Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 22:44

Nous posons ici un article ancien relatant les crimes de guerre perpétrés en Libye par l'OTAN et les criminels que les medias prostitués appellent les "rebelles". Lesdits rebelles n'étant qu'un ramassis de crapules sans foi ni loi qui rejouent le même scénario en Syrie où ils assassinent à tour de bras civils et militaires, imputant leurs crimes ignobles aux armées de Bashar Al Assad.

 

Les horreurs que ces individus cruels et sanguinaires ont commis en Libye et continuent de commettre -comme le démontreront les vidéos que nous allons poser- se reproduisent en Syrie où ces assassins torturent et exterminent sans pitié, hommes, femmes et enfants pour faire avancer leur cause : l'Islamisation salafiste wahhabite de ce pays, comme ils comptent le faire en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Yémen, et ailleurs. Avec comme drapeau, celui d'Al Qaïda, qui serait nommé dans le Coran, drapeau noir de Khorasan. Voyez la video que j'ai posé ICI, avec l'explication de Sheikh Imran Hossein qui a toute notre admiration pour son décryptage des textes coraniques. Lorsqu'il parle de ce fameux drapeau, il l'assimile à l'Afghanistan et aux résistants Afghans qu'il se refuse de nommer "talibans" car ils luttent contre l'Oppresseur. Et nous sommes totalement en accord avec lui. Simplement, il y a eu un détournement des textes coraniques par la Secte Salafiste Wahhabite dont le but principal est de mener le Jihad contre toutes les religions et idéologies qui ne sont pas la sienne. Et le drapeau noir d'Al Qaïda flotte en Syrie, ce qui prouve bien qu'ils y sont. Ces assassins sont mêmes armés par l'Occident dont la France, malgré les propos de Fabius qui a affirmé e contraire, lors de sa conférence de presse.

 

Nous pensons sincèrement que tous les Êtres Eveillés en Conscience ont de plus en plus de mal à supporter ce monde de détraqués qui nous gouvernent. Nous sommes en droit de nous interroger sur leur santé mentale et les valeurs qu'ils prônent.

 

Quelles sont ces valeurs ?

 

Le monde du Matérialisme et non celui de la Protection des Peuples. Le Matérialisme représente le Satanisme. Il est opposé à l'Humanisme. La Morale et la Moralité sont absentes du programme des Mammonites. TUER et VOLER sont en tête de liste de leurs dix préoccupations premières ou commandements, suivis par les deux autres : EXPLOITER et SOUMETTRE.

 

C'en est fini du Libre-Arbitre, les Amis ! Nous devons subir la Loi des Psychopathes qui sévit dans tous les domaines depuis le 11 septembre. Dans tous les domaines, y compris la Finance, on s'en doute. C'est même ce qui les motive dans toutes leurs actions et exactions.

 

De l'avis des scientifiques, leur cerveau est différent de celui des autres êtres vivant sur la Planète. Viendraient-ils d'Ailleurs ? Sont-ils de la Descendance des Nephilim qui s'accouplèrent avec les "filles des hommes", selon le mythe biblique ? Toutes les pistes sont bonnes à explorer pour élucider le "Mystère" de ces "êtres pervertis" jusqu'à la moëlle...

 

Dans la hiérarchie des Psychopathes, il y a divers échelons opérant selon un ordre particulier : Du Sommet vers la Base.

 

Nous trouvons, en premier lieu, au plus Haut Niveau, les Machiavéliques qui se prennent pour les Maîtres du Monde et planifient les abominations à commettre, depuis leur tour d'ivoire inexpugnable. Qu'ils croient. Ils se servent des uns et des autres pour mener à bien leurs divers projets mortifères dont la dislocation de tous les pays à l'Histoire millénaire situés, pour la plupart, dans les Pays Arabes ou fortement peuplés de Musulmans. Et pour que leur Plan aboutisse, ils se servent de "faux-musulmans" dits "radicaux", que nous nommons extrêmistes violents, afin de perpétrer les crimes sordides qui ravagent l'Irak, la Libye, la Syrie, et bientôt d'autres pays suivront...  

 

Cette frange sans foi ni loi sont les exécutants dont la seule grande qualité est d'obéir aveuglément aux ordres sans se poser de questions. Quelques billets secoués devant leurs yeux vides fera l'affaire. On les a vus à l'oeuvre en Irak, en Libye, et aujourd'hui, en Syrie.

 

Drogués et alcoolisés à mort, ils pendent des innocents, coupent des têtes, violent les femmes, font sauter des maisons et immeubles à coups de bombes généreusement distribuées par les services secrets dont tout le monde connaît le nom. Al Qaïda est leur oeuvre. Ils s'y planquent derrière pour perpétrer leurs atrocités et faire croire que les coupables sont de vilains "extrêmistes". Une fois que l'on a compris leur Système, tout devient très clair. Le terrorisme est alimenté par des Espions et les terroristes sont des agents sans cervelle à leur solde. Le cas le plus flagrant étant que Mohammed Atta et ses comparses étaient non pas surveillés, mais couverts depuis de longs mois tant par le Mossad que par la CIA. Le but du jeu étant, de ne point les empêcher de nuire mais de faire en sorte qu'ils accomplissent bien leur Mission. Et ne doutons pas un instant qu'ils se sont arrangés pour les faire monter dans les avions (s'ils y sont montés ?) bien avant que les passagers commencent à embarquer. Voilà la raison pour laquelle ils ne figurent pas sur la liste des voyageurs. Un aveugle y verrait. La manipulation est tellement flagrante qu'il faut vraiment être très aveugle pour ne rien voir. Mais que peut-on attendre des medias prostitués à la botte des Psychopathes ?

 

Pour donner un aperçu du topo et de leur démocratie... ils ont ruiné l'Afghanistan et l'Irak, deux pays à l'Histoire millénaire. Ceci a son importance. Car ils ont l'intention de pratiquer de la même façon à l'encontre de toutes les nations ayant sur leur sol des vestiges de leurs Anciennes Civilisations. Tout détruire. Tout raser. Rien ne doit subsister de nos Ancêtres Hyper-Evolués. Le pire est d'ailleurs à craindre pour l'Egypte où des sites archéologiques et le Musée ont été pillés lors des dernières émeutes. La même chose a eu lieu en Irak. Ne croyez surtout pas que ce sont de simples quidams qui se livrent à de tels actes. Tout est soigneusement prémédité. Des "taupes" s'infiltrent au milieu des manifestants et profitent de la confusion pour faire ce pour quoi ils ont été rémunérés. Là aussi, nous savons comment ils pratiquent. VOLER. PILLER. PRENDRE LE BIEN D'AUTRUI. C'est tout ce qu'ils savent faire. Comme eux n'ont pas d'histoire puisqu'ils ont pris celle des autres, ils n'ont aucun états d'âme à s'emparer de ce qui ne leur appartient pas. Cela fait partie de leurs gènes et donc de leur mentalité de rapaces.

 

Voilà ce qui règne aujourd'hui sur notre monde. Un Ordre Noir abject qui fait sa fortune sur le dos des pauvres Peuples. Ils voulaient se débarrasser de Saddam Hussein, ramener son pays à l'âge de pierre, c'est chose faite. Nous avons eu droit au même scénario pour Kadhafi dont la fin fut aussi glorieuse que celle du Reis Irakien. Il n'est pas difficile d'imaginer combien ils ont dû ricaner en se repassant en boucle la fin horrible de ces deux leaders qui ne voulaient pas succomber à leurs sirènes, ni se soumettre à leur Psychopathie. Ces Horribles personnages perpétrant leurs ignominies au nom de la Démocratie.

 

C'est au nom de la Démocratie que plus d'1 200 000 millions d'Irakiens ont perdu la vie. Si ceci n'est pas un Génocide, qu'est-ce ? Nous disons que c'est un Génocide.

 

Une ère noire est en train de s'ouvrir devant nous. Mais le pire est à venir. Vu les atroces "boucheries" que perpètrent les Salafistes Wahhabites en Syrie pour les mettre sur le dos des armées Syriennes et accuser Assad, nous devons nous poser cette question : Quand viendront-ils chez nous ? Certains indices, comme l'Affaire Merah, nous laissent à penser qu'ils y sont déjà...

 

 

 

Les crimes de guerre des États-Unis et de l'OTAN en Libye

 

 

Par Barry Grey

 

 

Un rapport publié la semaine dernière par des groupes de défense des droits de l'homme au Moyen-Orient montre en détail les crimes de guerre commis par les États-Unis, l'OTAN, et leurs forces interposées « rebelles », lors de la guerre en Libye l'an dernier qui a renversé le régime du colonel Mouammar Kadhafi. Le rapport, intitulé « Report of the Independent Civil Society Fact-Finding Mission to Libya », dévoile les résultats d'une enquête menée en novembre dernier par l'Organisation arabe des droits de l'homme, le Centre palestinien pour les droits de l'homme ainsi que l'International Legal Assistance Consortium.

 

Basé sur des interviews avec des victimes de crimes de guerre, des témoins et des représentants de la Libye situés à Tripoli, Zawiya, Sibrata, Khoms, Zliten, Misrata, Tawergha et Syrte, le rapport appelle à une enquête sur les attaques de zones civiles par l'OTAN, lors desquelles de nombreuses personnes auraient été tuées ou blessées. Les bombes et les missiles de l'OTAN ont entre autres été dirigés contre des écoles, des bâtiments gouvernementaux, au moins un entrepôt alimentaire et des maisons privées.

 

Le rapport révèle aussi l'emploi systématique du meurtre, de la torture, de l'expulsion et de l'abus contre de présumés loyalistes de Kadhafi par les forces « rebelles » du Conseil national de transition (CNT), allié de l'OTAN. Il décrit l'expulsion par la force des habitants, majoritairement noirs, de Tawergha et la persécution, qui continue à ce jour, des travailleurs migrants subsahariens par les forces alliées au CNT et à son gouvernement de transition.

 

Les enquêteurs font état que des prisonniers, détenus sans avoir été accusés ou subi un procès, ont été sauvagement battus à maintes reprises et que des combattants pro-Kadhafi ont été sommairement exécutés. Des témoins ont rapporté que « des meurtres inconsidérés et de vengeance, y compris le "massacre" d'anciens combattants (on leur aurait tranché la gorge) ».

 

Le rapport révèle ainsi le caractère frauduleux des prétextes de droits humains et de démocratie utilisés par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs complices de l'OTAN pour mener une guerre de conquête de type colonial. Il montre clairement que la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies de mars dernier, qui a imposé à la Libye une zone d'exclusion aérienne et un embargo sur les armes pour supposément protéger les civils d'actes répressifs de Mouammar Kadhafi, a été utilisée en fait pour mener une guerre aérienne impitoyable, coordonnée avec les forces « rebelles » au sol.

 

Le rapport indique que peu de temps après l'éclatement de manifestations anti-Kadhafi à Benghazi et dans d'autres villes, les forces d'opposition ont pu profiter d'un entraînement donné par les forces armées occidentales et d'armes fournies par les puissances de l'OTAN et ses alliés parmi les États arabes. L'opposition populaire qui a fait éruption en février dernier, à la suite de la chute de Moubarak en Égypte, a rapidement été récupérée par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs agents en Libye afin de déclencher une guerre civile pro-impérialiste.

 

Comme le mentionne le rapport, « Selon des informations de première main recueillies par la Mission, et des sources secondaires, il semble que l'OTAN aurait participé à ce que l'on pourrait qualifier d'actions offensives entreprises par les forces d'opposition, y compris, par exemple, des attaques sur des villes et villages contrôlés par les forces de Kadhafi. De même, le choix de certaines cibles, comme un entrepôt alimentaire régional, soulève de prime abord des doutes sur le rôle de telles attaques quant à la protection des civils. »

 

Le rapport ne rend qu'une version diffuse d'une violente attaque dont le but principal était de ramener le pays 43 ans en arrière, aux conditions qui prévalaient sous le régime du roi Idris, laquais des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui a donné le contrôle des ressources pétrolières du pays aux conglomérats américains et britanniques  et permis aux deux puissances de maintenir d'importantes bases militaires en territoire libyen. La destruction et la tuerie de masse, qui ont abouti à la démolition de Syrte et au lynchage de Kadhafi, ont rendu l'idée, défendue par l'ONU, d'une guerre pour « les droits de l'homme » et la « protection des civils » non seulement absurde, mais surtout obscène.

 

Le viol de la Libye a été la réaction de l'impérialisme américain et européen aux soulèvements révolutionnaires qui ont renversé de vieux régimes pro-Occident en Tunisie et en Égypte, deux pays à la frontière de la Libye. Le but de cette guerre impérialiste était d'avoir le contrôle total des ressources en pétrole du pays, de détourner et de réprimer la croissance des luttes de la classe ouvrière à travers l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, et de porter un coup à la Chine et à la Russie, qui avaient établi d'étroites relations économiques avec le régime de Kadhafi.

 

La guerre a dévasté le pays. Le CNT, une coalition de dirigeants de l'ancien régime de Kadhafi, d'islamistes, dont certains qui entretiennent des liens avec Al-Qaïda, et de gens à la solde des agences de renseignement occidentales, estime lui-même que la guerre aurait fait 50 000 morts et blessé 50 000 personnes. La montée de conflits entre différentes factions au sein du CNT pourrait bien mener à l'éruption d'une guerre civile entre milices rivales.

 

Le week-end dernier, tandis que le président du CNT Moustafa Abdel Jalil mettait en garde contre la possibilité d'une guerre civile, un groupe exigeant la démission du gouvernement de transition a pris d'assaut les quartiers généraux du CNT à Benghazi. Abdel Hafiz Ghoga, vice-président du CNT, a rapidement quitté son poste.

 

Le rapport sur les crimes de guerre des États-Unis et de l'OTAN révèle encore une fois le rôle joué par les partis « de gauche », les intellectuels et les universitaires qui ont répété les prétextes de Washington et de l'OTAN, donnant ainsi un appui explicite ou implicite à la guerre en Libye. Il souligne que ces forces, que ce soit les sociaux-démocrates, les Verts et des ex-staliniens comme le parti La Gauche en Allemagne ou de faux radicaux comme le Nouveau Parti anticapitaliste en France et l'International Socialist Organization aux États-Unis, se sont rangées dans le camp de l'impérialisme.

 

(Article original paru le 23 janvier 2012)

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 17:55

Nous avons là une petite idée de comment la Libye a été libérée et démocratisée. Comme en Irak et en Afghanistan, par les bombardements et les exactions pour commencer. Puis au final, ceux qui sont au gouvernement sont pires que Kadhafi. Il faut voir ce que ces pauvres Libyens endurent. Et ceci avec la complicité de Sarkozy qui participe allègrement aux crimes de guerre et nous y fait participer également par procuration. Du style, nous avons libéré la Libye au nom du Peuple de France. Vade retro Satanas ! Tu gardes tes crimes, Sarkozy, et ne nous les colle pas sur les dos. Nous ne serons pas comme les Allemands sous Hitler, en ce qui nous concerne. Au nom de notre Conscience, déjà. Le "Tu ne tueras point" est en tête de liste de nos commandements. Nous ne nous laisserons pas salir par les actes criminels de nos gouvernants. Nous refusons de participer à ces horreurs barbares. La civilisation de Guéant peut aller se rhabiller au vestiaire, elle n'est pas mieux que celle d'Attila. Tu parles d'une avancée ! Faut-il être tordu du ciboulot pour ruiner un pays, massacrer ses habitants, instaurer la torture en guise de démocratie et être fier de ses forfaits, de surcroît ! Mais quelle honte pour la France...

 

Voici une petite video où vous pourrez constater combien les Libyens soit-disant pro-Kadhafi sont traités par les malades mentaux qui dirigent la Libye actuellement. Il y en a un, bien sûr, une taupe sans doute payée par les tortionnaires qui affirme que les prisonniers sont bien traités... ben voyons... on y croit dur comme fer...

 

 

 

 

 

 

 

 

Torture en Libye: la réalité répugnante de la « libération » impérialiste

 

 

Par Bill Van Auken

 

 

 

De multiples articles sur la torture dans les camps de détention dirigés par le nouveau régime libyen soutenu par l’impérialisme et les « rebelles » de l’OTAN démentent tous ceux qui, au nom des droits de l’homme et de la « libération » avaient justifié la guerre de l’année dernière.

 

A peine un peu plus de 100 jours se sont écoulés depuis l’assassinat par lynchage de l’ancien dirigeant de la Libye, Mohamed Kadhafi, un acte horrible qui avait marqué l’aboutissement de la guerre de huit mois menée par les Etats-Unis et l’OTAN. A l’époque, le président Barack Obama avait, depuis le jardin de la Maison Blanche, salué l’assassinat comme étant l’avènement d’« une nouvelle Libye démocratique. »

 

Les preuves et témoignages fournis au cours de la semaine passée par des groupes d’aide et des organisations de droits de l’homme donnent une tout autre image. Une guerre impérialiste criminelle se terminant par un meurtre brutal a, sans surprise, produit un régime de terreur, de torture et de répression.

 

Selon un rapport publié par Amnesty International (AI), « Des actes de torture sont perpétrés par des militaires reconnus officiellement et des organismes de sécurité ainsi que par une multitude de milices armées opérant en dehors de tout cadre légal. »

 

L’organisation a rapporté de nombreux cas de détenus ayant été torturés à mort. Elle a également rapporté avoir rencontré d’autres qui présentaient « des marques visibles de torture infligées au cours de ces derniers jours et semaines. » AI a poursuivi en disant : « Parmi leurs blessures il y avait des plaies ouvertes à la tête, aux membres, sur le dos et d’autres parties du corps. »

 

Les prisonniers sont « suspendus dans des positions de contorsion, battus des heures durant avec des fouets, des câbles, des tubes en plastique, des bâtons, des chaînes et des barres métalliques, on leur administre des décharges électriques à l’aide de câbles sous tension et de pistolets semblables à des Taser, » selon un rapport d’Amnesty. Un porte-parole de l’organisation a qualifié «d’effroyable » le fait que le Conseil national de Transition (CNT), soutenu par les Etats-Unis et l’OTAN, ne conduise pas une enquête et à plus forte raison ne prenne pas des mesures contre la torture.

 

Les conclusions d’Amnesty ont été étayées par la commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies, Navi Pillay, qui a récemment dit au Conseil de sécurité que la torture était largement répandue. « Il y a de la torture, des exécutions extrajudiciaires, des viols d’hommes et de femmes, » a-t-elle dit.

 

Pillay s’est dit tout particulièrement préoccupée par le sort des immigrés d’Afrique sub-saharienne et des Libyen noirs qui ont été raflés par les milices car suspectés d’être des partisans de Kadhafi uniquement à cause de la couleur de leur peau.

 

Le groupe d’assistance médicale Médecins sans frontières (MSF) a retiré ses volontaires des centres de détention de la ville libyenne de Misrata parce qu’il leur avait été demandé de traiter les victimes de torture exclusivement dans le but de les mettre sur pied pour une nouvelle séance d’interrogatoire. « Notre rôle est de fournir des soins médicaux à des victimes de guerre et des détenus malades et pas de traiter sans cesse les mêmes patients entre des séances de torture, » a dit le directeur général de l’organisation, Christopher Stokes. Il a ajouté que MSF avait maintes fois soulevé cette question auprès des autorités libyennes, mais qu’aucune mesure n’avait été prise.

 

La brutalité et la torture infligées par les « rebelles » qui ont été portés au pouvoir par les bombardements de l’OTAN et les « conseillers » des forces spéciales ont provoqué le mois dernier un soulèvement dans la ville de Bani Walid où des citoyens ont pris les armes pour libérer des prisonniers et chasser la milice qui y avait été postée par le CNT.

 

Tous ces développements ont soigneusement été ignorés par la clique des organisations de « gauche » et les universitaires et journalistes libéraux qui ont joué un rôle tout à fait crucial en promouvant et en justifiant la guerre des Etats-Unis et de l’OTAN en faveur d’un changement de régime en Libye.

 

Il y a un peu plus d’un an, ils avaient mis en garde contre un soi-disant massacre imminent à Benghazi et critiqué la répression du régime de Kadhafi, et invoqué le concept de la « responsabilité de protéger » les civils comme justifications pour une intervention militaire menée dans l’ancienne colonie par les puissances impérialistes.

 

Des vauriens universitaires tels Juan Cole de l’université du Michigan, qui comptait sur sa réputation de critique de la guerre contre l’Irak pour vendre la guerre en Libye, ainsi que des groupes pseudo-gauches allant du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) en France au parti La Gauche (Die Linke) en Allemagne en passant par l’International Socialist Organization (ISO) aux Etats-Unis, ont tous fourni un service essentiel à l’impérialisme en soutenant les dirigeants « rebelles » pro impérialiste et en contribuant à toiletter une brutale intervention pour du pétrole et des intérêts géostratégiques en une croisade visant à protéger des civil et promouvoir la démocratie et les droits humains.

 

Le fait que ces pseudo-gauches et ces libéraux sont à présent capables de fermer les yeux sur la torture en Libye, et de lui fournir une couverture, a une signification indéniable. Cette couche socio-politique a résolument intégré le camp de l’impérialisme.

 

Leur politique reflète les intérêts des sections les plus nanties de la classe moyenne. Dans une situation de polarisation sociale sans précédent qui a été intensifiée par la crise capitaliste mondiale, ils se regroupent autour de leurs élites dirigeantes respectives et sont prêts à défendre toutes les méthodes nécessaires, quelles qu’elles soient, pour défendre leur régime. La Libye sert d’avertissement. Si cette couche et ces organisations acceptent la répression et la torture dans le but de faire valoir les intérêts de l’impérialisme à l’étranger, ils n’hésiteront pas à soutenir des méthodes identiques pour confronter la classe ouvrière chez eux.

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:20

 

 

 

Kadhafi condamné à mort par Washington et Paris

 

 

Par Claude Angeli (revue de presse : Le Canard Enchaîné – 26/10/11)

 

 

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

 

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

 

   Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, «´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

 

Hypocrisie internationale

 

   À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes du corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoît Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique» du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

 

   « La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

 

   Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

 

Soupirs de satisfaction

 

   Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande Allah Akbar » à pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie »

.

     On connaît la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.

 

Sources Blog de Gilles Munier

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:01

Le Nouvel Ordre Mondial dans toute son évidente barbarie

 

 

Rick Rozoff gère le site et bulletin de Stop NATO et contribue régulièrement à www.globalresearch.ca

 

John Robles : Comment allez-vous M. Rozoff ?

 

Rick Rozoff : Je suis assez bouleversé par les nouvelles de ce matin – d’hier matin en ce qui vous concerne.

 

John Robles : Ok, quelle est votre première impression ?

 

Rick Rozoff : Celle du meurtre brutal et gratuit d’un homme de près de 70 ans, tué après avoir été capturé. Et si le but des 216 jours de bombardements était avant tout de le tuer, ce qui est manifestement le cas, avec les multiples bombardements de sa résidence à Tripoli, dont un seul a tué un de ses fils et trois de ses petits-enfants, il s’agit sans aucun doute d’un assassinat ciblé et je suppose que l’OTAN peut maintenant en revendiquer le succès. Ils ont eu ce qu’ils voulaient.

 

John Robles : Le président Barak Obama a dit qu’il allait y avoir un retrait de Libye très bientôt, à votre avis, cela signifie-t-il que l’objectif a été atteint ?

 

Rick Rozoff : Oui, il l’a été totalement. Changement de régime, prise de contrôle des plus importantes réserves de pétrole d’Afrique, incorporation de la Libye, jusque là seul pays nord-africain à n’être pas membre du soi-disant « Dialogue méditerranéen » de l’OTAN dans ce qui est à présent, selon le secrétaire général Fogh Rasmussen, un partenariat militaire avec l’Alliance de l’Atlantique Nord... Oui, dans tous les sens, leur objectif a été atteint. Et ce n’est certainement là rien qui soit susceptible de bénéficier au peuple libyen.

 

John Robles : Vous ne voyez pas cela comme un acte de justice envers le peuple libyen opprimé ? Je veux dire qu’il y a des gens pour qui Kadhafi était un type terrible : il a tué des milliers de gens, donc il méritait de mourir.

 

Rick Rozoff : Il y a juste tellement – comment dire – de bassesse, de délectation gratuite dans le meurtre de cet homme, né il y a 70 ans dans la ville même où il a été assassiné le 216e jour des bombardements de son pays par l’OTAN.

 

Il est né sous l’occupation fasciste italienne et il est mort sous l’occupation de l’OTAN. On ne peut pas s’empêcher de faire le parallèle, d’autant que l’Italie a fourni certains des avions qui dévastent son pays depuis la mi-mars... depuis le 19 mars. S’il était le monstre qu’ils nous dépeignent, et j’invite vos auditeurs à aller voir sur le site de l’OTAN, les caricatures innommables qu’ils ont postées tous ces derniers jours, graffiti muraux et autres, qui le représentent de manière avilissante et diffamatoire, pour le déshumaniser au maximum avant de l’assassiner...

 

John Robles : D’accord, j’ai vu à la télévision son corps nu traîné comme un morceau de barbaque, pardonnez-moi l’expression.

 

Rick Rozoff : Oui. Après qu’ils l’aient amené à Misrata. C’est à vomir, un traitement barbare, et même pire que barbare, et qui prend place dans une longue série d’outrages similaires. Il en a été de même avec Slobodan Milosevic en Yougoslavie et avec Saddam Hussein en Irak, et il en va de même pour tout dirigeant d’un pays, qui refuse de s’aplatir. Je ne mets pas tous ces hommes dans le même panier. Reformulons la chose autrement. Tout dirigeant dont « le temps est venu », de l’avis des États-Unis et de l’OTAN, doit s’attendre à mourir. Hussein a été pendu. Kadhafi a été flingué. Considérant que Kadhafi était censé être – il ne l’était que nominalement, mais peu importe – le chef de l’état et même le chef des armées – et le bombardement de ses résidences privées, au prétexte qu’elles étaient des centres de commandement, prouve que l’OTAN le considérait bien comme dirigeant les forces armées – lorsqu’ils l’ont capturé jeudi, il était un prisonnier de guerre et, à ce titre, sous la protection de la Convention de Genève, au lieu de quoi on lui a tiré dans la tête et on l’a massacré. C’est là le nouveau régime qui vient d’être implanté en Libye, et quel que soit le verbiage de l’Occident à propos d’état de droit et de préoccupations humanitaires, ceci est l’image brute et nue de ses intentions véritables. Comme l’a été la mort de Slobodan Milosevic dans un cul-de-basse-fosse des Pays-Bas, où on lui a refusé les soins médicaux en Russie, et comme la grotesque pendaison de Saddam Hussein. C’est là l’image véridique du nouvel ordre mondial, un ordre mondial dans toute son évidente barbarie.

 

John Robles : Que voulez-vous dire « on lui a refusé les soins médicaux en Russie » ?

 

Rick Rozoff : La Russie a offert au TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, NdT) de faire venir Slobodan Milosevic à Moscou pour y suivre un traitement médical, mais son offre a été refusée et Milosevic est mort très peu de temps après. Il est même possible que les choses se soient passées de façon encore pire (**). Quoi qu’il en soit, l’image est très claire.

 

John Robles : Est-ce que vous voyez un schéma, excusez-moi de vous interrompre. Est-ce que vous voyez un schéma répétitif - je suis sûr que oui - entre les cas Hussein, Ben Laden et maintenant Kadhafi ? Je veux dire, vous avez des pays, Hussein et Kadhafi par exemple, qui ont pratiquement stoppé leurs programmes d’armement. C’est à peu près sûr, Kadhafi coopérait avec les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, en permettant les vols de restitutions extraordinaires (« extraordinary renditions ») vers la Libye. Et il avait arrêté ses programmes d’armement. Vous voyez là un schéma récurrent ?

 

Rick Rozoff : Oui. Il y a très clairement un schéma, un mode opératoire, par lequel les États-Unis et l’OTAN se servent de quelqu’un à leurs propres fins, puis s’en débarrassent et le tuent. Slobodan Milosevic, à grand risque politique pour lui-même à l’intérieur de ce qui était à l’époque la République Fédérale de Yougoslavie, a joué un rôle actif dans les négociations visant à mettre fin aux hostilités armées en Bosnie, en remerciement de quoi son pays a été bombardé pendant 78 jours en 1999 par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, et lui-même ensuite jeté aux oubliettes pour y mourir.

 

John Robles : Il avait passé un accord avec la CIA, je pense, on l’a su plus tard, et c’est assez de notoriété publique qu’il s’attendait à être protégé.

 

Rick Rozoff : Je ne connais pas tous les détails là-dessus, mais au bout du compte, on se retrouve toujours avec des tas de cadavres et des chefs d’état assassinés. Rappelons-nous bien ceci : quoique n’étant que nominalement chef de l’État, Muammar Kadhafi a eu la carrière de dirigeant la plus longue au monde. Il a été le dernier lien personnel – depuis que Fidel Castro s’est retiré de la présidence de Cuba – entre les luttes de libération nationales d’après la Deuxième Guerre Mondiale et l’émergence de nouvelles nations pendant la Guerre Froide et l’après-Guerre Froide, dont l’issue a été l’OTAN, force de frappe militaire capable de renverser les gouvernements à volonté n’importe où dans le monde. L’OTAN se vante, sur son site web, d’avoir accompli, à ce jour, 26.000 missions aériennes au-dessus d’un pays de 6 millions d’habitants, dont plus de 9.000 étaient des « sorties de combat ». Ce monstre est déchaîné depuis vingt ans sur le monde, et la Libye ne sera pas le dernier pays à lui servir de cible. Vous pouvez en être sûr.

 

John Robles : Que croyez-vous qu’il va arriver maintenant ?

 

Rick Rozoff : Je ne sais pas si la Libye sera en état de se relever. Les puissances occidentales ont poussé à des affrontements tribaux pour pouvoir renverser le gouvernement de Kadhafi, et croire qu’on peut, après cela, faire rentrer le génie dans la bouteille, est faire preuve de vraiment beaucoup d’optimisme ou de faux-culterie. Avec le chef militaire du CNT (Abdel Hakim Belhadj) qui est quelqu’un que les États-Unis ont incarcéré et interrogé (= torturé, NdT) dans le cadre de leur programme de « restitutions extraordinaires », ex-combattant en Afghanistan et ex-leader du soi-disant Groupe de Lutte Islamique de Libye, vous avez des éléments d’Al Qaeda et des séparatistes... ils ont semé dans le pays un véritable pandemonium, et maintenant ils prétendent qu’ils veulent stabiliser la Libye. Je ne vois rien se produire de ce genre. Tous comptes faits, avec sa prétendue « no-fly zone » et son intervention humanitaire, l’OTAN a clairement fait la guerre à un gouvernement pour le compte d’une faction insurgée. Point. C’était l’intention de départ, et l’entreprise a réussi.

 

Interviewé par John Robles

 

Né en 1966 à Rio Piedras, Porto Rico, John Robles est, à ce jour, le seul citoyen US à qui ait été accordé l’asile politique en Russie. Il est journaliste et présente, sur La Voix de la Russie, le célèbre programme en langue anglaise Moscow Mailbox, qui répond aux questions des auditeurs du monde entier sur tout ce qui concerne l’URSS et la Russie (NdT).

 

Source : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27...

 

Traduction Catherine L. pour http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be

 

** Me Vergès a déposé plainte pour meurtre par empoisonnement (NdT).

 


EN COMPLEMENT : Le CNT : un joyeuse bande de gars sympas pour qui l’OTAN était prête à (faire) mourir ?

Kadhafi sodomisé par des rebelles soutenus par l’OTAN - La vidéo montre le viol image par image (BRUTAL)

Une analyse semble confirmer qu’un combattant rebelle a sodomisé Kadhafi avec un couteau. par Tracey Shelton (Traduction C.L.) :

 

Global Post, 25 octobre 2011 – Syrte, Libye.

Une analyse de la vidéo obtenue par Global Post d’un combattant rebelle qui a filmé le moment où le colonel Kadhafi a été capturé, confirme qu’un autre combattant rebelle dont l’identité n’est pas connue a sodomisé l’ex-leader alors qu’on l’extrayait en le traînant hors de la canalisation où il avait trouvé refuge. Une analyse image par image de cette vidéo exclusive de Global Post montre clairement le rebelle tentant d’introduire une espèce de bâton dans le rectum de Kadhafi.

 

Mise en garde : Ces images et ces vidéos ne doivent être vues que par un public mature.

 

http://www.informationclearinghouse.info/article29508.htm

 

Sources Le Grand Soir

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 19:56

Ils ont fait avec Kadhafi comme avec Saddam Hussein. Une mise en scène. Souvenons-nous de Saddam semblant groggy et hébété, parce qu'ils lui avaient injecté un produit pour le rendre amorphe. Là, ils ont fait la même chose, à peu de chose près... car il est évident que l'on ne voit aucune images avec Kadhafi sortant des soit-disants trous sous la route. Nous pensons même fortement qu'ils l'ont carrément livré à des hommes qu'ils avaient payé pour le tuer. Et peut-être même que le tueur était quelqu'un de précis qui voulait se le faire. Comme Saddam Hussein. Nous connaissons les tactiques des Fils des Ténèbres et de quoi ils sont capables.

 

En attendant une chose est sûre, en passant certaines videos, image par image, on voit bien que les pseudos-islamistes ne sont pas seuls et qu'il y a "du monde" autour d'eux qui les observent. Nous avons relevé des têtes d'Occidentaux. Et même curieusement, quelqu'un habillé comme un chirurgien. En bleu, avec une coiffe blanche sur la tête comme les gens travaillant dans les hôpitaux.

 

Même la video n'est pas claire. Nous pensons aussi fortement qu'elle a été coupée par endroits pour camoufler certaines scènes. Notamment lorsque la caméra monte vers l'extérieur de ce qui est en train de se passer. On voit bien que celui qui filme n'est pas stable et qu'il ballade la caméra n'importe où pour masquer des détails lorsque ceux-ci deviennent cruciaux. Et pourquoi ne voit-on pas celui qui tire la balle dans la tête ? Pourquoi ne voit-on pas ce moment ? Parce que ce n'est pas un de ces foutraques drogués et alcoolisés. Point-barre.

 

 

Libye – C’est l’OTAN qui a tué Mouammar Kadhafi

 

 

par Allain Jules

 

 

Alors que l’autopsie pratiquée sur la dépouille du colonel Mouammar Kadhafi, hier, à Misrata « révèle » qu’il a été tué d’une balle dans la tête, un autre son de cloche vient faire mentir cette version des faits. Alors que tous les éléments ne sont pas encore réunis pour rendre public cette autopsie, pourquoi cette précipitation ? En bombardant le convoi dans lequel le guide libyen se trouvait, puisqu’elle le savait malgré les salmigondis officiels, les soldats de l’apocalypse, avec leurs avions de la mort, ont aussi utilisé un gaz toxique qui pouvait donner la mort à petit feu. Explication.

 

Selon un autre médecin présent lors de la parodie d’autopsie , le guide libyen, groggy lors de sa capture, sur la route et non dans la canalisation, était hébété. Les images le prouvent même. Les bombes de l’OTAN étaient munies de gaz neurotoxiques comportant des agents incapacitants produisant un délire cholinergique. Dans cet océan de mensonge, puisque le convoi était stoppé, avec tous les occupants des véhicules endormis, le fameux échange de coup de feu n’a jamais eu lieu, sinon, ça se saurait. C’est alors que sont arrivés sur place, quelques renégats, qui ont éliminé les autres « dormeurs », conduisant Mouatassim, le fils du guide dans une maison, et voulu humilier son père, le colonel Kadhafi, dans la rue. S’en suivit le lynchage en règle qui méritait punition si la justice existait pour les faibles.

 

Vous n’avez pas remarqué qu’il n’existe aucune image des soit-disant combats, sinon des voitures calcinées ?  Aucune image de l’arrestation des autres occupants, ni de Mouatassim ni même des accompagnateurs ? Celles qui existent présentent le guide libyen et son fils. Les analyses toxicologiques de son sang aurait révélé des traces de fentanyl, de carfentanil et d’halotane, toujours selon ce médécin qui a gardé l’anonymat. Des gaz de la mort, les mêmes qui auraient été utilisés par les forces spéciales russes en 2002, lors de la prise d’otage dans un théâtre moscovite. Des monstres on vous dit !

 

Demander ensuite à des supplétifs haineux, des terroristes-islamistes, qui voulaient se venger d’en finir, l’OTAN connaissait la suite mais ne voulait pas y participer. Malgré les réticences anglaises, qui ne voulaient pas laisser le guide libyen entre les mains de ces barbares, le mal est fait. Il est d’autant plus néfaste pour les renégats que, probablement sous l’emprise d’anxyolitiques, assènent qu’ils vont remettre le corps de Mouammar Kadhafi à sa famille. Une famille qu’ils veulent exterminer au vu et au su de tous ? Nous sommes en plein délire.

 

A peine installé par la force européenne, le CNT, agrégat de refoulés, nous annonce que c’est la charia qui régit sa législation. Mais, où sont donc les défenseurs des femmes ? Ah, aux abonnés absents. Ce sont leurs amis. Pillons en paix, allons z’enfants de la ripoublique ! Une vraie bande de v*…

 

Sources : Allain Jules

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:38

On se doute bien que les mercenaires d'Al Qaïda et le Mossad doivent déjà être à l'affût pour faire comme avec son père et son frère Mouatassem. Les assassins n'ont pas assez de sang sur les mains, il leur en faut davantage.

 

 

Chasse à l’homme dans le désert libyen pour assassiner Seïf al-islam

 

 

 

Par Gilles Munier

 

 

Le 20 octobre dernier, un groupe d’avocats étatsuniens a informé la Maison Blanche, le Département d’Etat et le Sénat américain qu’ils défendront Seïf al-islam Kadhafi au cas où il serait arrêté, ou s’il se livrait à la Cour Pénale Internationale (1). Ils exigent que leur « client ne soit ni interrogé ni questionné par des représentants de l’actuel gouvernement libyen ni par des enquêteurs de la Cour Pénale Internationale avant qu’il ait pu rencontrer ses avocats ou avant d’être remis d’éventuelles blessures ».

 

Ils affirment que « le CNT et les dirigeants de l’OTAN avaient l’intention d’assassiner Seïf al- Islam pour l’empêcher de parler aux médias internationaux et à ceux qui le soutiennent depuis que son père lui a transmis le pouvoir en août 2011 ».

 

Selon le Daily Mail du 27 octobre, des SAS britanniques – les fameux « Rats du désert » - assistés par des avions-espions de l’OTAN, seraient à sa recherche aux confins du Sahel libyen (2). Le « service de renseignement du CNT » le situe près de la frontière nigérienne. D’autres sources assurent qu’il se dirige plutôt vers le Darfour. Il y bénéficierait du soutien du Mouvement Justice et Égalité (JEM), principal groupe d’opposants soudanais au président Omar el-Béchir. Le 26 octobre, dans un discours télévisé, ce dernier - qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour Pénale Internationale depuis 2009 ! - a déclaré avoir approvisionné les rebelles libyens de Misrata, du Djebel Nefoussa, et de Zawiyah, en armes et munitions (3).

 

Les avocats étatsuniens ont « l’intention de démontrer à la Cour que depuis le passage de la Résolution votée par le Conseil de Sécurité de l’ONU le 17 mars 2011, l’OTAN a ciblé de manière répétée des objectifs civils au cours de 9 000 bombardements de la Libye dans le but d’assassiner le leader libyen, le colonel Kadhafi, ses conseillers et ses assistants les plus proches » et de « démontrer à la Cour que l’OTAN a, de manière répétée, causé des dommages à d’autres personnes pour aboutir à l’assassinat de Mouammar Kadhafi et que ses meurtriers savaient qu’ils recevraient de grosses sommes d’argent s’ils tuaient le colonel Kadhafi pour l’empêcher de témoigner contre les officiels de l’OTAN et les leaders occidentaux qui ont dirigé les huit mois de destruction de la Libye. »

 

Le groupe d’avocats affirme que Seïf al-islam « projette d’annoncer sa candidature aux prochaines élections ». Des sondages effectués en Libye montreraient «qu’il récolterait près de 70% des voix si on l’autorisait à se présenter dans le pays désormais contrôlé par l’OTAN ».

 

(1) Texte original : Will Seïf al Islam Gaddafi Survive To Have His Day In Court? par Franklin Lamb (21/10/11) - Extraits traduits par Mai68.org.

http://countercurrents.org/lamb211011.htm

(2) Gaddafi's son Saif offers to 'hand himself in' to International Criminal Court (Daily Mail – 27/10/11)

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2053467/Gaddafis-son-Saif-al-Islam-offers-hand-International-Criminal-Court.html

(3) Libye : Omar el-Béchir confesse son soutien militaire au CNT

http://www.afriscoop.net/journal/spip.php?article4554

Posté par Adriana Evangelizt
Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 16:59

Où l'on voit par là les grosses carambouilles de l'OTAN, des Occidentaux et des traîtres Arabes, à savoir le Quatar et l'Arabie Saoudite, satellites d'Israël dont Al-Jezirah n'est qu'une antenne parabolique...

 

Voir ICI les derniers outrages subis par Kadhafi avant d'être assassiné. Cela pourrait s'intituler les dernières heures de Sodome... lire sur le même sujet l'article de Mireille Delamarre. Nous avons envoyé un e-mail à Vladimirovitch pour le convaincre qu'il a bien dit la Vérité, à savoir que les images diffusées par les propagandistes nazifiés étaient vraiment dégoutantes.

 

 

L’OTAN cessera les bombardements mais restera en Libye

 

 

Par Elena Souponina, pour RIA Novosti

 

 

La guerre de l’OTAN en Libye se terminera le 31 octobre 2011, et dans le nord de l’Afrique on se prépare activement à son achèvement. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté jeudi une résolution stipulant que l’espace aérien de la Libye sera rouvert à partir de lundi non seulement pour les avions de l’OTAN, mais également pour l’aviation locale. Ainsi, les zones d’exclusion aérienne instaurées par le Conseil de sécurité mi-mars 2011 à deux jours de la guerre seront supprimées. L’Alliance ne bombardera plus la Libye. Le projet de résolution voté à l’unanimité a été proposé conjointement par la Russie et la Grande-Bretagne.

Le Conseil de sécurité n’a pas décidé l'arrêt de l’opération

 

Est-ce que cela signifie que la guerre en Libye est terminée? Les soldats de l’OTAN vont-ils réellement partir? Le Conseil de sécurité des Nations Unies a-t-il réellement décidé de cesser cette guerre qu’il ne semble pas avoir commencée?

 

Rappelons que la résolution 1973 du Conseil de sécurité adoptée en mars impliquait l’utilisation de la force contre le régime de Kadhafi, cependant elle ne parlait pas directement de guerre.

 

La Russie estime toujours que ce document n’autorisait pas une opération militaire et que les pays occidentaux qui ont initié cette guerre avec le soutien de plusieurs monarchies arabes, notamment le Qatar, ont agi en contournant la résolution. Vitali Tchourkine, représentant de la Russie auprès de l’ONU, a déclaré hier qu’il fallait tirer des leçons des événements en Libye. Toutefois, les politiciens occidentaux recommandent à Moscou de ne pas chercher à ruser, car la Russie a tout de même permis de l’adopter, bien qu’elle se soit abstenue pendant le vote.

 

A l’époque, les spécialistes étaient convaincus que cela conduirait immédiatement à une guerre.

 

Aujourd’hui, l’auteur de ces lignes a pu s’assurer personnellement que ce n’est pas la Russie qui a pris la décision actuelle de cesser l’opération militaire de l’OTAN en Libye, et elle n’a pas été prise au siège du Conseil de sécurité à New York. Séjournant à Doha (capitale du Qatar actuellement très actif), j’ai vu comment en réalité les plans stratégiques de ce genre étaient adoptés.

Les amis de la Libye ont d’abord convenu de la date du 31 octobre

 

Les organisateurs m’ont permis d’assister à la réunion du Groupe de contact sur la Libye qui se termine actuellement à Doha, appelé également le Groupe des amis de la Libye. Ce groupe créé à Londres le 29 mars, c’est-à-dire 10 jours après le début de la guerre, était d’abord chargé de renverser le régime de Mouammar Kadhafi, et aujourd’hui, après avoir accompli sa mission, il prend en charge la mise en place de la nouvelle Libye.

 

Les rencontres des nouveaux dirigeants libyens avec des diplomates et des militaires haut placés des pays alliés se succèdent dans diverses villes du monde. Les représentants officiels de la Russie ne participent pas actuellement à ces réunions. Cette fois, les amis de la Libye se sont réunis à Doha, dans l’un des meilleurs hôtels de la ville.

 

La Libye était représentée par le chef  de CNT Moustapha Abdeljalil et plusieurs de ses adjoints et assistants, dont le ministre de la Défense Jalal al-Deghili. L’islamiste Abdelhakim Belhadj est également considéré comme l’un des chefs des forces rebelles. On assiste déjà à une lutte féroce pour les postes de direction dans le nouveau gouvernement.

 

Le prince héritier du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al Thani, a assisté à l’inauguration de la réunion. Mercredi 26 octobre, c’est-à-dire à la veille de l’adoption de la résolution par le Conseil de sécurité, ils s’étaient déjà définitivement entendus sur ce qu’ils avaient convenu auparavant entre eux : l’Alliance doit officiellement annoncer la fin de l’opération militaire en Libye.

 

La date du 31 octobre a été proposée, m’a déclaré le président de cette réunion le général Hamad ben Ali al-Attiya, chef de l’état-major de l’armée du Qatar, un des proches de l’émir.

Une nouvelle coalition militaire pour aider les Libyens

 

Et seulement lorsque les vainqueurs n’avaient plus aucun doute, la question a été soumise au vote du Conseil de sécurité des Nations Unies. Actuellement, les décisions politiques importantes ne sont pas prises au siège de l’ONU, malgré l’opposition de la Chine et de la Russie, et quelle que soit leur volonté de présenter cette affaire sous un autre jour.

 

A l’heure actuelle, certains analystes maniaques des détails attirent l’attention sur le fait que durant la même réunion de Doha, le dirigeant libyen Moustapha Abdeljalil a déclaré pour une raison inconnue qu’il voudrait que l’OTAN reste en Libye au moins jusqu’à la fin de l’année. Certains y ont vu une contradiction : à première vue, il avait été convenu de mettre un terme à la fin du mois, mais quelqu’un compte sur une période plus longue…

 

Cependant, il n’y a aucune contradiction : tout simplement l’ancien ministre libyen de la Justice (Moustapha Abdeljalil a collaboré pendant une certaine période avec le régime de Kadhafi) qui manque encore d’expérience dans la haute politique, a dit ce qu’il pensait et même ce qui se passera. Car même après l’adoption de cette résolution, les militaires des pays de l’OTAN resteront en Libye au moins jusqu’à la fin de l’année, et même plus. Seulement sous un autre nom et dans une composition différente.

 

Ce ne sera plus une opération de l’OTAN, mais de la coalition des amis de la Libye qui, comme me l’a expliquée le chef d’état major du Qatar, "sera composée de 13 Etats, voire plus".

 

Elle sera certainement dirigée par le Qatar. Les Emirats Arabes Unis en feront très probablement partie. La France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et certains autres membres de l’OTAN ont déjà accepté d’en faire partie. De cette manière, en réalité les militaires de l’OTAN continueront à œuvrer activement en Libye, bien qu’aux yeux de l’opinion publique cela semble désormais moins évident.

 

De plus, comme l’ont insinué les militaires présents à la réunion, les avions des pays partenaires pourraient continuer à patrouiller dans l’espace aérien de la Libye. Et les Libyens passeront progressivement aux normes de l’OTAN de préparation militaire.

 

Les missions des alliés se précisent au fur et à mesure de l’évolution de la situation. Mais tous les participants à la réunion ont reconnu que la guerre en Libye n’était pas encore terminée.

 

Les Libyens ont insisté sur le fait que Kadhafi avait encore des partisans qui se battaient, et que les nouveaux dirigeants ne pouvaient pas organiser par leurs propres moyens la protection de leurs frontières maritimes et terrestres, de même qu’ils sont dans l'incapacité de mettre un terme au trafic d’armes.

 

De cette manière, la guerre durera encore quelque temps, et l’OTAN restera pour longtemps en Libye. Bien que le principal objectif de l’Alliance soit effectivement atteint : le régime de Mouammar Kadhafi a été renversé par l’opposition libyenne et les forces de ses amis de plusieurs dizaines de pays occidentaux et arabes.

 

Sources Ria Novosti

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 16:49

L'OTAN est l'outil de répression "le plus perfide de l'histoire de l'humanité" a déclaré le leader de la révolution cubaine Fidel Castro dans un article de la série "Réflexions" publié dans la presse officielle cubaine.

 

L'OTAN est devenu un instrument de répression "après que l'URSS, prétexte à la création de cette Alliance par les Etats-Unis, a cessé d'exister", a ajouté le leader cubain.

 

Le leader cubain a estimé que les objectifs criminels de l'Alliance se sont révélés en Serbie en 1999, lorsque "les pays de cette funeste organisation ont dépêché leurs troupes pour soutenir les séparatistes kosovars".

 

Le leader libyen déchu Mouammar Kadhafi "a été grièvement blessé par l'un des chasseurs-bombardiers les plus performants de l'OTAN", il "a été capturé vivant avant d'être tué par des gens armés par cette organisation militaire", a indiqué Fidel Castro, commentant les récents événements en Libye.

 

Le fait que le corps de Kadhafi a été exposé "comme un trophée de guerre constitue une violation des principes les plus élémentaires de l'islam ainsi que des autres croyances religieuses de par le monde", a ajouté Fidel Castro.

 

Sources Ria Novosti

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 14:28

Maintenant que les Criminels ont ruiné, détruit la Libye et assassiné des milliers d'innocents avec leurs mercenaires se faisant passer pour des Libyens, l'ONU met fin au mandat de l'OTAN en Libye. Ceci nous donne un bel aperçu de ce qu'est l'ONU. Elle vote des Résolutions pour envahir, tuer, piller et elle met fin à ses mandats lorsque les génocides sont perpétrés. ONU = NOUVEL ORDRE MONDIAL. Organisation des Assassins qui règnent sur ce monde...

 

 

 

 

L’Onu met fin au mandat de l’Otan en Libye

 

 

 

Le conseil de sécurité de l’ONU a décidé ce jeudi à l’unanimité une résolution qui met fin au mandat autorisant le recours à la force en Libye, a rapporté l’Agence Reuters.

 

 

 

La décision a été prise à l’unanimité des quinze membres du Conseil. L’intervention des forces de l’Otan se terminera officiellement donc le 31 octobre et ce, en dépit des appels du gouvernement de transition libyen pour sa prolongation.

 

En vertu d’une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu adopté le 17 mars 2011, autorisant à établir une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye et à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les civils, les puissances occidentales, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France en tête, ont commencé le 19 mars leurs frappes aériennes et maritimes contre les forces de Kadhafi, en proie à une rébellion armée soutenue par l’occident depuis le 15 février.

 

Pendant sept mois, les avions, les hélicoptères et les drones de l’OTAN ont effectué plus de 26 000 sorties, dont plus de 9600 missions étaient « offensives ». Le Qatar et les Émirats arabes unis ont aussi participé aux opérations. Ces bombardements, parfois sur des cibles civiles, ont précipité la chute de Kadhafi, tué le 20 octobre dans des circonstances encore floues.

 

Le Conseil national de transition, branche politique de la rébellion libyenne, qui a proclamé « la libération totale » du pays dimanche dernier, a demandé mercredi le maintien de l’Otan en Libye au moins "jusqu’à la fin de l’année", assurant que même après la mort de Mouammar Kadhafi ses derniers fidèles représentaient une menace pour le pays.

 

Sources AfricaScoop

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 02:54

Les terroristes et mercenaires étaient sur le sol libyen avec Al Qaïda, la couverture des services secrets des manipulateurs. Nul doute donc que les armes sont déjà en de bonnes mains, d'autant que la France leur en a livré au cas où ils en manqueraient. Tout va bien.

 

 

 

 

Libye/missiles sol-air: Moscou prépare un projet de résolution

 

 

New-York, 22 octobre, Ria Novosti - Moscou compte sur l'adoption la semaine prochaine au Conseil de sécurité de son projet de résolution visant à empêcher que les armes accumulées en Libye, y compris des missiles anti-aériens, tombent entre les mains de terroristes, a annoncé Vitali Tchourkine, ambassadeur russe à l'Onu.

"C'est un projet à part (…) et nous comptons sur son adoption la semaine prochaine", a dit le diplomate.
   
M.Tchourkine a souligné que le fait que de nombreux stocks d'armes et de munitions en tout genre, y compris de missiles sol-air, de l'armée du colonel Kadhafi avaient été pillés depuis le début du conflit en février était extrêmement alarmant.

"Et ces armements se disséminent en dehors du territoire libyen", a-t-il relevé, insistant sur la nécessité d'écarter la menace de propagation des armes libyennes dans la région.

Selon les experts occidentaux, quelque 20.000 missiles sol-air pourraient se trouver en Libye, et il n'est pas à exclure que certains de ces armes disparus des dépôts d'armements soient tombés entre de mauvaises mains.

La communauté internationale a peur de ces missiles légers et faciles à manier. Aussi est-on notamment inquiet de la dissémination de ces missiles sol-air et de leur utilisation par des groupes terroristes, en particulier Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), contre des avions civils.

 

Sources Ria Novosti

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LIBYE
commenter cet article