Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 17:08

Vous avez là l'utilité des services secrets : coups fourrés et crimes. Voilà à quoi ils passent leur temps et à quoi ils servent. Les barbouzes de plusieurs pays déguisés en Libyens s'en sont donnés à coeur joie. Il est vrai que Kadhafi avait beaucoup de choses à dire, notamment en ce qui concerne le financement de l'élection de Sarkozy. Il valait mieux le faire taire, définitivement. Et "livrer le colis à Renard", comme dit dans le jargon barbouzard...

 

 

 

Obama et Sarkozy ont ordonné l'assassinat de Kadhafi

 

"LIVRER LE COLIS A RENARD"

 

 

 

Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale. Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.(...)

UNE FORMULE CODEE EN COURS A LA DGSE : « LIVRER LE COLIS A RENARD »

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte. Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ? ».Si ces informations sont confirmées et elles le seront probablement, nous sommes face à un crime d'État ,au commencement d'une grave crise politique en France menant à la mise en accusation de Sarkozy.

Plainte de la famille de Kadhafi contre l’Otan

Des procédures sont déjà engagées par les avocats et les conseils de la famille Kadhafi, mais cela est encore insuffisant face à la gravité de l'affaire et à l'énormité du crime contre le chef d'un État souverain, en violation de toutes les normes du Droit International. Si nous sommes encore une démocratie, il faudra bien que des politiques et en particulier ceux de l'opposition fassent preuve pour une fois d'un peu de courage et mettent en cause publiquement Nicolas Sarkozy, s'adressent à la Nation et demandent l'ouverture d'une enquête. M. Ocampo procureur de la CPI (La Cour pénale internationale de La Haye) est un homme très occupé, il est le seul des habitants de cette planète à n'avoir pas ouvert un journal, écouté une radio ou regardé sa télé depuis 6 mois. Cet homme n'a rien vu ,rien entendu, mais nous sommes 6 milliards de témoins à avoir assisté en direct au déroulement de cette tragédie jusqu'à son atroce dénouement.

NOUS SOMMES 6 MILLIARDS DE TEMOINS A AVOIR ASSISTE EN DIRECT A L’ASSASINAT DE KADHAFI

Nous sommes 6 milliards de témoins à avoir assister à la destruction d'un pays et au déchainement de la terreur contre sa population. Nous disposons de centaines d'heures d'images vidéos que tout le monde a pu visionner sur Youtube, des milliers de pages de témoignages ,de rapports établis par des commissions d'enquêtes indépendantes et des journalistes, ces témoignages constituent un acte terrible d'accusation contre la coalition qui s'acharne contre la Libye depuis des mois.
Sources Réflexion DZ
Posté par Adriana Evangelizt
Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LES CRIMES DE SARKOZY
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 16:02

 

 

Par Andreï Mourtazine, pour RIA Novosti

 

 

Enthousiasmé par le soutien de la Russie et la Chine, qui ont opposé leur veto au projet de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies contre la Syrie, le président syrien Bachar al-Assad semble s’être lancé dans une contre-attaque médiatique contre l’Occident. C’est ainsi qu’on pourrait interpréter sa dernière interview accordée au quotidien britannique Sunday Telegraph.

 

La rhétorique belliqueuse

 

Selon le président syrien, l’invasion étrangère de son pays bouleverserait toute la région. "La Syrie est le centre du Proche-Orient, et tout conflit dans le pays provoquerait des troubles dans toute la région. Voulez-vous voir encore un Afghanistan ou des dizaines d’Afghanistans?", s’exclame al-Assad.

 

Généralement posé et pesant chacun de ses mots, le dirigeant syrien a cette fois changé de rhétorique et a accusé directement, et non pas par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères comme auparavant, les pays occidentaux d’attisement du conflit dans son pays et de financement de l’opposition depuis l’étranger.

 

"Ces manifestations antigouvernementales sont financées depuis l’étranger, a souligné al-Assad, et je ne perdrai pas mon temps à parler de ces gens-là. Je ne les connais pas. Il serait préférable de mener une enquête et vérifier s’ils représentent bien le peuple syrien."

 

Les derniers propos de Bachar al-Assad montrent qu’il est poussé à bout. Au lieu du modeste ophtalmologue qu’il était en prenant le pouvoir en Syrie en juillet 2000, on voit un politicien-faucon prêt à se battre jusqu'à la mort.

 

Le bâton et la carotte de la LEA

 

Une réaction aussi violente est bien légitime. En gros, Bachar al-Assad n’a pratiquement plus d’amis idéologiques dans le monde arabe. Il est soutenu seulement par le mouvement shiite libanais Hezbollah, ainsi que par les mouvements palestiniens Hamas et Jihad islamique opposés à Mahmoud Abbas.

 

Néanmoins, les pays arabes, notamment les dirigeants des pays riches et prospères du Golfe, veulent à tout prix éviter la répétition du scénario libyen et préfèrent pratiquer la politique de la carotte et du bâton à l’égard de la Syrie. Le 30 octobre, dans la capitale qatarie Doha s’est tenue la réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue des Etats arabes (LEA), au cours de laquelle un plan interarabe de règlement de la crise a été proposé au ministre syrien Walid Mouallem.

 

Aucune précision n’a été donnée à ce sujet. Officiellement il a été seulement annoncé que la LEA avait exhorté al-Assad à cesser d'utiliser la force contre les manifestants.

 

La réponse de Walid Mouallem aux frères arabes a été tout aussi rude que celle donnée à l’Occident. Il a recommandé de ne pas évaluer la situation en Syrie en se basant uniquement sur les reportages des chaînes satellitaires arabes qui déforment les événements réels, et de réagir seulement aux informations officielles sur la situation.

 

Selon la version officielle de Damas, les forces de sécurité ne luttent pas contre la population, mais contre les terroristes. Cependant, les militants des droits de l’homme syriens installés à l’étranger rapportent pratiquement tous les jours des dizaines de morts suite aux affrontements entre l’armée et les manifestants dans diverses villes et régions du pays, ainsi que de nombreuses désertions de militaires qui passent du côté de l’opposition. Selon les rapports de l’ONU, le nombre de victimes des affrontements depuis les 7 derniers mois a dépassé 3.000 personnes. Les autorités syriennes parlent de plus de 1.500 morts dans les deux camps, y compris de plus de 1.100 agents des forces de l’ordre.

 

L’Occident abandonne al-Assad à son sort en l’absence d’alternative

 

La situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le président syrien n’est pas plus enviable que celle de Mouammar Kadhafi au début de l’opération de l’OTAN en Libye. Et bien que Bachar al-Assad et son armée ne subissent pas les bombardements de l’Alliance, il est tout de même le "faucon" enfermé dans sa propre cage.

 

La marge politique de manœuvre du président syrien se réduit de jour en jour. Les Etats-Unis et l’Europe occidentale proposent à l’unisson à al-Assad de démissionner de son propre gré et d’organiser des élections démocratiques, autrement dit de donner le pouvoir à l’opposition. L’initiative confidentielle de la Ligue des Etats arabes implique probablement un scénario similaire.

 

Al-Assad ce n’est pas Kadhafi, et il ne voudra certainement pas mourir sur le champ de bataille. Très probablement, en cas de départ volontaire il se verrait proposer des garanties de sécurité personnelle dans un pays arabe ou en Iran, patron politique de la Syrie pendant de nombreuses décennies. On ignore pour l’instant qui remplacerait al-Assad.

 

L’Occident voudrait voir à sa place le politologue syrien Burhan Ghalioun, professeur en Sorbonne, qui préside le Conseil national syrien formé en Turquie en août 2011.

 

Cependant, cet homme ne peut arriver en Syrie qu’avec l’aide de l’OTAN, or l’Europe, de même que les Etats-Unis, ne sont pas encore prêts pour une intervention militaire. Un autre scénario est bien plus probable pour la Syrie: un coup d’Etat militaire perpétré par un groupe d’officiers généraux ou supérieurs de l’opposition.

 

C’est ainsi que tous les dictateurs militaires arabes sont arrivés au pouvoir: Kadhafi, Nasser, Saddam Hussein, ainsi que le père du président syrien, Hafez al-Assad. Cela s’est produit dans les années 1950-70 du siècle dernier. Mais l’histoire se répète.

 

Sources Ria Novosti

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBAN
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 15:50

Et allons-y gaiement... en Syrie aussi, il n'y a pas de problèmes. Les "taupes" étrangères se déguisent en "Syriens" et leurs snipers dégomment les Syriens pour faire croire que c'est l'armée de Bachar El Assad. Je ne dis pas que l'armée n'en tue pas, mais de sources officielles, il y a des snipers étrangers qui canardent la population pour faire croire que le régime syrien les tue.

 

 

Damas accuse Washington de financer le terrorisme

 

 

DAMAS, 5 novembre - RIA Novosti

 

Le ministère syrien des Affaires étrangères a accusé samedi les Etats-Unis d'"ingérence flagrante" dans les affaires intérieures du pays et de "financement des groupes terroristes en Syrie" dans une déclaration dénonçant les propos émis vendredi par la porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland.

 

Selon Damas, Mme Nuland a "conseillé aux terroristes de ne pas se rendre aux autorités syriennes" suite à l'appel à la reddition adressé vendredi par le ministère syrien de l'Intérieur aux opposants armés au régime de Bachar al-Assad.

 

Le gouvernement syrien exhorte la communauté internationale à "condamner cette politique qui viole les normes internationales et les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU portant sur le terrorisme et son financement".

 

D'après les Nations unies, les accrochages entre les manifestants et les forces de l'ordre ont fait plus de 3.000 morts en Syrie en huit mois. Damas fait état de plus de 1.500 victimes des deux côtés, dont plus de 1.100 policiers et militaires. Les opposants réclament la démission du président Bachar el-Assad. Cette revendication est soutenue par les Etats-Unis et l'Union européenne, qui ont décrété des sanctions économiques contre Damas.

 

Le 2 novembre, les autorités syriennes ont accepté le plan de sortie de crise mis au point par la Ligue arabe, qui prévoit plusieurs mesures destinées à "arrêter la violence dans le pays ainsi qu'à prévenir une ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie". Toutefois l'opposition a rejeté ce plan.

 

Sources : Ria Novosti

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBAN
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 15:17

Mais bien évidemment, nul ne peut être dupe des manigances américano-sionistes dans les manipulations et complots. Ils ne sont bons qu'à ça. Il faut qu'ils s'infiltrent partout pour semer le désordre et le chaos. Ces individus n'aiment pas l'Harmonie. Voir des pays en paix ou heureux, ça les dérange.

 

 

 

 

 

Implication USA dans la terrorisme:

 

l'Iran dévoile certains documents

 

 

 

MOSCOU, 5 novembre - RIA Novosti

 

Saïd Jalili, secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale, a dévoilé vendredi à Téhéran certains documents attestant l'implication des Etats-Unis dans des activités terroristes en Iran, a rapporté samedi l'agence iranienne Fars.

 

M.Jalili a fait ces révélations lors d'une cérémonie consacrée au 32e anniversaire de la prise de l'ambassade américaine à Téhéran lors de la révolution islamique de 1979, en réponse aux accusations récemment lancées par les Etats-Unis contre l'Iran.

 

Les autorités américaines affirment depuis début octobre que Téhéran a fomenté une conspiration criminelle visant à assassiner l'ambassadeur saoudien à Washington, Adel Al-Jubeir. Samedi, Téhéran a de nouveau rejeté ces accusations dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, selon l'agence Fars. Fin octobre, l'Iran a exigé des excuses officielles des Etats-Unis.

 

Le vice-président de la commission parlementaire iranienne pour la sécurité nationale et la politique étrangère Mohammad Esmayeel Kosari et l'ambassadeur de l'Iran au Liban Qazanfar Roknabadi ont aussi confirmé vendredi à l'agence Fars que l'Iran était en possession d'une centaine de documents démontrant l'implication directe des Etats-Unis dans les activités terroristes au Proche-Orient. Le 2 novembre dernier, le guide spirituel iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a menacé de publier le dossier anti-américain.

 

Sources :Ria Novosti

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans IRAN
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 15:00

Je pose ici (ou du moins j'essaye...) deux audios de Glucksmann qui dit que Poutine se conduit exactement comme Bachar El Assad en Syrie. Glucksmann qui passe son temps à dénoncer les crimes qui l'arrangent mais oublie copieusement ceux qui sont commis en Palestine. De ceux-là, il n'en parle jamais.

 

Il en a gros sur la patate parce que personne n'intervient en Syrie, qu'il aimerait sans doute voir transformer en champ de ruines comme la Libye ou l'Irak dont il soutenait fermement l'invasion américaine. Il existe même des videos où avec un sourire narquois, il disait que les Irakiens allaient enfin apprendre la démocratie. Quel cynisme et quel culot !

 

Pour lui, donc, c'est Poutine qui pose son veto aux Nations-Unies afin qu'aucune force d'occupation n'intervienne en Syrie. Ceci l'offusque. Par contre, il ne s'offusque pas du tout lorsque les USA posent leur veto sur la colonisation israélienne ou les crimes sionistes. Ecoutez le lancer ses horreurs sur Vladimir Poutine à qui il n'arrive pas à la cheville, j'ose le dire...

 

 

Apparemment, je ne peux pas poser les audios, ici, il faut donc aller les écouter sur FRANCE-INFO. 

 

 

Il peut toujours donner à son livre le titre "Le roman du Juif Universel", pour nous, il n'en fait pas partie. Car le Juif Universel, pour commencer, n'a pas de patrie car, justement, il est Universaliste, mais par dessus tout, profondément Humaniste et que sa Justice n'est pas taillée dans le deux poids deux mesures. Ce qui n'est pas le cas de Gluksmann.

 

Ci-dessous, il explique qu'il ne regrette pas d'avoir soutenu Sarkozy et qu'il l'a même soutenu pour l'invasion de la Libye, le contraire nous aurait étonné.

 

 

Pour celui-là, idem, il faut aller ICI, s'il ne s'affiche pas...

 

Gluksmann est comme Finkielkraut, Bernard-Henri Levi et toute la clique de sionistes qui ne vivent que par et pour Israël et critiquent tous ceux qui sont hostiles au régime et à la politique criminelle sionistes. Autant dire que cela ne va pas loin. Figurez-vous que le Juif Universel a d'autres chats à fouetter qu'un bout de terre qui doit être détruit bientôt comme tous les pays du monde puisque la Terre va se régénérer... mais bien entendu, leur vue est si étroite qu'ils ignorent ce fait...

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans SIONISME MOSSAD DANGER
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 22:08

L'horripilant Pujadas pose ses questions à la gomme sur les droits de l'homme à Vladimir Poutine. Il lui répond en lui rappelant la colonisation et la façon française de traiter les "indigènes", puis il lui parle de nos prisons épinglées par les Droits de l'Homme. On voit la paille dans l'oeil du voisin, mais pas sa propre poutre.

 

Ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c'est qu'il faut du temps à un pays comme la Russie parce que les Russes ont un lourd héritage à porter dans leur Histoire. Et que l'on ne fait pas Paris en un seul jour...

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans VIDEOS VLADIMIR POUTINE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 22:04

 Il faut noter qu'il a parlé du meurtre de Kadhafi dès le 24 avril. Vladimirovitch savait très bien comment cela allait se terminer. Le seul reproche que l'on peut lui faire est de ne pas avoir mis son veto sur cette satanée résolution... et pourquoi d'ailleurs ne l'a-t-il pas fait ?

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans VIDEOS VLADIMIR POUTINE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:27

300 millions d'euros, au grand grand minimum, pour ruiner un pays, assassiner des innocents et installer un régime islamique avec la charia. Merci Sarkozy ! Et surtout bravo ! En réalité, la bagatelle se monterait à 3 milliards de dollars soit deux milliards d'euros. Mais l'on nous fait croire que cela coûterait beaucoup moins. Et après il vient nous bassiner à faire des économies. Il est grand temps que cette mauvaise farce s'arrête. J'en dirai davantage sur Apocalypse dans la soirée...

 

 

 

Libye : Une note de 300 millions d'euros pour la France

 

 

Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a estimé dimanche à "un petit peu au-delà de 300 millions d'euros", le coût direct pour la France de l'opération militaire internationale en Libye contre les forces du colonel Kadhafi.

 

« On va tourner à un petit peu au-delà de 300 millions d'euros en coût direct », soit « un tiers du budget » des Opérations extérieures (Opex) de l'armée françaises pour 2011 (qui est de 630 millions d'euros), a-t-il déclaré au « Grand rendez-vous » Europe1, Itélé, Le Parisien. Un montant qui se rapproche de celui évoqué, en septembre, par le ministre de la Défense qui tablait alors sur un coût de 320 millions d'euros. « Sur un budget de 31,7 milliards d'euros, ça représente 1% », précise toutefois Gérard Longuet. 

La France au cœur de l'arrestation de Kadhafi

Interrogé sur les images de Mouammar Kadhafi peu avant sa mort, le numéro 3 du gouvernement a estimé que « le visage ensanglanté ne doit pas faire oublier tous les visages ensanglantés depuis 40 ans », et la mise en place du régime de répression de Kadhafi. Gérard Longuet a aussi précisé que les incertitudes qui demeurent sur les circonstances de la mort jeudi de Mouammar Kadhafi n'arrangent « personne ». « Au contraire, nous aurions aimé tout comprendre et tout savoir. Pourquoi cet homme qui en 2003 avait accepté de renoncer au terrorisme, avait été réintégré dans l'ordre international (...) a basculé dans le délire total ? », a-t-il déclaré. (Nd'A.Ce n'est pas la honte qui étouffe longuet lorsqu'il parle de délire total !) 

Le ministre de la Défense a tenu à préciser le rôle de la France au cours de l'arrestation de l'ancien Guide libyen. Il a indiqué que c'est la France qui a arrêté le convoi dans lequel se trouvait Mouammar Kadhafi avant que des combats entre la garde de Kadhafi et des rebelles éclatent au sol. « Un convoi a été identifié, un pick-up armé quittant Syrte. Il y a eu deux interventions de l'Otan, un drone et des avions qui ont dispersé et neutralisé ce convoi », a-t-il précisé. Mais des inconnues demeurent. 

Ouverture d'une enquête sur la mort du Guide

« Ce qui s'est passé à terre, nous ne le savons pas. Puisque par définition, depuis le 19 mars nous ne sommes pas à terre. (N d'A. Quel gros menteur !) Il y a une demande des Nations unies, faisons en sorte que le CNT réponde à cette demande », a-t-il poursuivi. Gérard Longuet a aussi affirmé qu'une enquête de la commission des droits de l'homme de l'ONU allait être mise en place. L'objectif est d'établir les circonstances du décès de l'ancien leader libyen. Conditions de mort que lui-même jugent « déshonorantes ».

 

Le ministre de la Défense a enfin tenu à réafirmer la volonté de la France d'établir des relations normales avec le futur gouvernement libyen. « Nous aurons avec la nouvelle Libye des relations d'Etat à Etat. Ça n'interdit ni la coopération, ni l'échange d'information, ni même l'échange de conseils. Nous ne sommes pas en Libye pour organiser l'Etat », a-t-il souligné. En plus de la reconstruction, la France va miser sur des contrats économiques fructueux avec ce pays riche en pétrole. De quoi justifier l'intervention militaire et mieux faire avaler les 300 millions d'euros dépensés.

 

SourcesFrance Soir

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LES CRIMES DE SARKOZY
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:20

 

 

 

Kadhafi condamné à mort par Washington et Paris

 

 

Par Claude Angeli (revue de presse : Le Canard Enchaîné – 26/10/11)

 

 

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

 

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

 

   Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, «´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

 

Hypocrisie internationale

 

   À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes du corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoît Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique» du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

 

   « La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

 

   Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

 

Soupirs de satisfaction

 

   Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande Allah Akbar » à pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie »

.

     On connaît la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.

 

Sources Blog de Gilles Munier

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:01

Le Nouvel Ordre Mondial dans toute son évidente barbarie

 

 

Rick Rozoff gère le site et bulletin de Stop NATO et contribue régulièrement à www.globalresearch.ca

 

John Robles : Comment allez-vous M. Rozoff ?

 

Rick Rozoff : Je suis assez bouleversé par les nouvelles de ce matin – d’hier matin en ce qui vous concerne.

 

John Robles : Ok, quelle est votre première impression ?

 

Rick Rozoff : Celle du meurtre brutal et gratuit d’un homme de près de 70 ans, tué après avoir été capturé. Et si le but des 216 jours de bombardements était avant tout de le tuer, ce qui est manifestement le cas, avec les multiples bombardements de sa résidence à Tripoli, dont un seul a tué un de ses fils et trois de ses petits-enfants, il s’agit sans aucun doute d’un assassinat ciblé et je suppose que l’OTAN peut maintenant en revendiquer le succès. Ils ont eu ce qu’ils voulaient.

 

John Robles : Le président Barak Obama a dit qu’il allait y avoir un retrait de Libye très bientôt, à votre avis, cela signifie-t-il que l’objectif a été atteint ?

 

Rick Rozoff : Oui, il l’a été totalement. Changement de régime, prise de contrôle des plus importantes réserves de pétrole d’Afrique, incorporation de la Libye, jusque là seul pays nord-africain à n’être pas membre du soi-disant « Dialogue méditerranéen » de l’OTAN dans ce qui est à présent, selon le secrétaire général Fogh Rasmussen, un partenariat militaire avec l’Alliance de l’Atlantique Nord... Oui, dans tous les sens, leur objectif a été atteint. Et ce n’est certainement là rien qui soit susceptible de bénéficier au peuple libyen.

 

John Robles : Vous ne voyez pas cela comme un acte de justice envers le peuple libyen opprimé ? Je veux dire qu’il y a des gens pour qui Kadhafi était un type terrible : il a tué des milliers de gens, donc il méritait de mourir.

 

Rick Rozoff : Il y a juste tellement – comment dire – de bassesse, de délectation gratuite dans le meurtre de cet homme, né il y a 70 ans dans la ville même où il a été assassiné le 216e jour des bombardements de son pays par l’OTAN.

 

Il est né sous l’occupation fasciste italienne et il est mort sous l’occupation de l’OTAN. On ne peut pas s’empêcher de faire le parallèle, d’autant que l’Italie a fourni certains des avions qui dévastent son pays depuis la mi-mars... depuis le 19 mars. S’il était le monstre qu’ils nous dépeignent, et j’invite vos auditeurs à aller voir sur le site de l’OTAN, les caricatures innommables qu’ils ont postées tous ces derniers jours, graffiti muraux et autres, qui le représentent de manière avilissante et diffamatoire, pour le déshumaniser au maximum avant de l’assassiner...

 

John Robles : D’accord, j’ai vu à la télévision son corps nu traîné comme un morceau de barbaque, pardonnez-moi l’expression.

 

Rick Rozoff : Oui. Après qu’ils l’aient amené à Misrata. C’est à vomir, un traitement barbare, et même pire que barbare, et qui prend place dans une longue série d’outrages similaires. Il en a été de même avec Slobodan Milosevic en Yougoslavie et avec Saddam Hussein en Irak, et il en va de même pour tout dirigeant d’un pays, qui refuse de s’aplatir. Je ne mets pas tous ces hommes dans le même panier. Reformulons la chose autrement. Tout dirigeant dont « le temps est venu », de l’avis des États-Unis et de l’OTAN, doit s’attendre à mourir. Hussein a été pendu. Kadhafi a été flingué. Considérant que Kadhafi était censé être – il ne l’était que nominalement, mais peu importe – le chef de l’état et même le chef des armées – et le bombardement de ses résidences privées, au prétexte qu’elles étaient des centres de commandement, prouve que l’OTAN le considérait bien comme dirigeant les forces armées – lorsqu’ils l’ont capturé jeudi, il était un prisonnier de guerre et, à ce titre, sous la protection de la Convention de Genève, au lieu de quoi on lui a tiré dans la tête et on l’a massacré. C’est là le nouveau régime qui vient d’être implanté en Libye, et quel que soit le verbiage de l’Occident à propos d’état de droit et de préoccupations humanitaires, ceci est l’image brute et nue de ses intentions véritables. Comme l’a été la mort de Slobodan Milosevic dans un cul-de-basse-fosse des Pays-Bas, où on lui a refusé les soins médicaux en Russie, et comme la grotesque pendaison de Saddam Hussein. C’est là l’image véridique du nouvel ordre mondial, un ordre mondial dans toute son évidente barbarie.

 

John Robles : Que voulez-vous dire « on lui a refusé les soins médicaux en Russie » ?

 

Rick Rozoff : La Russie a offert au TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, NdT) de faire venir Slobodan Milosevic à Moscou pour y suivre un traitement médical, mais son offre a été refusée et Milosevic est mort très peu de temps après. Il est même possible que les choses se soient passées de façon encore pire (**). Quoi qu’il en soit, l’image est très claire.

 

John Robles : Est-ce que vous voyez un schéma, excusez-moi de vous interrompre. Est-ce que vous voyez un schéma répétitif - je suis sûr que oui - entre les cas Hussein, Ben Laden et maintenant Kadhafi ? Je veux dire, vous avez des pays, Hussein et Kadhafi par exemple, qui ont pratiquement stoppé leurs programmes d’armement. C’est à peu près sûr, Kadhafi coopérait avec les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, en permettant les vols de restitutions extraordinaires (« extraordinary renditions ») vers la Libye. Et il avait arrêté ses programmes d’armement. Vous voyez là un schéma récurrent ?

 

Rick Rozoff : Oui. Il y a très clairement un schéma, un mode opératoire, par lequel les États-Unis et l’OTAN se servent de quelqu’un à leurs propres fins, puis s’en débarrassent et le tuent. Slobodan Milosevic, à grand risque politique pour lui-même à l’intérieur de ce qui était à l’époque la République Fédérale de Yougoslavie, a joué un rôle actif dans les négociations visant à mettre fin aux hostilités armées en Bosnie, en remerciement de quoi son pays a été bombardé pendant 78 jours en 1999 par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, et lui-même ensuite jeté aux oubliettes pour y mourir.

 

John Robles : Il avait passé un accord avec la CIA, je pense, on l’a su plus tard, et c’est assez de notoriété publique qu’il s’attendait à être protégé.

 

Rick Rozoff : Je ne connais pas tous les détails là-dessus, mais au bout du compte, on se retrouve toujours avec des tas de cadavres et des chefs d’état assassinés. Rappelons-nous bien ceci : quoique n’étant que nominalement chef de l’État, Muammar Kadhafi a eu la carrière de dirigeant la plus longue au monde. Il a été le dernier lien personnel – depuis que Fidel Castro s’est retiré de la présidence de Cuba – entre les luttes de libération nationales d’après la Deuxième Guerre Mondiale et l’émergence de nouvelles nations pendant la Guerre Froide et l’après-Guerre Froide, dont l’issue a été l’OTAN, force de frappe militaire capable de renverser les gouvernements à volonté n’importe où dans le monde. L’OTAN se vante, sur son site web, d’avoir accompli, à ce jour, 26.000 missions aériennes au-dessus d’un pays de 6 millions d’habitants, dont plus de 9.000 étaient des « sorties de combat ». Ce monstre est déchaîné depuis vingt ans sur le monde, et la Libye ne sera pas le dernier pays à lui servir de cible. Vous pouvez en être sûr.

 

John Robles : Que croyez-vous qu’il va arriver maintenant ?

 

Rick Rozoff : Je ne sais pas si la Libye sera en état de se relever. Les puissances occidentales ont poussé à des affrontements tribaux pour pouvoir renverser le gouvernement de Kadhafi, et croire qu’on peut, après cela, faire rentrer le génie dans la bouteille, est faire preuve de vraiment beaucoup d’optimisme ou de faux-culterie. Avec le chef militaire du CNT (Abdel Hakim Belhadj) qui est quelqu’un que les États-Unis ont incarcéré et interrogé (= torturé, NdT) dans le cadre de leur programme de « restitutions extraordinaires », ex-combattant en Afghanistan et ex-leader du soi-disant Groupe de Lutte Islamique de Libye, vous avez des éléments d’Al Qaeda et des séparatistes... ils ont semé dans le pays un véritable pandemonium, et maintenant ils prétendent qu’ils veulent stabiliser la Libye. Je ne vois rien se produire de ce genre. Tous comptes faits, avec sa prétendue « no-fly zone » et son intervention humanitaire, l’OTAN a clairement fait la guerre à un gouvernement pour le compte d’une faction insurgée. Point. C’était l’intention de départ, et l’entreprise a réussi.

 

Interviewé par John Robles

 

Né en 1966 à Rio Piedras, Porto Rico, John Robles est, à ce jour, le seul citoyen US à qui ait été accordé l’asile politique en Russie. Il est journaliste et présente, sur La Voix de la Russie, le célèbre programme en langue anglaise Moscow Mailbox, qui répond aux questions des auditeurs du monde entier sur tout ce qui concerne l’URSS et la Russie (NdT).

 

Source : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27...

 

Traduction Catherine L. pour http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

 

** Me Vergès a déposé plainte pour meurtre par empoisonnement (NdT).

 


EN COMPLEMENT : Le CNT : un joyeuse bande de gars sympas pour qui l’OTAN était prête à (faire) mourir ?

Kadhafi sodomisé par des rebelles soutenus par l’OTAN - La vidéo montre le viol image par image (BRUTAL)

Une analyse semble confirmer qu’un combattant rebelle a sodomisé Kadhafi avec un couteau. par Tracey Shelton (Traduction C.L.) :

 

Global Post, 25 octobre 2011 – Syrte, Libye.

Une analyse de la vidéo obtenue par Global Post d’un combattant rebelle qui a filmé le moment où le colonel Kadhafi a été capturé, confirme qu’un autre combattant rebelle dont l’identité n’est pas connue a sodomisé l’ex-leader alors qu’on l’extrayait en le traînant hors de la canalisation où il avait trouvé refuge. Une analyse image par image de cette vidéo exclusive de Global Post montre clairement le rebelle tentant d’introduire une espèce de bâton dans le rectum de Kadhafi.

 

Mise en garde : Ces images et ces vidéos ne doivent être vues que par un public mature.

 

http://www.informationclearinghouse.info/article29508.htm

 

Sources Le Grand Soir

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article