONSCIENCE de ceci, c'est NOUS CONDAMNER à finir comme les innocentes victimes syriennes.

 

Parce que là, psychologiquement, tous les biens pensants qui nous dirigent et nous privent de notre Libre-Arbitre et de notre Faculté à Penser, sont en train de préparer la Destruction de la Syrie, comme ils ont exécuté celles de l'Irak et de tant d'autres pays qui ne demandaient rien à personne.

 

La Feuille de Route de Hollande et Fabius n'est pas la nôtre. Personne ne doit être torturé ou mourir EN NOTRE NOM !

 

Nous nous démarquons de ces ACTES SORDIDES. ASSASSINER quelqu'un pour faire avancer un projet belliqueux, c'est ASSASSINER NOTRE CONSCIENCE ET PERDRE NOTRE ÂME ! Si les membres de ce gouvernement veulent perdre les leurs, cela les regarde. Mais SANS NOUS !

 

 

 

L'histoire est l'ennemi alors que de brillantes opérations de guerre psychologique deviennent l'information

 

 

 

par John Pilger

 

 

En arrivant dans un village du sud-Vietnam, je remarquais deux enfants qui étaient des témoignages vivants de la plus longue guerre du XXème siècle. Leurs terribles difformités étaient familières. Tout le long du fleuve Mékhong, là où les forêts étaient pétrifiées, de petites mutations humaines vivaient du mieux qu'elles le pouvaient.

Aujourd'hui, à l'hôpital pédiatrique Tu Du de Saïgon, un ancien bloc opératoire est connu sous le nom de "musée" et de manière non-officielle comme le "musée des horreurs". Cette pièce a des étagères où se tiennent de grands bocaux en verre contenant des fœtus grotesques. Pendant l'invasion du Vietnam, les Etats-Unis ont pulvérisé un puissant herbicide sur la végétation et les villages afin de "retirer sa planque à l'ennemi". Ceci était l'agent orange, qui contient de la dioxine, un poison si puissant qu'il cause mort fœtale, fausses-couches, dégâts chromosomiques et cancers.

En 1970, un raport du sénat américain révéla que "les Etats-Unis avaient déversé (sur le sud-vietnam) une quantité du produit toxique équivalent en volume à 3kg de la substance par personne de la population, ceci incluant femmes et enfants". Le nom de code de cette opération à coup d'arme de destruction massive, l'opération Hades, fut changé en un nom plus amical: Operation Ranch Hand. Il est estimé aujourd'hui que 4,8 millions des victimes de cet agent orange sont des enfants.

Len Aldis, secrétaire de la société de l'amitié anglo-vietnamienne, est revenu récemment du Vietnam en possession d'une lettre à délivrer au Comité Olympique International de la part de l'Union des Femmes Vietnamiennes. Le président de l'union, Nguyen Thi Thanh Hoa, y décrit "les sévères difformités congénitales (causées par l'agent orange) de génération en génération". Elle demande au COI de reconsidérer sa décision d'accepter comme sponsor officiel la compagnie Dow Chemical, qui fut une des compagnies responsables de la production du poison et qui a refusée de compenser les victimes.

Aldis a délivré la lettre personnellement au bureau de Lord Coe, le président du comité organisateur des JO de Londres. Il n'a eu aucune réponse. Quand Amnesty International mit en lumière le fait qu'en 2001 Dow Chemical acheta "la compagnie responsable de la terrible fuite de gaz de Bhopal en Inde en 1984, qui tua de 7 000 à 10 000 personnes immédiatement et environ 15 000 les vingt années qui suivirent", David Cameron décrivit Dow comme "étant une entreprise réputée". Santé à tous donc, lorsque les caméras balaieront les décors valant 7 millions de Livres britanniques qui habillent le stade olympique: le produit d'un "contrat" de 10 ans entre le COI et un tel destructeur réputé.

L'histoire est enterrée avec les morts et les déformés du Vietnam et de Bhopal. Et l'histoire est l'ennemi. Le 28 Mai, le président Obama a lancé une campagne de falsification de l'histoire de la guerre du Vietnam. Pour Obama, il n'y a pas eu d'agent orange, pas de zones de tirs libres, pas de tirs au lapin, pas de couverture des massacres, pas de racisme rampant, pas de suicides (alors que plus d'Américains se sont suicidés que ne sont morts durant la guerre), pas de défaites aux mains d'une armée de résistance levée d'une société apauvrie. Ce fut, a dit Mr Prometteur de beaux jours, "une des histoires les plus extraordinaires de bravoure et d'intégrité de l'histoire de l'armée américaine".

Le lendemain, le New York Times publiait un long article documentant comment Obama sélectionne personnellement les victimes de ses attaques de drones de par le monde. Il fait cela les "Mardis de la terreur" quand il parcourt les noms d'une "kill list", certains étant des adolescents, incluant une "fille qui fait bien plus jeune que ses 17 ans". Beaucoup sont inconnus ou simplement d'âge militaire. Guidés par des "pilotes" assis devant un écran ordinateur à Las Vegas, les drones tirent des missiles Hellfire (NdT: qu'on peut traduire par "feu de l'enfer"), qui pompent l'air des poumons et pulvérisent leurs victimes. En Septembre dernier, Obama a tué un citoyen américain, Anouar El-Alaki, sur la simple rumeur qu'il incitait au terrorisme. "Celui-là est facile", a t'il été dit de sa déclaration par ses aides alors qu'il signait l'arrêt de mort de l'intéressé. Le 6 Juin, un drone a tué 18 personnes dans un village d'Afghanistan incluant des femmes et des enfants ainsi que des personnes âgées qui célébraient un mariage.

L'article du New York Times n'était pas une fuite ou un exposé. C'était une pièce de relation publique, de propagande, créée par le gouvernement Obama pour montrer à quel point le "commandant en chef" peut-être un dur à cuire dans une année électorale. S'il est réélu, la marque Obama va continuer à servir docilement les riches et puissants, à poursuivre ceux qui disent la vérité, à menacer les nations, à disséminer des virus informatiques et à assassiner des gens tous les Mardis.

Les menaces contre la Syrie, coordonnées depuis Washington et Londres, marquent un nouveau sommet de l'hypocrisie. Contrairement à la propagande brute présentée sous forme d'information, le journalisme d'enquête du quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung identifie ceux responsables du massacre de Houla comme étant les "rebelles" soutenus par Obama et Cameron. Les sources du quotidien incluent les rebelles eux-mêmes. Ceci n'a pas été complètement ignoré en Grande-Bretagne. Ecrivant dans son blog personnel, toujours si discrètement, Jon Williams, l'éditeur en chef de l'information de la BBC, sert de manière effective sa "couverture" de l'évènement, citant des officiels occidentaux qui décrivent l'opération de guerre psychologique contre la Syrie comme étant "brillante". Aussi brillante que la destruction de la Libye, de l'Irak et de l'Afghanistan.

Tout aussi brillante que la dernière promotion de propagande du Guardian d'Alistair Campbell, le collaborateur en chef de Tony Blair pour l'invasion criminelle de l'Irak. Dans ses "carnets", Campbell essaie d'éclabousser le sang irakien sur le diable Murdoch. Il est vrai qu'il y en a suffisamment pour les tremper tous. Mais la reconnaissance du fait que les médias respectables, libéraux, et flatteurs de Blair, furent un accessoire vital pour que soit perpétrer une telle épidémie de crimes, est bien sûr omise et demeure un singulier test d'honnêteté intellectuelle et morale en Grande-Bretagne.

Pendant encore combien de temps devrons-nous nous soumettre à un tel "gouvernement invisible" ? Ce terme pour une propagande insidieuse, a été utilisé pour la première fois par Edward Bernays, le neveu de Sigmund Freud et inventeur de la relation publique moderne, n'a jamais été plus à propos. "La fausse réalité" demande une amnésie historique, le mensonge par omission et le transfert du signifiant vers l'insignifiant. De cette façon, les systèmes politiques promettant sécurité et justice sociale ont été remplacés par la piraterie, l'austérité et la "guerre perpétuelle": un extrémisme dédié à renverser la démocratie. En appliquant ceci à un individu, nous identifierions un psychopathe. Pourquoi l'acceptons-nous ?

 

Sources SOTT NET

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans SYRIE
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 22:44

Nous posons ici un article ancien relatant les crimes de guerre perpétrés en Libye par l'OTAN et les criminels que les medias prostitués appellent les "rebelles". Lesdits rebelles n'étant qu'un ramassis de crapules sans foi ni loi qui rejouent le même scénario en Syrie où ils assassinent à tour de bras civils et militaires, imputant leurs crimes ignobles aux armées de Bashar Al Assad.

 

Les horreurs que ces individus cruels et sanguinaires ont commis en Libye et continuent de commettre -comme le démontreront les vidéos que nous allons poser- se reproduisent en Syrie où ces assassins torturent et exterminent sans pitié, hommes, femmes et enfants pour faire avancer leur cause : l'Islamisation salafiste wahhabite de ce pays, comme ils comptent le faire en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Yémen, et ailleurs. Avec comme drapeau, celui d'Al Qaïda, qui serait nommé dans le Coran, drapeau noir de Khorasan. Voyez la video que j'ai posé ICI, avec l'explication de Sheikh Imran Hossein qui a toute notre admiration pour son décryptage des textes coraniques. Lorsqu'il parle de ce fameux drapeau, il l'assimile à l'Afghanistan et aux résistants Afghans qu'il se refuse de nommer "talibans" car ils luttent contre l'Oppresseur. Et nous sommes totalement en accord avec lui. Simplement, il y a eu un détournement des textes coraniques par la Secte Salafiste Wahhabite dont le but principal est de mener le Jihad contre toutes les religions et idéologies qui ne sont pas la sienne. Et le drapeau noir d'Al Qaïda flotte en Syrie, ce qui prouve bien qu'ils y sont. Ces assassins sont mêmes armés par l'Occident dont la France, malgré les propos de Fabius qui a affirmé e contraire, lors de sa conférence de presse.

 

Nous pensons sincèrement que tous les Êtres Eveillés en Conscience ont de plus en plus de mal à supporter ce monde de détraqués qui nous gouvernent. Nous sommes en droit de nous interroger sur leur santé mentale et les valeurs qu'ils prônent.

 

Quelles sont ces valeurs ?

 

Le monde du Matérialisme et non celui de la Protection des Peuples. Le Matérialisme représente le Satanisme. Il est opposé à l'Humanisme. La Morale et la Moralité sont absentes du programme des Mammonites. TUER et VOLER sont en tête de liste de leurs dix préoccupations premières ou commandements, suivis par les deux autres : EXPLOITER et SOUMETTRE.

 

C'en est fini du Libre-Arbitre, les Amis ! Nous devons subir la Loi des Psychopathes qui sévit dans tous les domaines depuis le 11 septembre. Dans tous les domaines, y compris la Finance, on s'en doute. C'est même ce qui les motive dans toutes leurs actions et exactions.

 

De l'avis des scientifiques, leur cerveau est différent de celui des autres êtres vivant sur la Planète. Viendraient-ils d'Ailleurs ? Sont-ils de la Descendance des Nephilim qui s'accouplèrent avec les "filles des hommes", selon le mythe biblique ? Toutes les pistes sont bonnes à explorer pour élucider le "Mystère" de ces "êtres pervertis" jusqu'à la moëlle...

 

Dans la hiérarchie des Psychopathes, il y a divers échelons opérant selon un ordre particulier : Du Sommet vers la Base.

 

Nous trouvons, en premier lieu, au plus Haut Niveau, les Machiavéliques qui se prennent pour les Maîtres du Monde et planifient les abominations à commettre, depuis leur tour d'ivoire inexpugnable. Qu'ils croient. Ils se servent des uns et des autres pour mener à bien leurs divers projets mortifères dont la dislocation de tous les pays à l'Histoire millénaire situés, pour la plupart, dans les Pays Arabes ou fortement peuplés de Musulmans. Et pour que leur Plan aboutisse, ils se servent de "faux-musulmans" dits "radicaux", que nous nommons extrêmistes violents, afin de perpétrer les crimes sordides qui ravagent l'Irak, la Libye, la Syrie, et bientôt d'autres pays suivront...  

 

Cette frange sans foi ni loi sont les exécutants dont la seule grande qualité est d'obéir aveuglément aux ordres sans se poser de questions. Quelques billets secoués devant leurs yeux vides fera l'affaire. On les a vus à l'oeuvre en Irak, en Libye, et aujourd'hui, en Syrie.

 

Drogués et alcoolisés à mort, ils pendent des innocents, coupent des têtes, violent les femmes, font sauter des maisons et immeubles à coups de bombes généreusement distribuées par les services secrets dont tout le monde connaît le nom. Al Qaïda est leur oeuvre. Ils s'y planquent derrière pour perpétrer leurs atrocités et faire croire que les coupables sont de vilains "extrêmistes". Une fois que l'on a compris leur Système, tout devient très clair. Le terrorisme est alimenté par des Espions et les terroristes sont des agents sans cervelle à leur solde. Le cas le plus flagrant étant que Mohammed Atta et ses comparses étaient non pas surveillés, mais couverts depuis de longs mois tant par le Mossad que par la CIA. Le but du jeu étant, de ne point les empêcher de nuire mais de faire en sorte qu'ils accomplissent bien leur Mission. Et ne doutons pas un instant qu'ils se sont arrangés pour les faire monter dans les avions (s'ils y sont montés ?) bien avant que les passagers commencent à embarquer. Voilà la raison pour laquelle ils ne figurent pas sur la liste des voyageurs. Un aveugle y verrait. La manipulation est tellement flagrante qu'il faut vraiment être très aveugle pour ne rien voir. Mais que peut-on attendre des medias prostitués à la botte des Psychopathes ?

 

Pour donner un aperçu du topo et de leur démocratie... ils ont ruiné l'Afghanistan et l'Irak, deux pays à l'Histoire millénaire. Ceci a son importance. Car ils ont l'intention de pratiquer de la même façon à l'encontre de toutes les nations ayant sur leur sol des vestiges de leurs Anciennes Civilisations. Tout détruire. Tout raser. Rien ne doit subsister de nos Ancêtres Hyper-Evolués. Le pire est d'ailleurs à craindre pour l'Egypte où des sites archéologiques et le Musée ont été pillés lors des dernières émeutes. La même chose a eu lieu en Irak. Ne croyez surtout pas que ce sont de simples quidams qui se livrent à de tels actes. Tout est soigneusement prémédité. Des "taupes" s'infiltrent au milieu des manifestants et profitent de la confusion pour faire ce pour quoi ils ont été rémunérés. Là aussi, nous savons comment ils pratiquent. VOLER. PILLER. PRENDRE LE BIEN D'AUTRUI. C'est tout ce qu'ils savent faire. Comme eux n'ont pas d'histoire puisqu'ils ont pris celle des autres, ils n'ont aucun états d'âme à s'emparer de ce qui ne leur appartient pas. Cela fait partie de leurs gènes et donc de leur mentalité de rapaces.

 

Voilà ce qui règne aujourd'hui sur notre monde. Un Ordre Noir abject qui fait sa fortune sur le dos des pauvres Peuples. Ils voulaient se débarrasser de Saddam Hussein, ramener son pays à l'âge de pierre, c'est chose faite. Nous avons eu droit au même scénario pour Kadhafi dont la fin fut aussi glorieuse que celle du Reis Irakien. Il n'est pas difficile d'imaginer combien ils ont dû ricaner en se repassant en boucle la fin horrible de ces deux leaders qui ne voulaient pas succomber à leurs sirènes, ni se soumettre à leur Psychopathie. Ces Horribles personnages perpétrant leurs ignominies au nom de la Démocratie.

 

C'est au nom de la Démocratie que plus d'1 200 000 millions d'Irakiens ont perdu la vie. Si ceci n'est pas un Génocide, qu'est-ce ? Nous disons que c'est un Génocide.

 

Une ère noire est en train de s'ouvrir devant nous. Mais le pire est à venir. Vu les atroces "boucheries" que perpètrent les Salafistes Wahhabites en Syrie pour les mettre sur le dos des armées Syriennes et accuser Assad, nous devons nous poser cette question : Quand viendront-ils chez nous ? Certains indices, comme l'Affaire Merah, nous laissent à penser qu'ils y sont déjà...

 

 

 

Les crimes de guerre des États-Unis et de l'OTAN en Libye

 

 

Par Barry Grey

 

 

Un rapport publié la semaine dernière par des groupes de défense des droits de l'homme au Moyen-Orient montre en détail les crimes de guerre commis par les États-Unis, l'OTAN, et leurs forces interposées « rebelles », lors de la guerre en Libye l'an dernier qui a renversé le régime du colonel Mouammar Kadhafi. Le rapport, intitulé « Report of the Independent Civil Society Fact-Finding Mission to Libya », dévoile les résultats d'une enquête menée en novembre dernier par l'Organisation arabe des droits de l'homme, le Centre palestinien pour les droits de l'homme ainsi que l'International Legal Assistance Consortium.

 

Basé sur des interviews avec des victimes de crimes de guerre, des témoins et des représentants de la Libye situés à Tripoli, Zawiya, Sibrata, Khoms, Zliten, Misrata, Tawergha et Syrte, le rapport appelle à une enquête sur les attaques de zones civiles par l'OTAN, lors desquelles de nombreuses personnes auraient été tuées ou blessées. Les bombes et les missiles de l'OTAN ont entre autres été dirigés contre des écoles, des bâtiments gouvernementaux, au moins un entrepôt alimentaire et des maisons privées.

 

Le rapport révèle aussi l'emploi systématique du meurtre, de la torture, de l'expulsion et de l'abus contre de présumés loyalistes de Kadhafi par les forces « rebelles » du Conseil national de transition (CNT), allié de l'OTAN. Il décrit l'expulsion par la force des habitants, majoritairement noirs, de Tawergha et la persécution, qui continue à ce jour, des travailleurs migrants subsahariens par les forces alliées au CNT et à son gouvernement de transition.

 

Les enquêteurs font état que des prisonniers, détenus sans avoir été accusés ou subi un procès, ont été sauvagement battus à maintes reprises et que des combattants pro-Kadhafi ont été sommairement exécutés. Des témoins ont rapporté que « des meurtres inconsidérés et de vengeance, y compris le "massacre" d'anciens combattants (on leur aurait tranché la gorge) ».

 

Le rapport révèle ainsi le caractère frauduleux des prétextes de droits humains et de démocratie utilisés par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs complices de l'OTAN pour mener une guerre de conquête de type colonial. Il montre clairement que la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies de mars dernier, qui a imposé à la Libye une zone d'exclusion aérienne et un embargo sur les armes pour supposément protéger les civils d'actes répressifs de Mouammar Kadhafi, a été utilisée en fait pour mener une guerre aérienne impitoyable, coordonnée avec les forces « rebelles » au sol.

 

Le rapport indique que peu de temps après l'éclatement de manifestations anti-Kadhafi à Benghazi et dans d'autres villes, les forces d'opposition ont pu profiter d'un entraînement donné par les forces armées occidentales et d'armes fournies par les puissances de l'OTAN et ses alliés parmi les États arabes. L'opposition populaire qui a fait éruption en février dernier, à la suite de la chute de Moubarak en Égypte, a rapidement été récupérée par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs agents en Libye afin de déclencher une guerre civile pro-impérialiste.

 

Comme le mentionne le rapport, « Selon des informations de première main recueillies par la Mission, et des sources secondaires, il semble que l'OTAN aurait participé à ce que l'on pourrait qualifier d'actions offensives entreprises par les forces d'opposition, y compris, par exemple, des attaques sur des villes et villages contrôlés par les forces de Kadhafi. De même, le choix de certaines cibles, comme un entrepôt alimentaire régional, soulève de prime abord des doutes sur le rôle de telles attaques quant à la protection des civils. »

 

Le rapport ne rend qu'une version diffuse d'une violente attaque dont le but principal était de ramener le pays 43 ans en arrière, aux conditions qui prévalaient sous le régime du roi Idris, laquais des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui a donné le contrôle des ressources pétrolières du pays aux conglomérats américains et britanniques  et permis aux deux puissances de maintenir d'importantes bases militaires en territoire libyen. La destruction et la tuerie de masse, qui ont abouti à la démolition de Syrte et au lynchage de Kadhafi, ont rendu l'idée, défendue par l'ONU, d'une guerre pour « les droits de l'homme » et la « protection des civils » non seulement absurde, mais surtout obscène.

 

Le viol de la Libye a été la réaction de l'impérialisme américain et européen aux soulèvements révolutionnaires qui ont renversé de vieux régimes pro-Occident en Tunisie et en Égypte, deux pays à la frontière de la Libye. Le but de cette guerre impérialiste était d'avoir le contrôle total des ressources en pétrole du pays, de détourner et de réprimer la croissance des luttes de la classe ouvrière à travers l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, et de porter un coup à la Chine et à la Russie, qui avaient établi d'étroites relations économiques avec le régime de Kadhafi.

 

La guerre a dévasté le pays. Le CNT, une coalition de dirigeants de l'ancien régime de Kadhafi, d'islamistes, dont certains qui entretiennent des liens avec Al-Qaïda, et de gens à la solde des agences de renseignement occidentales, estime lui-même que la guerre aurait fait 50 000 morts et blessé 50 000 personnes. La montée de conflits entre différentes factions au sein du CNT pourrait bien mener à l'éruption d'une guerre civile entre milices rivales.

 

Le week-end dernier, tandis que le président du CNT Moustafa Abdel Jalil mettait en garde contre la possibilité d'une guerre civile, un groupe exigeant la démission du gouvernement de transition a pris d'assaut les quartiers généraux du CNT à Benghazi. Abdel Hafiz Ghoga, vice-président du CNT, a rapidement quitté son poste.

 

Le rapport sur les crimes de guerre des États-Unis et de l'OTAN révèle encore une fois le rôle joué par les partis « de gauche », les intellectuels et les universitaires qui ont répété les prétextes de Washington et de l'OTAN, donnant ainsi un appui explicite ou implicite à la guerre en Libye. Il souligne que ces forces, que ce soit les sociaux-démocrates, les Verts et des ex-staliniens comme le parti La Gauche en Allemagne ou de faux radicaux comme le Nouveau Parti anticapitaliste en France et l'International Socialist Organization aux États-Unis, se sont rangées dans le camp de l'impérialisme.

 

(Article original paru le 23 janvier 2012)

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article