Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de SARAH MARKUS
  • Le blog de SARAH MARKUS
  • : Vladimir Poutine est un homme d'envergure, grand visionnaire pour son pays et le seul chef d'état au monde à ne pas trembler devant les Etats-Unis.
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Archives

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 08:03

Nous posons cette video d'Infowars où ils commentent un article de Paul Watson en anglais, que vous pourrez lire ICI. Paul a posé tout un tas de videos montrant comment la vermine terroriste traite les Syriens, civils ou militaires. D'une méthode tellement ignoble qu'il n'existe point de mots pour la décrire. Ah ! pour sûr, ils peuvent critiquer le "régime" Assad, comme ils se plaisent à l'appeler.  A en juger par leurs méthodes, ils ont largement dépassé la mesure dans ce domaine. On peut même dire qu'ils font grandement la pige aux nazis ! Mais ces sinistres individus, les medias occidentaux nous les présentent comme des "insurgés", "rebelles", "déserteurs", ou "manifestants pacifiques désarmés".

 

Pour nous, ce sont des criminels de la pire espèce qui ne méritent même pas le nom d'homme, ni celui d'animal, d'ailleurs. Car les animaux ont des règles et des codes, comme nous l'avons dit et redit, tandis que ces crapules infâmes n'en possèdent aucun. On peut même se demander où et comment ils ont été élevés. Et ce qu'ils ont à la place du coeur et de la tête pour perpétrer de telles ignominies. Car que faut-il être pour pendre, par exemple, un handicapé atteint de mongolisme et lui tirer dessus comme ils le font ICI en couinant Wallah Wouakbar tels des bêtes malfaisantes ? Que faut-il être ? Croient-ils vraiment que Dieu exige de pareilles atrocités ?

 

A voir tous les crimes qu'ils perpètrent, comment ils manipulent les cadavres sans vergogne et combien ils aiment le sang dans lequel ils trempent leurs mains de tueurs, on peut dire sans exagérer, que les salafistes wahhabites sont les Fils de Moloch, le dieu sanguinaire et qu'ils lui rendent bien hommage.

 

  

 

 

Si cette video disparaissait, vous pourrez la consulter ICI ou ICI. Nous sommes obligés de prendre nos précautions car lorsque nous posons les videos de youtube sur nos blogs, elles disparaissent comme par enchantement, comme vous pourrez le constater ICI. En fait, la chaîne YT de notre Ami a été supprimée. Pour ne pas que la vérité voit le jour, les Malfaisants écrivent par milliers à YT pour signaler une video et la font supprimer. C'est aussi simple que cela. Ils ne font pas supprimer les chaînes des terroristes qui exhibent leurs atrocités, mais les chaînes de ceux qui les dénoncent. C'est vous dire l'Etat d'Esprit dans lequel nous vivons ! Mais qu'à cela ne tienne, nous téléchargeons toutes les videos des criminels et les postons ailleurs.

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 11:56

Les saloperies de la France et de ses alliés continuent en Syrie. Nous venons d'apprendre que le Ministre de la Défense Syrien venait d'être assassiné  ainsi que le beau-frère d'Assad dans l'attentat qui a eu lieu à Damas, attentat visant le bâtiment de la Sécurité Nationale.60 soldats Syriens auraient également perdus la vie. Le régime français, Fabius et Hollande en tête, continue sur la voie de leur prédécesseur Sarkozy qui a ruiné la Libye et tué plus de 100 000 Libyens. Ils sont en train de nous mettre sur le dos des crimes innommables en couvrant les vermines wahhabites qui ne sont bons qu'à perpétrer des atrocités. Comme l'Histoire a jugé les Allemands, elle nous jugera également pour tout ce que nous avons laissé faire par les criminels qui nous gouvernent...

 

 

Syrie: le beau-frère d'Assad et le ministre de la Défense tués dans un attentat à Damas

 

     

Le beau-frère du président syrien Assef Chawkat, l'un des principaux responsables de la sécurité en Syrie, et le ministre syrien de la Défense ont été tués mercredi dans le premier attentat, revendiqué par l'Armée syrienne libre (ASL), ayant visé des responsables de haut niveau à Damas depuis le début de la révolte en mars 2011.

 

"Le commandement de l'ASL en Syrie (...) annonce (...) le succès de l'opération remarquable de ce matin qui a visé le siège de la Sécurité nationale à Damas et tué plusieurs piliers de la bande d'Assad qui sont responsables de massacres barbares", a affirmé un communiqué de l'ASL transmis à l'AFP par courrier électronique.

 

Ces violences meurtrières, qui frappent le coeur de l'appareil sécuritaire du régime, surviennent à quelques heures d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU sur une résolution menaçant la Syrie de sanctions, auxquelles s'oppose Moscou.

 

"Le vice-ministre de la Défense, le général Assef Chawkat, a été tué dans (un) attentat terroriste qui a visé le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas", a affirmé la télévision syrienne.

 

Peu avant, elle avait annoncé que le ministre syrien de la Défense, "le général Daoud Rajha, (était) tombé en martyr dans l'attentat terroriste". Chef adjoint de l'armée, ce général était de confession chrétienne.

 

"Le kamikaze a fait exploser sa ceinture d'explosifs" au moment d'une réunion de ministres et de responsables de sécurité, a affirmé à l'AFP une source de sécurité.

 

L'attentat a également blessé le ministre de l'Intérieur, Mohammad Ibrahim al-Chaar, le chef de la Sécurité nationale, Hicham Ikhtiar, et Hassan Turkméni, adjoint au vice-président, selon cette source.

 

L'attaque a visé dans la matinée le bâtiment ultra-protégé de la Sécurité nationale, symbole de la répression, dans le quartier de Rawda, dans le centre de la capitale.

 

En mai, le ministre de la Défense et celui de l'Intérieur ainsi que le général Hicham Ikhtiar, l'un des personnages clé de la répression de la révolte, avaient été victimes d'une tentative d'empoisonnement. Un employé de livraison à domicile avait versé du mercure dans deux mets lors d'un repas de ces dignitaires avant de s'enfuir, selon des sources diplomatiques à Damas.

 

"C'est l'Etat et toutes ses institutions qui sont visés. C'est une guerre ouverte contre tous les Syriens", a commenté un député Khaled al-Abboud. "Il y a des parties extérieures qui oeuvrent pour la destruction de l'Etat syrien", a-t-il ajouté, accusant les Etats-Unis et leurs "instruments" à l'intérieur.

 

Pour l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "la mort du général Assef Chawkat, vice ministre de la Défense et beau-frère du président Bachar al-Assad, est un coup sévère pour le régime syrien car il assumait le tout premier rôle dans les opérations menées par les forces régulières pour écraser la révolution".

 

L'armée syrienne a dit être déterminée à "nettoyer" le pays des "terroristes" après cet attentat.

 

"Cet acte terroriste renforce la détermination de nos forces armées à nettoyer la patrie des restes des bandes terroristes", a-t-elle affirmé dans un communiqué diffusé par la télévision d'Etat.

 

Depuis le début de la révolte, le régime accuse des "terroristes" financés par l'étranger de vouloir semer le chaos dans le pays.

 

Hélicoptères en action

 

Les rebelles avaient annoncé mardi avoir lancé la "bataille pour la libération" de Damas.

 

Dans le même temps, des affrontements entre l'armée régulière et l'Armée syrienne libre (ASL), composée de déserteurs et de civils armés, se déroulaient dans les quartiers de Midane et de Kafar Soussé, dans le sud et l'ouest de Damas, selon l'OSDH.

 

Les combats, les plus violents dans la capitale depuis mars 2011, ont débuté dimanche soir dans plusieurs quartiers périphériques.

 

Plus de soixante soldats de l'armée régulière ont été tués  ces dernières 48 heures à Damas dans ces affrontements avec les rebelles, a indiqué l'OSDH.

 

Selon cette ONG et les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, des hélicoptères, entrés en action mardi, continuaient parallèlement à attaquer les quartiers de Qaboune et de Barzé, dans l'est de Damas.

 

Après cette attaque, Paris a estimé que la lutte du président Assad pour conserver le pouvoir était "vaine" et a appelé les derniers soutiens du régime "à se dissocier de la répression".

 

Risque de double veto

 

Sur le plan diplomatique, dans une énième tentative pour faire cesser les violences --qui ont fait mardi 93 morts à travers la Syrie selon l'OSDH--, un vote au Conseil de sécurité de l'ONU est prévu sur un projet de résolution déposé par les Européens et Américains.

 

La Russie a dit clairement qu'elle mettrait son veto à ce texte qui menace Damas de sanctions s'il ne renonce pas à utiliser ses armes lourdes contre l'opposition, tout en prolongeant pour 45 jours la Mission des observateurs de l'ONU en Syrie (Misnus) qui expire officiellement vendredi.

 

"Des combats décisifs sont en cours en Syrie. Et l'adoption de la résolution (occidentale, NDLR) serait un soutien direct à un mouvement révolutionnaire. S'il est question d'une révolution, l'ONU n'a aucun rapport avec ça", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

La Chine et la Russie ont déjà bloqué à deux reprises des résolutions du Conseil, pour protéger leur allié syrien.

 

Selon le diplomate occidental à l'ONU, la Russie ne parviendra pas non plus à recueillir les neuf voix, sur 15 pays membres, qui lui permettraient de faire adopter son propre projet de résolution prolongeant la Misnus pour trois mois mais ne prévoyant pas de sanctions.

 

Sources 20Minutes 

 

---------------------------------------

 

Syrie: attentat suicide et violents combats à Damas avant un vote à l'ONU

 

Un attentat suicide a visé mercredi le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas, où de violents combats impliquant des hélicoptères se poursuivaient à quelques heures d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU menaçant la Syrie de sanctions auxquelles s'oppose Moscou.

 

Plus de soixante soldats de l'armée régulière ont été tués ces dernières 48 heures à Damas dans les combats avec les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), composée de déserteurs et de civils armés, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

"Entre 40 et 50 soldats des forces régulières syriennes ont été tués avant-hier (lundi) dans des combats à Damas et au moins 20 ont péri hier (mardi)", a déclaré par téléphone à l'AFP le président de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, sans préciser comment il avait pu établir ce bilan invérifiable.

 

Des combats, les plus violents depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, se déroulent depuis dimanche soir dans plusieurs quartiers périphériques de la capitale syrienne mais dont le coeur a été touché mercredi par un attentat suicide, selon la télévision nationale.

 

L'attaque a visé le bâtiment ultra-protégé de la Sécurité nationale, symbole de la répression, dans le quartier de Rawda, dans le centre de la capitale, a affirmé la télévision syrienne sans dire dans l'immédiat s'il y avait des victimes.

 

Selon l'OSDH et les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, des hélicoptères, entrés en action mardi, continuaient à mitrailler mercredi matin les quartiers de Qaboune et de Barzé, dans l'est de Damas.

 

"Qaboune est encerclé par les chars, et les forces du régime pilonnent ce quartier de tous les côtés", a rapporté l'Union des coordinateurs de la Révolution syrienne (UCRS) sur sa page Facebook.

 

Des affrontements entre l'armée régulière et l'ASL se déroulaient parallèlement dans les quartiers de Midane et de Kafar Soussé, dans le sud et l'ouest de Damas, a ajouté l'OSDH.

 

Des colonnes de fumée noire étaient visibles à plusieurs endroits au-dessus de la capitale. Les rebelles ont annoncé mardi avoir lancé la "bataille pour la libération" de Damas.

 

Cette bataille "sera bientôt terminée" et la capitale sera "le cimetière des agresseurs", affirmait pour sa part mercredi le quotidien al-Watan, proche du régime.

 

"Double veto"

 

Dans le même temps, le cargo russe Alaed, qui transporte des hélicoptères Mi-25 destinés à être restitués à la Syrie après avoir été remis en état par la Russie, a débranché mardi le système qui permet de connaître la position des navires naviguant dans le monde entier, a indiqué l'agence de presse Interfax.

 

Sur le plan diplomatique, dans une énième tentative pour faire cesser les violences - qui ont fait mardi 93 morts à travers la Syrie selon l'OSDH -, un vote au Conseil de sécurité de l'ONU est prévu sur un projet de résolution déposé par les Européens et Américains.

 

La Russie a dit clairement qu'elle mettrait son veto à ce texte qui menace Damas de sanctions s'il ne renonce pas à utiliser ses armes lourdes contre l'opposition, tout en prolongeant pour 45 jours la Mission des observateurs de l'ONU en Syrie (Misnus) qui expire officiellement vendredi.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a rencontré mercredi à Pékin le président chinois Hu Jintao, mais la question syrienne n'a pas été abordée devant les journalistes.

 

Le Quotidien du Peuple, organe du Parti communiste chinois au pouvoir, s'est opposé mardi dans un éditorial à toute ingérence étrangère en Syrie, réitérant la position déjà maintes fois exprimée par Pékin.

 

La Chine et la Russie ont déjà bloqué à deux reprises des résolutions du Conseil, pour protéger leur allié syrien.

 

Si le mandat de la Misnus n'est pas prolongé, les quelque 300 observateurs devront plier bagage, ce qui marquerait un échec des efforts de médiation de Kofi Annan.

 

Pour éviter cela, le Conseil pourrait décider un renouvellement "technique" pendant 30 jours, "une manière de dire que nous n'avons pas tué la Misnus", a expliqué un diplomate.

 

De son côté, le général Manaf Tlass, plus haut gradé syrien ayant fait défection et proche de Bachar al-Assad, a appelé mardi depuis la France à la "transition" dans son pays.

 

Sources 20 Minutes

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 00:30

Il s'est passé à Treimsa le même scénario qu'a Houla. Les satanistes salafistes qui veulent salafiser la Syrie comme ils sont en train de salafiser la Tunisie, l'Egypte, la Libye, ne reculent devant rien, surtout devant aucune horreur, pour faire avancer leur Feuille de route. Ils rentrent de force dans les maisons, assassinent les habitants ne dédaignant pas de se servir de leurs sabres et coupe-coupe pour égorger "les moutons de leurs sacrifices" puis ils accusent les soldats d'Assad de leurs saloperies.

 

Ce qui se passe en Syrie est très grave. Les atrocités commises par ces gangs sont au-delà du soutenable. Nous avons visionné des centaines de videos, et connaissons parfaitement leur façon d'opérer. Même Attila ne leur arrivait pas à la cheville dans la barbarie. Et c'est peu dire. Il faut les voir couper, découper à la machette leurs victimes sans aucune pitié. Parfois pour faire croire que ce sont des victimes de bombardement, ils les arrosent d'essence et les font brûler. Ils sont d'une cruauté inimaginable. Lorsqu'ils capturent des soldats, les pauvres hommes en subissent de toutes les couleurs. Ils les torturent puis les obligent à témoigner devant leurs caméras et à dire des mensonges sur Assad. Nous avons posté plusieurs videos sur un site où vous pourrez constater ce fait. La souffrance endurées par les soldats syriens lorsqu'ils sont capturés vivants dépassent tout ce que vous pouvez imaginer. Qu'Hollande et Fabius imaginent bien ce qu'ils pourraient faire à nos soldats dans les mêmes circonstances. Qu'ils imaginent. 

 

Aussi, pensons-nous, qu'aider de telles crapules, les armer, les financer, prouve le degré d'insanité non seulement des dirigeants français mais de tous ceux qui les cautionnent. Ces individus drogués, cruels, sanguinaires sont une honte pour l'Humanité. Mais ils sont surtout l'Ennemi du genre humain. Et c'est contre ces hordes barbaresques qu'Assad se bat. Et contre rien d'autre.

 

Celui qui ne combat pas les salafistes wahhabites, ennemis de la Liberté, de la Démocratie et de l'Evolution prend le parti du fanatisme et de l'Obscurantisme. En les soutenant, les pays Occidentaux les aident à proliférer dans le monde entier. Et à nuire. On le voit au Mali où ils s'en prennent aux mausolées des Musulmans. Comme les Talibans se sont acharnés sur les bouddhas en pierre, en leur temps. Qui sont ces tristes sires ? A quoi servent-ils dans notre monde ? Ils sont une calamité, non seulement pour les Musulmans mais également pour le monde entier.

 

Il ne s'agit pas ici d'attaquer l'Islam, bien au contraire, mais d'ouvrir les yeux sur une réalité qui pourrait bientôt nous revenir en pleine figure. Parce que les crimes qu'ils perpètrent en Syrie et que le régime Français attribue à Assad, est la plus grande Honte que nous n'ayons jamais connu depuis Pétain et Hitler. Se vautrer avec ces engeances criminelles, leur donner carte blanche pour assassiner en toute impunité, fait de nous des parias. Qui pourrait nous pardonner cela ?

 

C'est la raison pour laquelle nous nous tenons complètement à l'écart du parti-pris de Fabius et Hollande. Nous ne porterons pas le sang innocent des Syriens sur notre dos. Nous ne participerons pas à ce Génocide. S'il y a quelque chose à combattre, ce n'est point Assad, mais bien ces affreux tueurs qui hurlent Wallah Wakbar en tranchant des gorges et en décapitant des êtres qui n'ont rien demandé à personne.

 

Qu'Hollande et Fabius se rendent bien compte de ce qu'ils ont apporté en Syrie. Qu'ils méditent. En portant de fausses accusations sur Assad, ils se font les complices de ces terroristes sans foi ni loi. Et ceci, nous ne pouvons pas le tolérer.

 

 

 

 

Treimsa (Syrie): Pourquoi des cris au massacre par les mêmes à la veille d’une séance du Conseil de sécurité de l’ONU.

 

 

Que s’est-il réellement passé à Treimsa, cette localité située a 25 km au nord-ouest de la ville de Hama ? La question s’impose alors que les medias des monarchies golfiques, les différentes factions de l’opposition syrienne et les agences crient au massacre.

 

Comme par hasard, c’est toujours le cas à la veille d’une séance du Conseil de sécurité. Il en était ainsi pour les massacres de Houla et de Haffé et dont les faits ont été manipulés. Les tués, des rebelles surtout. Mais cette fois-ci certaines factions se sont détractées et ont changé de version, comme c’est le cas de l’Observatoire syrien des droits de l’homme et d’un militant travaillant pour Sham News Network (SNN).

 

”A ce stade, selon un décompte encore provisoire, le nombre de civils tués ne va pas au-delà de sept, ayant péri dans les bombardements. Les autres, ce sont des membres de l’Armée syrienne libre (ASL)”, a affirmé à l’AFP Jaafar, le militant de SNN qui est un média favorable à la révolte contre les forces gouvernementales et un des principaux pourvoyeurs d’images de la rébellion.”Un convoi de l’armée se dirigeait vers la région de Hama lorsqu’il a été attaqué par l’ASL. L’armée a contre-attaqué avec le soutien de renforts (de forces pro-régime) de villages alaouites (entourant Treimsa). L’ASL a résisté pendant une heure avant d’être battue”, a-t-il expliqué, selon l’AFP.


Plusieurs dizaines de combattants rebelles figurent parmi les morts”, indique de son côté l’OSDH. Parmi le bilan de plus de 150 morts avancé par cette ONG, 40 ont été identifiés, 30 ont le corps complètement brûlé et 18 ont été “sommairement exécutés”.

 

Sources IRIB ET AFROHISTORAMA

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 23:12

L'attentat, le massacre et la prise d'otages perpétrés par les terroristes ne sont qu'une abomination de plus qui atteint le Peuple Syrien en plein coeur. Les Etats-Unis et l'Occident utilisent ces brigades de la Mort -qui assassinent tout ce qui bouge- dans le seul but de continuer leur travail de sape visant à se débarrasser de Bashar Al Assad. C'est moins facile pour les belligérants que ce ne le fut pour Saddam Hussein ou Kadhafi. Grâce à Poutine. Nous ne pouvons pas non plus passer sous silence le Brillant Lavrov. S'ils n'étaient pas là, les meurtres de masse et la ruine de la Syrie seraient à ajouter à la liste déjà longue de leurs méfaits. Les divers dirigeants des USA, du Royaume Uni et des pays Européens ont tellement répandu de sang depuis six cents ans que l'on pourrait en recouvrir la terre entière plutôt deux fois qu'une. Ceci mérite réflexion...

 

Comment avons-nous pu laisser s'installer ce Système criminel qui régit aujourd'hui notre monde ? Comment ? Où en est l'Evolution de l'espèce humaine avec de tels "chefs" ? Quel exemple nous montrent-t-ils ? Et que nous inspirent-ils lorsque l'on constate leurs oeuvres destructrices ? En vérité, ils ne nous inspirent que Colère et Dégoût. Auxquels nous pouvons ajouter le Mépris et la Haine. Ces émotions négatives ont, peu à peu, gagné l'Humanité toute entière. Nous avons  beaucoup supporté... mais désormais la Patience a atteint ses limites. Pour certains, nous pouvons même dire qu'elle est largement épuisée. Alors que faire ? Que faire pour les empêcher de continuer leur sinistre besogne ?

 

La réponse à cette question est vitale pour nous. Car c'est, justement, une question de Vie ou de Mort. Parce qu'il ne faut pas se leurrer, au train où vont les choses, nous allons nous retrouver engagés dans une TROISIEME GUERRE MONDIALE qui sera mille fois pire que les deux précédentes. On ne peut pas vouloir impunément envahir tous les pays du monde et se dire que rien ne se passera. Il faut être lucide.

 

Une constatation s'impose : par leurs agissements mortifères, les foutraques qui nous gouvernent, nous ont indirectement attribué leurs crimes. Même si nous les refusons, ils les ont quand même perpétrés en notre nom. Vous n'avez qu'à écouter Fabius ou Hollande lorsqu'ils prennent des décisions... ils ne s'embarrassent pas avec des nuances ou des précautions de langage. Non. Ils disent : La France a décidé... de donner des moyens de communications aux terroristes qui ravagent la Syrie, par exemple. Mais qui représente la France, si ce n'est les Français ? Et nous pouvons même dire que nous sommes la composante Essentielle de la France. Car s'il n'y avait pas de Français, il n'y aurait pas non plus de Hollande et de Fabius.

 

Or, ce régime sait très bien qu'il y a une armade de fanatiques salafistes, que l'on connait mieux sous l'appellation d'Al Qaïda, qui perpètre des crimes en Syrie et les attribue à Assad. Fabius et Hollande en parlent-ils ? Non. Jamais. Ils les couvrent et mieux, les financent en leur fournissant du matériel et sans doute des armes. Nous ne pouvons plus tolérer cela.

 

 

 

Des tireurs, soutenus par les Etats-Unis, commettent un massacre au siège d’une chaîne de télévision syrienne

 

 

Par Bill Van Auken

 

 

Des tireurs ont envahi mercredi une chaîne de télévision pro-gouvernementale massacrant sept employés, en blessant d’autres et prenant plusieurs personnes en otages. L’attaque a eu lieu au lendemain de la déclaration de Bachar al-Assad que la Syrie se trouvait dans un « véritable état de guerre. »

 

Trois journalistes et quatre agents de sécurité furent tués lors d’une attaque menée tôt le matin contre la chaîne de télévision Al-Ikhabariya, située dans la banlieue Sud de Damas. Les assaillants ont tiré à l’arme automatique et au lance-grenade contre les agents de sécurité avant de saccager les bureaux satellites et les studios pour recourir ensuite à de puissants engins explosifs qui réduisirent les bâtiments en cendres et en ruines.

 

Un mur extérieur de l’un des bâtiments fut éclaboussé de sang, là où les employés de la chaîne de télévision furent trouvés, forcés de s’agenouiller pour ensuite être exécutés de sang froid.

 

L’attaque contre Al-Ikhbariya a eu lieu au lendemain de l’adoption par l’Union européenne de nouvelles sanctions à l’encontre des médias syriens gérés par l’Etat, et faisant suite à une décision de la Ligue arabe au début du mois d’obliger deux entreprises satellites panarabes de censurer les chaînes syriennes.

 

Le massacre fait partie d’une intensification des attaques par la soi-disant Armée syrienne libre (ASL) et autres milices insurgées. Ces groupes sont soutenus par les puissances occidentales et celles-ci, en collaboration avec la Turquie et les régimes monarchiques droitiers d’Arabie saoudite et des Etats du Golfe, leur fournissent un arsenal de plus en plus sophistiqué ainsi que des « formateurs militaires », des « conseillers » et des combattants étrangers venus d’autres parties du Moyen-Orient.

 

L’attaque de mercredi fait suite à l’information mardi d’une attaque contre un important complexe de la Garde républicaine à Damas ainsi que d’embuscades visant des troupes gouvernementales ailleurs dans le pays.

 

A l’escalade de la violence à l’intérieur du pays s’est ajoutée la multiplication des menaces venues de l’extérieur, notamment de la part de la Turquie qui fait monter la tension suite à la destruction, la semaine dernière, d’un avion de chasse turc au-dessus du territoire syrien. La presse turque a rapporté mercredi que la Turquie avait déployé 15 chars de combat, des blindés et de l’artillerie le long de sa frontière avec la Syrie. Le gouvernement turc a promis de traiter comme hostile toute force syrienne s’approchant de la frontière longue de 555 miles (900 kilomètres) qui sépare les deux pays et de riposter militairement.

 

Jean-Marie Guéhenno, l’adjoint de l’envoyé spécial des Nations unies Kofi Annan a dit mercredi au Conseil des droits de l’homme de l’ONU (UNHRC) que la violence à l’intérieur de la Syrie avait « atteint ou même dépassé » les niveaux existant avant l’accord de cessez-le-feu du 12 avril négocié par ce dernier au nom de l’ONU et de la Ligue Arabe. Il a ajouté que le plan de six points d’Annan « n’est pas appliqué. »

 

L’UNHRC a reçu une mise à jour de la commission d’enquête internationale sur les événements en Syrie qui a mis en garde que le conflit était rapidement en train de devenir une guerre civile sectaire.

 

« Là où précédemment des victimes étaient ciblées sur la base de leur sentiment pro ou contre le gouvernement, la CoI [Commission d’enquête internationale] a enregistré un nombre croissant d’incidents où les victimes semblent avoir été ciblées en raison de leur affiliation religieuse, » précise le rapport.

 

Une grande partie de ce document est consacrée au massacre de Houla, au Nord-Ouest de la ville Homs, le mois dernier. Washington et les autres puissances occidentales ainsi que les médias de masse à l’Ouest se sont saisis de ce meurtre d’une centaine de civils pour exiger l’éviction immédiate du régime d’Assad qu’ils rendent responsable de la tuerie.

 

Des rapports ultérieurs sont apparus, écrits notamment pour un influent quotidien allemand, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui a relaté les témoignages de témoins oculaires, dont des adversaires du régime Assad, comme quoi les véritables auteurs du massacre étaient des éléments de l’Armée syrienne libre et les victimes des membres de la minorité religieuse chiite ainsi que des partisans présumés du gouvernement.

 

Le rapport soumis à l’ONU reconnaît que l’enquête ne pouvait pas assurer avec certitude qui avait commis les meurtres. Il a avancé trois possibilités : « Premièrement, que les auteurs étaient des milices Shabbiha ou d’autres milices issues des villages avoisinants, agissant éventuellement de concert ou avec l’assentiment des forces de sécurité du gouvernement ; deuxièmement, que les auteurs étaient des forces anti-gouvernementales cherchant à intensifier le conflit tout en punissant ceux qui ne soutiennent pas – ou qui sont activement contre – la rébellion ; ou troisièmement, des groupes étrangers ayant une affiliation inconnue. »

 

La commission d’enquête, dit le rapport, « ne pouvait exclure aucune de ces possibilités, » bien que des responsables de l’ONU aient suggéré que les milices progouvernementales étaient les suspects les plus probables.

 

Le rapport en soi a toutefois donné des preuves du contraire y compris des informations selon lesquelles les victimes comprenaient un membre en retraite et un membre actif des forces de sécurité syrienne, et qu’un des enfants tués portait un bracelet montrant le drapeau syrien. Il a aussi fait état du témoignage selon lequel les tueurs avaient « le crâne rasé et de longues barbes », laissant penser à des forces islamistes sunnites pouvant aussi être des combattants étrangers mobilisés contre le régime.

 

La Russie qui jusque-là s’est opposée à la demande, mise en avant en premier par les Etats-Unis, de changement de régime en Syrie, a critiqué le rapport de l’ONU pour n’avoir pas reflété l’ampleur des violences déclenchées par les « rebelles » soutenus par l’Occident.

 

Le rapport « ne reflète pas l’ampleur de la violence commise par les militants, » a dit Vassily Nebenzya, le directeur du département pour la coopération humanitaire et les droits humains au ministère russe des Affaires étrangères. Ces forces, a-t-il dit, « tuent ou prennent en otage des civils, des activistes politiques, de l’Etat, des municipalités, publics et religieux connus, ainsi que des pèlerins. »

 

Il a ajouté: « Les institutions d’Etat et les installations d’infrastructure sont attaquées quasiment tous les jours. Une guerre larvée bat son plein. Des militants commettent des actes sanglants de terrorisme dans les villes syriennes. » Cette violence, a dit Nebenzya « est alimentée par de l’argent et des armes venus de l’étranger. »

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 03:14

Ah croyez-le, ils mettent le paquet pour descendre Assad. Ils ont envie de lui faire subir le même sort qu'a Saddam Hussein et Kadhafi. A signaler que leurs trois pays étaient laïcs, ce qu'explique très bien Mr Asselineau dont nous poserons l'interview plus tard. Heureusement que Poutine est là sinon, la Syrie serait aussi ruinée que l'Irak et la Libye.

 

Quand on voit faire ces Elites criminelles, on juge du pourrissement de notre monde. Il est temps que quelque chose se passe pour purifier l'atmosphère devenue de plus en plus irrespirable par la faute de ces dirigeants sans Conscience qui prennent les Peuples en otage.

 

Nous pouvons les juger sans complexe à leurs oeuvres méprisables. Eux qui critiquent Vladimir Poutine, ils ne lui arrivent pas à la cheville. Ils n'arrivent même à l'orteil du plus petit d'entre nous. Ils sont si vils que leur face porte les traces de la noirceur de leur Âme. Qu'ils continuent donc de financer le terrorisme avec l'argent qu'ils nous escroquent, ils vont bientôt recevoir leur salaire pour tous leurs crimes. Le sang versé en Syrie est en train de faire déborder le vase qu'ils seront obligés de boire jusqu'à la lie. Nous attendons ce moment qui ne saurait tarder.

 

 

 

 

La CIA envoie des cargaisons d'armes aux « rebelles » syriens

 

 

 

Par  Bill Van Auken

 

 

 

Le New York Times a indiqué jeudi que des agents de la CIA ont été déployés en Turquie pour organiser l'armement des prétendus rebelles syriens qui cherchent à faire tomber le gouvernement de Bashar el-Assad.

 

Ce reportage, qui citait des informations données par des responsables américains de haut rang ainsi que par des officiers du renseignement de pays arabes, affirme que les agents de la CIA organisent une opération de contrebande massive par laquelle « des armes automatiques, des roquettes, des munitions et certaines armes anti-chars sont expédiées principalement en passant par la frontière turque grâce à un réseau d'intermédiaires aux contours assez flous, mais comprenant les Frères musulmans syriens, et financé par le Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie. »

 

La veille de la publication de l'article du Times, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Victoria Nuland, avait réaffirmé la ligne officielle du gouvernement d'Obama : « Nous avons dit à plusieurs reprises que nous ne sommes pas impliqués dans l'armement en Syrie. » Puis elle a dit que l'ambassadeur syrien aux Nations unies, Bashar al-Jaafari, « était dans l'erreur » lorsqu'il a accusé les grandes puissances étrangères de soutenir « des groupes terroristes armés » dans son pays et d'essayer de faire dégénérer la crise syrienne jusqu'à « l'explosion » pour réaliser un « changement de régime. »

 

L'article du Times ne fait que confirmer de précédents articles de presse et apporte des détails supplémentaires qui contribuent à révéler au grand jour cette opération, à peine cachée, visant à fomenter et armer une guerre civile sectaire en Syrie.

 

Le mois dernier, le Washington Post faisait savoir que les prétendus rebelles avaient « commencé à recevoir bien plus d'armes, et de meilleure qualité, ces dernières semaines, un effort financé par les nations du golfe Persique et coordonné par les États-Unis. » Le Post, dans son article du 16 mai, déclarait également que des agents américains avaient « développé les contacts avec les forces de l'opposition pour fournir aux pays du Golfe une évaluation de la crédibilité des rebelles et de leurs infrastructures de commandement. »

 

Et la semaine dernière, le Wall Street Journal indiquait que « l'Agence de renseignements centraux [CIA] et le ministère des Affaires étrangères – en collaboration avec l'Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar et d'autres alliés – aident l'Armée syrienne libre d'opposition à développer des voies logistiques pour faire entrer du ravitaillement en Syrie et lui donner une formation aux moyens de communication. »

 

Le résultat de cette opération a été une intensification très nette de la violence armée en Syrie, avec un pic du nombre de soldats syriens tués et blessés ainsi qu'une prolifération des attentats terroristes.

 

Les déclarations du gouvernement d'Obama selon lesquelles il n'arme pas les milices syriennes pour faire tomber le gouvernement d'Assad ont été entièrement démenties. Ses affirmations s'appuient sur la fiction qui voudrait que l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, se chargent seuls de l'armement pendant que les agents de la CIA ne feraient que « surveiller » les rebelles syriens pour s'assurer que les armes ne tombent pas entre de mauvaises mains. Aucun de ces pays ne mènerait ce genre d'opération sans l'accord de Washington.

 

L'article du Times cite un responsable américain de haut rang, dont le nom n'est pas cité, qui aurait affirmé que la CIA travaille à la frontière turco-syrienne « pour aider à s'assurer que les armes ne tombent pas entre les mains de combattants alliés à Al Quaida ou à d'autres groupes terroristes. »

 

De telles affirmations sont absurdes. La réalité c'est que l'opération montée par la CIA contre la Syrie ressemble à s'y méprendre à celle qu'elle avait menée dans les années 1980 le long de la frontière pakistano-afghane, lorsque l'Arabie saoudite avait également fourni l'essentiel des fonds pour acheter des armes et qu'Al Quaida était née comme un allié et un instrument, de la politique impérialiste américaine.

 

Il y a des preuves de plus en plus nettes que les éléments islamistes en Syrie et dans les pays arabes alentours sont la colonne vertébrale de la rébellion soutenue par les impérialistes et qui veut un changement de régime en Syrie. L'Associated Press a publié un long reportage jeudi sur des jihadistes tunisiens accourant vers la Syrie. Il indique que des prêtres fondamentalistes islamistes incitent les jeunes à s'embarquer pour la Syrie pour faire tomber le régime « infidèle ».

 

D'après un reportage plus ancien publié dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Au moins 3000 combattants » libyens sont entrés en Syrie, la plupart par la Turquie. D'autres forces semblables ont franchi la frontière depuis l'Irak pour mener une lutte sectaire de la même veine que celle qui a entraîné un bain de sang entre sunnites et chiites dans ce pays sous l'occupation américaine.

 

La conséquence, comme le rapporte l'AP, est que « les attentats suicides du style Al Quaida sont devenus de plus en plus courants en Syrie, et les responsables occidentaux disent qu'il ne fait pas de doute que des extrémistes islamistes, certains associés aux réseaux terroristes, ont fait des incursions en Syrie avec le développement de l'instabilité. »

 

D'un côté, Washington et ses serviteurs dans la région – l'Arabie Saoudite, le Qatar la Turquie – dispensent avec largesse les armes et les financements aux prétendus rebelles, alors que de l'autre, les grandes puissances cherchent à mettre le régime syrien en quarantaine et à épuiser ses ressources par des sanctions de plus en plus sévères et la pression internationale.

 

Tout en déversant secrètement des armes dans le pays, les responsables américains ont dénoncé la Russie parce qu'elle maintient des liens avec la Syrie, dernier allié de Moscou au Moyen-Orient et site de sa seule base navale en Méditerranée à Tartous. La ministre des Affaires étrangères Hillary Clinton a déchaîné une campagne de propagande contre Moscou, l'accusant à tort de fournir de nouveaux hélicoptères d'attaque russes à la Syrie.

 

La Russie a répondu qu'il n'y a pas de nouveaux hélicoptères, mais qu'elle envoie en fait d'anciens appareils que la Syrie avait achetés il y a des dizaines d'années et qui étaient en Russie pour réparations. Le navire qui transportait les hélicoptères rénovés, le MV-Alaed immatriculé à Curaçao, a été contraint de faire demi-tour vers le port russe de Mourmansk jeudi après que le gouvernement britannique a forcé une compagnie d'assurance installée à Londres à résilier son contrat sur celui-ci. Les médias ont relaté que le gouvernement britannique avait envisagé d'utiliser la force armée pour aborder ce navire.

 

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergei Lavrov a dénoncé la manœuvre britannique comme une tentative d'imposer des sanctions unilatéralement contre d'autres pays. « Les sanctions de l'UE ne sont pas du droit international, » a-t-il dit, jurant que la cargaison sera transbordée sur un navire sous pavillon russe et renvoyée vers la Syrie.

 

« C'est une pente très dangereuse, » a déclaré Lavrov à la chaîne de télévision Russia Today. « Cela veut dire que n'importe qui – n'importe quel pays ou n'importe quelle entreprise – peut, sans avoir violé aucune norme internationale, sans avoir violé aucune résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, être soumis à l'application extraterritoriale de sanctions unilatéralement décidées par quelqu'un d'autre. »

 

Ce qui était peut-être plus inquiétant pour la Grande-Bretagne et les autres grandes puissances, c'est que le navire contraint de faire demi-tour avait dans sa cargaison, en plus des hélicoptères datant de l'ère soviétique, ce qui a été décrit comme étant un nouveau système perfectionné de défense antiaérienne. Un tel système pourrait se révéler un obstacle à une tentative des États-Unis et de l'OTAN de rééditer le genre de campagne de bombardement utilisé pour renverser Mouammar Kadhafi.

 

Sources : WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 03:00

Alors voilà le genre de videos que nous trouvons sur Youtube sur des chaînes censées se battre pour la "Révolution Syrienne". Un de nos amis syrien l'a posée sur sa page et mise à notre disposition. Car il faut bien savoir qu'il existe tout un réseau de vrais Patriotes vivant en Syrie qui savent exactement ce qu'il s'y trame. Ils ne sont pas comme l'Elite de la pseudo Armée Libre de Syrie planquée en Angleterre ou comme ceux qui vivent en France et servent d'autres intérêts que ceux du Peuple Syrien, le Vrai. On est obligé de préciser.

 

Ici, nous est présentée une voiture téléguidée et bien piégée pour perpétrer des attentats en Syrie. Est-il normal que Youtube publie ce genre de video ? Est-il normal que des individus filment un engin qui va semer mort et destruction, le présentent à un public d'internautes comme si c'était un paquet de cacahuètes et que ceux qui nous bassinent avec la guerre au terrorisme n'y trouvent rien à redire ? Qu'en pensent Fabius et Hollande ? Est-ce normal ?

 

Si nous, demain, nous fabriquions la même chose, ici, en France et que nous vous en faisions la démonstration, que se passerait-il ? Nous donnerait-ON une médaille ? Ou bien finirions-nous comme Mohamed Merah qui, lui, n'a rien fait, pour nous c'est une certitude. Le vrai terroriste court toujours. On le couvre. On le cajole.

 

Alors, ce genre d'engin de mort, il en rentre chaque jour en Syrie et cela cause des terribles ravages qui tuent des milliers de Syriens. Cela ne touche pas dans leur chair, bien évidemment, ceux qui vivent planqués en Angleterre ou en France et font la Révolution en se faisant les complices de ces assassins dont ils nient la présence sur le sol Syrien.

 

Nous demandons à Hollande et à Fabius si ceux qui utilisent ces machines infernales sont des "manifestants pacifiques désarmés" ou des terroristes ? Ces individus dangereux veulent-ils apporter la Paix et la Démocratie aux Syriens ? Leurs méthodes sont-elles légitimes et légales ?

 

Or, l'Armée d'Assad combat ces assassins qui prennent le Peuple Syrien en otage. Le paradoxe étant que lorsqu'ils en tuent, on nous présente ces énergumènes comme des victimes innocentes. C'est du moins le travail de l'Observatoire des Droits de l'Homme Syrien qui n'est qu'une sinistre plaisanterie. Il appelle civils tués ces tueurs fous. Pour nous, l'Armée d'Assad a fait du bon travail, elle a tué des terroristes qui massacrent le Peuple Syrien. La Vérité, c'est celle là. Pas celle de Fabius ou d'Hollande.

 

 

 

Au cas où la video disparaîtrait, vous pourrez la visionner ICI.

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 20:10

La Vie ne vaut pas cher en Syrie. On devrait y parachuter incognito Hollande et Fabius, ainsi ils verraient de visu qui tue les Syriens, mais, de surcroît, ils ne pourraient plus nier l'existence de ces atroces sanguinaires ou les camoufler, comme ils le font à présent.

 

Parce qu'ils savent très bien que ces hordes existent, la preuve étant qu'ils les aident et, nous reparlerons avec plus de précision des "50 soldats" français qui ont disparu au Liban alors qu'ils devaient "soit-disant" rejoindre la Finul. Nous allons demander des comptes sur cet envoi militaire payé avec l'argent du contribuable Français. Nous voilà devenus, par procuration, les complices des terroristes d'Al Qaïda, c'est-à-dire des pires assassins existants sur la planète. Des égorgeurs, des violeurs, des coupeurs de tête.

 

Vous pouvez visionner leurs oeuvres sur des centaines de chaînes Youtube où ils ont pignon sur rue. Ils montrent les victimes qu'ils ont massacré de la plus ignoble des façons et attribuent ces massacres aux soldats d'Assad. De la boucherie à l'état pur qu'ils prennent plaisir à filmer et à commenter.

 

Vous entendrez le commentaire dans cette video qui n'est pas "sanglante", nous n'en poserons d'ailleurs aucune ici, mais nous vous donnerons les liens où vous pourrez les voir. Dans cette video, donc, on voit un homme qui marche dans la nuit, devant les phares de leur voiture, puis ils le tirent comme un lapin, alors qu'il est de dos. Et nul doute qu'avant de le laisser filer pour l'abattre, il a dû passer un sale quart d'heure. Ceci prouve le grand courage de ces vermines. Comme raison, ils disent que c'est un Shabiha, leur grand mot, leur grande invention.

 

Mais la vraie raison, c'est qu'il faut qu'il y ait des victimes pour incriminer Assad.

 

 

 

Si cette video disparaît de youtube, vous pourrez la visionner ICI.

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:46

 Vous avez là une idée de comment le terrorisme est éradiqué ! On entraîne les tueurs puis on leur fait des contrats pour qu'ils aillent assassiner là où ça chante aux dirigeants occidentaux. Nos gouvernements sont donc les complices de ces criminels.

 

Chaque Syrien qui tombe en notre nom est une victime de trop. Puisqu'ils envoient des assassins pour miner le pays d'Assad, il serait de bon ton de former une autre force -qui se battrait vraiment pour les Syriens martyrisés par ces crapules- afin de tous les éradiquer, les uns après les autres. Vu les atrocités qu'ils perpètrent, ces sinistres individus ne méritent pas de vivre. Si on les prenait chez nous, ils iraient tout droit en taule, à moins qu'ils ne finissent comme Mohamed Merah qui n'a commis aucun crime, mais pendant ce temps là, le vrai terroriste court toujours !

 

Ce qui signifie que les services secrets sont avec les terroristes, qu'ils couvrent, financent, arment, et aident à massacrer.

 

Dans ces conditions, à quoi servent les services secrets ? Quelle est leur utilité ? Générer le terrorisme pour déstabiliser les autres pays ? Perpétrer des atrocités ?

 

Les services secrets français ne valent pas mieux, aujourd'hui, que la CIA ou le Mossad en ce qui concerne l'ingérence criminelle.

 

L'Argent du Contribuable finance leurs crimes. Nous nous retrouvons donc associés -malgré nous- à toutes les exactions qu'ils commettent. Nous accusons donc les services secrets français de crimes de guerre et demandons à ce qu'ils soient jugés et condamnés pour les meurtres de masse en Libye et en Syrie et pour la ruine de ces deux pays. Pas de pitié pour la canaille !

 

 

 

Djihadistes, salafistes et mercenaires : les nouvelles brigades internationales du nouvel ordre mondial

 

 

par Léon Camus

 

 

 

La guerre qui se livre sur le sol syrien n’est pas une guerre civile mais une guerre classique dont les combattants proviennent (majoritairement) de l’extérieur. Il s’agit non d’une assertion gratuite mais d’un fait établi de notoriété publique, connu de toutes les chancelleries et Services de renseignement.

 

Les médias français ne font d’ailleurs pas exception à la règle, telle France culture qui, au cours de l’une de ses récentes matinales, y a fait très ouvertement allusion comme d’un fait allant de soi… Mieux encore dirigeants israéliens ou américains eux-mêmes ne s’en cachent pas. Début mars, les forces loyalistes auraient ainsi procédé, lors de la chute des bastions islamistes d’Homs, à l’arrestation de quelques 600 militants et 118 combattants étrangers (dont des ressortissants français a-t-on dit à l’époque) et mercenaires des pays arabes…. Le 20 mai la Tunisie reconnaissait par la voix d’Ali Arid, son ministre de l’Intérieur, la présence de combattants tunisiens en territoire syrien : « Nous sommes désormais certains de la présence de jeunes tunisiens dans les prisons syriennes et de la mort d’autres sur le terrain alors que le reste combat toujours aux côtés des hommes armés dans ce pays » !

 

Libération le 23 mai, évoquait également, de façon très convaincante, un anodin tourisme djihadiste « Sur le terrain, la présence de combattants étrangers est confirmée par des responsables de la révolution… Il y en a actuellement quelques dizaines dans le pays, essentiellement des Libyens. En général, ils viennent pour quelques semaines avant de repartir chez eux ». Le Figaro du 21 mai se montrait quant à lui moins exagérément timoré « Plusieurs centaines de combattants étrangers ont afflué pour renverser le régime de Bachar el-Assad. Parmi eux, des Français, dont cinq ont été arrêtés au Liban ». Jeune Afrique 9 mai : « Le 11 février, le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, appelait les musulmans de la région à soutenir la rébellion. Depuis, les attentats se multiplient à Alep et à Damas, et les djihadistes affluent de l’étranger. Le 20 avril, le très recherché terroriste libanais Abdel Ghani Jawhar est mort à Al-Qusayr dans l’explosion de la bombe qu’il était en train de poser. À Bagdad, la teinte confessionnelle prise par la révolte syrienne trouve un écho dans la crise au sommet de l’État… entre les sunnites et les chiites, lesquels contrôlent désormais le pays ».

 

Sur ce sujet, l’on se reportera utilement au “Dossier Syrie“ du bien documenté site antimondialiste “Internationalnews.fr“. On insistera non plus jamais assez sur le rôle du Qatar dans l’envoi de combattants fanatiques ou de mercenaires en Syrie (avec la bénédiction de Washington, d’Ankara de la Ligue arabe et particulièrement de Ryad) à partir de la Turquie où les commandos disposent d’une base d’entraînement, ou de la Jordanie, de l’Irak et du Liban. Le Qatar, pétromonarchie wahhabite, dont le territoire a abrité en 2003 la base opérationnelle des forces américaines et en 2011 a fait participer cinq mille de ses soldats d’élites à la révolution “spontanée“ de Libye. Des ingérences si manifestes qu’au final elles ont fini par franchir les pourtant hautes barrières de la bienséance diplomatique… ainsi Vitaly Churkin, représentant de la Fédération de Russie au Conseil de sécurité, accusant Ian Martin, représentant spécial en Libye du Secrétaire général des NU Ban Ki-moon, d’avoir utilisé des dispositifs onusiens destinés aux réfugiés syriens pour acheminer en Turquie des combattants d’Al Qaeda !

 

Ajoutons pour faire bonne mesure que le 16 mai, l’Agence officielle russe RIA Novosti signalait que des “Syriens“ avaient suivi des entraînements à la guérilla et la propagande armée dans des bases vraisemblablement américaines du Kossovo. Information reprise par le président Bachar al-Assad sur Rossia 24 : « Nous disposons d’informations confirmant qu’un groupe d’opposants syriens s’est rendu au Kossovo pour y acquérir de l’expérience en matière d’intervention armée, en matière de démarches à accomplir pour amener l’Otan en Syrie ».

 

Fin avril, l’agence de presse serbe Tanjug, reprenant les déclarations du dissident syrien en exil Ammar Abdulhamid, avait annoncé que les rebelles bénéficieraient l’expérience de l’ex Armée de libération du Kosovo, l’UCK, officiellement dissoute en 1999 de sinistre renommée… en référence au trafic d’organes humains prélevés sur des prisonniers, coupable commerce auquel elle se serait livré sous la houlette de l’actuel Premier ministre kosovar, Hachim Thaçi, à l’époque du proconsulat du Dr. Kouchner alors Haut représentant du Secrétariat général de l’Onu au Kossovo.

 

SourcesMediabenews

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:33

 Lorsque ce massacre odieux a été perpétré, tous les dirigeants occidentaux ainsi que les medias prostitués l'ont attribué aux forces armées syriennes, sans prendre la peine de mener une enquête sérieuse sur les faits réels qui se sont déroulés en ce lieu. Comme il s'en déroule dans de nombreux autres endroits.

 

La tactique des terroristes salafistes wahhabites est la suivante : pour que ce que l'on nomme la "communauté internationale" intervienne en Syrie avec armes et bagages, ces tueurs sans foi ni loi tuent des innocents puis après les avoir assassinés, ils les exhibent et filment leurs oeuvres sanglantes en gueulant comme des putois que ce sont les soldats syriens qui ont commis ces crimes.

 

En chialant Wallah Wakbhar, il faut les voir se lamenter devant les malheureuses victimes qu'ils viennent d'occire, le plus souvent à l'arme blanche, leur arme préférée venue tout droit d'Arabie Saoudite. Des centaines de sabres, de machettes, de gros couteaux et autres joyeusetés ont été saisies par les forces de sécurité syriennes. Si vous ne nous croyez pas et pensez que ces méthodes d'un autre temps n'ont plus cours, voici la video qui prouve ce fait... en précisant que ceux qui sont chargés de sabrer et découper les corps ne sont pas les mêmes que ceux qui torturent et assassinent. Les Barbares ont leurs codes, leurs rites, leur hiérarchie propre... et on les reconnait le plus souvent à leur bandeau noir avec des lettres blanches, signature d'Al Qaïda... voyez les outils...

 

 

Si la video disparaît, vous pourrez la voir ICI.

 

Ces infâmes assassins saignent les Syriens comme des moutons, mais pas qu'eux d'ailleurs. Puis, une fois leurs méfaits accomplis, ils font semblant de chialer comme des madeleines en nous donnant du "wallah wakhbar" en veux-tu en voilà. Ce que nous vous disons là est la Pure Vérité. Nous possédons d'ailleurs quelques videos où on peut les voir en pleine action. Pas beaucoup, parce qu'il est évident que pour leur propagande destinée à duper les médias et le populo, ils coupent les scènes où ils assassinent les civils. Mais cependant, parfois ils coupent "mal", comme vous pourrez le constater dans leurs chefs-d'oeuvres que nous vous présenterons plus tard...  

 

Il n'y a rien de plus pervers, de plus vicieux, de plus machiavélique que ces ignobles criminels qui guident les journalistes aveugles au milieu de leurs carnages. Quand ils ne les assassinent pas pour accuser les forces armées syriennes. Là aussi, les preuves pulullent. Or, ces assassins sont une composante essentielle de ce que l'on appelle l'Armée Libre de Syrie. En vérité, une armée de tueurs financés et armés par l'Occident, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie et autres pays qui se sont donnés comme rôle principal d'abattre Assad.

 

Tout est bon pour lui imputer des crimes qu'il n'a pas commis. Les crimes que son Armée ne commet pas sont commis à sa place par ces hordes de fanatiques qui ont pour croyance que chaque être humain tué de leurs mains est "un mouton qui sert leur cause et mérite donc d'être sacrifié puis envoyé au "Paradis" où il sera récompensé parce qu'on lui aura ôté la vie". Penser ceci prouve déjà le degré de Conscience de ces engeances manipulées et endoctrinées par des prédicateurs salafistes sensés éduquer la jeunesse. Nous vous en présenterons quelques uns et vous verrez que leur discours haineux ne vise qu'à une chose : éradiquer tous ceux qui ne sont pas salafistes. Assad étant Allaouite, il est donc l'ennemi à abattre car ils veulent salafiser la Syrie qu'ils nomment le Cham ! Le Cham, selon eux, est Islamiste et non pas Allaouite. Pour vous donner un aperçu de ce qui les taraude...  Puis, lorsque "les moutons ont été sacrifiés", ils les affichent, sans vergogne, sur Youtube où notre presse, complice de ces barbares, puise ses informations ! Il faut des victimes, que diable ! Ne lésinons pas sur les moyens à employer. Ils utilisent, de fait, la même méthode déjà éprouvée en Libye. Mais personne n'en parle, ce qui nous met hors de nous. Hors de nous, parce que nous pensons aux pauvres Syriens restés dans leur pays et qui subissent les pires turpitudes à cause de ces sanguinaires qui n'y vont pas par quatre chemins. Car, en effet, ils leur font du chantage... soit les Syriens les suivent dans la pseudo-révolution, soit ils meurent assassinés lâchement par ces malades mentaux.

 

Il faut voir ce qu'endurent tant les civils que les militaires qui ont le malheur de tomber entre leurs mains. Le mot "calvaire" est en dessous de la réalité. Nous n'avons pas affaire là à des gens d'Honneur, certes non. Parce qu'ils n'en ont aucun. La Vie pour eux n'a pas d'importance. Ils tuent même les animaux que cela soit dans les zoos ou ailleurs. Nous possédons une video où on l'on voit ces crapules massacrer des ânes qu'ils ont rassemblé. Ils se sont déguisés en soldats syriens pour l'occasion, afin d'accuser les forces d'Assad. Ils sont tellement innommables que si nous avions cette vermine en face de nous, nous ne ferions pas de quartier. Des individus de cette sorte ne méritent pas de vivre. Même les nazis ne leur arrivaient pas à la cheville, notamment en  ce qui concerne la capture des soldats ennemis. Nous sommes allés sur les chaînes Youtube de ces infâmes pour leur dire ce que nous pensions d'eux et de leurs méthodes. Nous leur avons cité le cas d'un de nos grand-oncle qui a été fait prisonnier de guerre par les Allemands en 1940. Et bien qu'il soit juif, il a été détenu pendant cinq ans dans une ferme. Et il en est ressorti vivant.

 

Tandis qu'eux, quand ils attrapent les militaires syriens, ils leur font subir mille supplices avant de les liquider. Mais avant de les "finir", ils les torturent et les obligent à poser devant leur caméra où ces pauvres soldats sont forcés de dire qu'Assad leur a bien ordonné de tirer sur les civils, de violer les femmes et de piller les maisons. Qui parle de cela dans la presse ? Nous allons vous poser deux videos où vous pourrez constater ces faits et voir la douleur de ces pauvres hommes. Car, quoiqu'on en dise, les militaires d'Assad sont là pour protéger leur pays de ces vandales salafistes qui terrorisent les populations, violent les femmes, pillent tous les biens qui ont de la valeur dans les maisons des civils. Et ces fumiers accusent les autres de leurs ignominies. Le triste drame qui se joue en Syrie a assez duré ! Nous ne pouvons participer davantage aux massacres des Syriens par ces créatures qui se repaissent de sang et de crimes avec la complicité tant de nos gouvernements que de nos medias. Il faut que la Vérité voit le jour. Et elle le verra.

 

Parce que ce qui nous met hors de nous, c'est qu'on entend les bien-pensants dire qu'ils veulent libérer les Syriens du joug d'un soit-disant dictateur, mais cela ne les gênent nullement que ces hordes de barbares assassinent des dizaines de personnes tous les jours, et de la plus cruelle des façons. Le deux poids deux mesures doit se terminer une fois pour toutes.

  

Car Juppé, puis après lui, Fabius avec Hollande accusent délibérément Assad de toutes les ignominies mais passent sous silence les atrocités perpétrées par les vrais criminels. Vous  n'entendez jamais dire que les gangs salafistes ou takfirs d'Al Qaïda sont présents sur le territoire syrien. Jamais. Mieux, leur propagande mensongère fait que l'on ne croit pas ce que disent les autorités syriennes. Et pourtant, elles ne disent que la Vérité en incriminant ces bandes terroristes. Comme le faisait Kadhafi que le gouvernement Sarkozy a pris plaisir à ignorer, et pour cause... des soldats français et membres des services secrets étaient avec eux, les pseudos-rebelles Libyens, comme ils sont actuellement avec les mêmes "pauvres manifestants pacifiques désarmés" qui tranchent des gorges et perpètrent attentats sur attentats avec des voitures piégées qu'ils prennent plaisir à exhiber sur le net. En voici une... parmi tant d'autres... et notez le drapeau noir d'Al Qaïda, en signe de ralliement...

 

 

 Au cas où cette video disparaîtrait, vous pourrez la visionner ICI.  

 

Que dirait Fabius si ces hordes étaient en France ? Resterait-il les bras croisés en les regardant massacrer les Français, dynamiter les maisons, faire sauter les immeubles, assassiner les civils dans les rues et les chrétiens, détruire les églises à coups de missiles ou ravager les infrastructures ? Jusqu'à quand va-t-on tolérer que les terroristes et mercenaires dévastent la Syrie et accusent les forces armées de toutes ces horreurs ? Jusqu'à quand ce gouvernement va-t-il taire les exactions de ces criminels payés et armés pour ruiner la Syrie et abattre son chef ?

 

Jusqu'à quand va-t-on couvrir le massacre des Syriens par ces crapules inhumaines et laisser faire ?

 

Les terroristes, on n'en veut pas chez soi, mais les aider à ravager d'autres pays ne dérange personne, apparemment. Belle pratique ! Ce gouvernement n'a pas honte ! Mais ce gouvernement n'a pas à participer au génocide d'un Peuple et à nous coller ces crimes sur le dos. Nous n'avons rien à faire en Syrie, tout comme nous n'avions pas notre place en Libye. Au lieu de dépenser des millions à faire des guerres sanglantes, il serait plus judicieux de s'occuper des Français les plus précaires.

 

Si nous étions à la place des dirigeants actuels, nous ne soutiendrions pas ces criminels dans leurs abominations, bien au contraire. Nous aiderions Assad à se débarrasser de ce cancer qui mine son pays. Nous enverrions nos meilleurs hommes et mettrions à sa disposition des moyens efficaces. Car c'est cela qu'il faut faire. Et non aider ces assassins commandités par l'Arabie Saoudite.

 

Aussi que la honte rejaillisse sur tous ceux qui assassinent le Peuple Syrien par l'intermédiaire de ces hordes de barbares. Il est écrit, quelque part, que tout se paye. Que Fabius et Hollande s'attendent donc à recevoir l'addition, un jour ou l'autre. On ne peut impunément bafouer le droit, et au nom de la Liberté et de la Démocratie aider les Assassins et laisser mourir des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. Faut-il avoir bien peu de Conscience pour se conduire d'une façon aussi abjecte.

 

 

Le massacre de Houla a été perpétré par l’Armée syrienne libre, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung

 

 

par Chris Marsden

 

 

Le massacre de Houla du 25 mai dernier a été perpétré par les forces d’opposition en accord avec l’Armée syrienne libre (ASL), selon le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

 

Le compte rendu réfute la version officielle des Etats-Unis et des autres principales puissances et qui a été reprise aveuglément par les médias. Le massacre avait été attribué à des forces pro-gouvernementales et utilisé pour intensifier l’offensive de propagande en faveur d’une intervention militaire contre le régime de Bachar al-Assad. Sans fournir la moindre preuve tangible, les Etats-Unis et leurs alliés ont affirmé que soit l’armée syrienne, soit les milices pro-gouvernementales Shabiha avaient perpétré le massacre de plus d’une centaine de personnes.

 

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 7 juin a publié un article écrit à Damas par Rainer Hermann, qui a fondé son article sur des enquêtes menées par des opposants qui s’étaient rendus dans la région et qui avaient recueilli des récits de témoins oculaires. Ils confirment en grande partie les comptes rendus donné par le gouvernement Assad des événements survenus à Houla.

 

« Ce qu'ils ont découvert contredit les affirmations des rebelles qui avaient imputé les faits aux milices Shabiha proches du régime, » écrit Hermann en ajoutant, « Comme des opposants rejetant l'utilisation de la violence ont été assassinés ou du moins ont été menacés dernièrement, ils n'ont pas voulu que leurs noms soient cités. »

 

Le massacre a eu lieu après la prière du vendredi et a débuté par une attaque des « rebelles » sunnites contre trois points de contrôle de l’armée syrienne autour de Houla. « Les points de contrôle sont censés protéger les villages alaouites aux alentours de Houla qui est majoritairement sunnite, » a rapporté le journaliste allemand.

 

Des renforts ont été envoyés par l’armée syrienne et les combats ont duré 90 minutes, durant lesquels des « dizaines de soldats et de rebelles ont été tués. »

 

C'est durant ces échanges que les trois villages de Houla ont été coupés du monde extérieur. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a écrit : « Selon des témoins oculaires, le massacre a eu lieu à ce moment-là. Parmi les morts se trouvaient presque exclusivement des familles des minorités alaouites et chiites de Houla, dont la population est à 90 pour cent sunnite. Plusieurs dizaines de membres d’une famille qui s’étaient convertis, au cours des années passées, de l’Islam sunnite à l’Islam chiite ont été massacrés. Figuraient également parmi les morts, des membres de la famille alaouite Shomaliya et de la famille d’un député sunnite du parlement qui était considéré comme un collaborateur. »

 

Le compte rendu continue: « Juste après le massacre, les auteurs auraient filmé leurs victimes, les décrivant comme des victimes sunnites et auraient diffusé les enregistrements vidéo sur internet. »

 

Ce compte rendu est une réfutation dévastatrice de la campagne de propagande menée par Washington, Londres et Paris, avec l’aide du Conseil national syrien, de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) et d’une presse occidentale docile.

 

Le jour des attaques, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, avait condamné, sans preuve à l’appui, « le degré inacceptable de violence et de sévices du gouvernement syrien, » dont le recours aux armes lourdes contre des populations civiles.

 

Le régime a remarqué que le massacre avait été fixé pour coïncider avec la visite de l’envoyé des Nations unies Kofi Annan à Damas. Il a relevé que les tueries de masse avaient été perpétrées pour miner le cessez-le-feu qu’Annan avait négocié. Peu de temps après, l’ASL qui est à présent accusée d’avoir commis le massacre, a dit ne plus vouloir respecter le plan de paix d’Annan. De nouvelles demandes en faveur d’une intervention militaire se sont faites plus pressantes.

 

L’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est renforcé par un rapport paru dans l’édition du 29 mars de Spiegel Online qui soulignait la pratique généralisée des exécutions sommaires perpétrées par l’ASL. Spiegel avait interviewé un membre d’une « brigade d’enterrement » de l’opposition qui avait « exécuté quatre hommes en leur tranchant la gorge. »

 

Parmi ses victimes l’on comptait un soldat chiite de l’armée syrienne qui, ayant « été battu pour faire des aveux ou ayant été terrifié à mort, avait commencé à bafouiller des prières. »

 

La brigade d’enterrement tue et « laisse le soin de torturer à d’autres ; c’est à cela que sert la soi-disant brigade d’interrogatoire, » écrit le Spiegel.

 

Cet article fait remarquer qu’alors que 150 prisonniers reconnus de l’armée syrienne ont été exécutés « les bourreaux de Homs se sont davantage occupé des traitres dans leur propres rangs. »

 

« Si nous attrapons un Sunnite en train d’espionner, ou si un citoyen trahit la révolution, nous l’exécutons, » a expliqué un opposant. « Selon Abu Rami, la brigade d’enterrement de Hussein a tué entre 200 et 250 traitres depuis le début du soulèvement. »

 

Des articles présentant également un intérêt immédiat figurent sur le site du Monastère Saint Jacques le Mutilé à Qara en Syrie. Le 1er avril, mère Agnès-Mariam de la Croix avait rapporté un incident survenu dans le quartier de Khalidiya à Homs dans lequel l’ASL avait rassemblé des otages chrétiens et alaouites dans un immeuble avant de le faire exploser à la dynamite. L’ASL avait rejeté ensuite la responsabilité sur l’armée syrienne.

 

Elle a également relaté que la famille Al Amoura du village d’Al Durdak, dans la région de Homs, a été exterminée par des terroristes Wahhabi. Quarante et une personnes de cette famille ont été égorgées le même jour. »

 

Agnès-Mariam a déclaré que sur le million d’habitants de la ville de Homs, les deux tiers de la population avaient fui les lieux,  dont plus de 90 pour cent des chrétiens, en raison de l’activité « des francs-tireurs et des actes d’agression criminelle » contre les « minorités alaouites, chrétiennes, chiites et beaucoup d’autres Musulman ‘modérés’ qui n’ont pas souhaité participer aux activités dissidentes. »

 

Elle a écrit que lors de nombreuses attaques sectaires « …des gens étaient mutilés, avaient la gorge tranchée, étaient éventrés, dépecés, jetés dans des coins de rues ou dans des poubelles. On n’a pas hésité à tirer sur des enfants à bout portant pour créer la détresse et le désespoir, comme ce fut le cas du petit Sari, le neveu de notre tailleur de pierre. De tels actes atroces ont ensuite été exploités médiatiquement pour en imputer la responsabilité aux forces gouvernementales. »

 

Même sans la possession de rapports aussi corroborants, le silence des médias du monde concernant l’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est surprenant. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung est une publication respectée, voire conservatrice, avec un tirage à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires et un lectorat quotidien dans 148 pays. Et pourtant, aucun grand journal n’a repris cet article parce qu’ils sont tous complices de la dissémination d’une propagande flagrante. On ne trouve littéralement rien dans les médias dominants occidentaux qui puisse être pris pour argent comptant.

 

Mais la question la plus importante suscitée par l’article du Frankfurter Allgemeine Zeitung est de savoir quel rôle les Etats-Unis ont joué dans le massacre lui-même. Visiblement, compte tenu de leurs contacts étroits avec l’Armée syrienne libre, et le soutien politique, financier et militaire accordé à l’ASL par les alliés régionaux de Washingtonl’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie – le gouvernement Obama aura été conscient que le massacre était l’oeuvre d’insurgés opposés au régime et non de l’armée syrienne, alors même que la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, et d’autres appelaient à des actions supplémentaires pour évincer Assad.

 

Il est tout à fait possible que Houla ait été un massacre « made in » Etats-Unis.

 

La politique américaine en Syrie a visé dès le début à attiser une insurrection sectaire basée sur les Sunnites dans le but de déstabiliser et d’évincer le régime alaouite d’Assad. Ceci est, à son tour, lié à des préparatifs américains en vue d’une attaque militaire contre l’Iran qui serait d’autant plus isolée au Moyen-Orient après la chute d’Assad, son principal allié dans la région.

 

En se fondant sur l'expérience de la Bosnie et du Kosovo, ceci a été perpétré non seulement en ayant parfaitement conscience qu'il en résulterait une lutte fratricide sanglante, mais aussi dans l’intention de provoquer une guerre civile et de fournir le prétexte à une intervention militaire présentée comme une intervention humanitaire.

 

Lundi, la porte-parole du département d’Etat, Victoria Nuland, a exprimé son « inquiétude » suite à des informations selon lesquelles le régime « pourrait organiser un autre massacre » dans la province de Lattaquié. « Les gens devront rendre des comptes, » a-t-elle prévenu.

 

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a intensifié la crise mardi en accusant la Russie d’envoyer des hélicoptères d’attaque au régime d'Assad et en accusant Moscou de mentir au sujet de ses livraisons d’armes.

 

Le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU est devenu entre-temps, le premier responsable à décrire le conflit syrien comme étant une guerre civile, et le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, à faire référence aux massacres de Houla et de al-Qubair, en accusant le gouvernement syrien de commettre des « crimes grotesques. »

 

(Paru en anglais le 13 juin 2012)

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 15:17

Il est clair et net que Vladimir Poutine a dû dire à Obama ses QUATRE VERITES. A savoir que l'on accuse le gouvernement Assad de tous les maux en Syrie, en passant copieusement sous silence la présence sur le Sol Syrien de milliers de criminels salafistes wahhabites portant le pavillon noir d'Al Qaïda, c'est-à-dire des terroristes, dans le sens le plus cru et strict du terme.

 

Sans doute, Poutine n'ignore-t-il point non plus qui les finance, en bon ex-agent du KGB, comme se plaît à le répéter la presse occidentale. Comme si avoir été un "espion" était une tare pour le président russe. On les entend moins flagorner sur les agents du Mossad ou ceux de France qui n'ont pas honte de s'afficher avec ce que l'on nomme les "rebelles", mais qui n'est qu'un ramassis d'assassins que l'on nous présente comme des "insurgés", des "déserteurs" de l'Armée Syrienne, ou comble de l'ironie, des "manifestants pacifiques désarmés". Voici une video ci-dessous vous montrant ces pacifiques à l'oeuvre. Imaginons qu'ils soient en France et fassent la même chose... à savoir qu'ils détruisent avec des missiles ou des roquettes les infrastructures étatiques, que feraient Hollande ou Fabius ?

 

 

 

Au cas où elle serait supprimée, vous pouvez voir cette video ICI. Nous avons répertorié toutes les videos des terroristes qu'ils affichent sur leurs sites youtube, sans vergogne !

 

Nous supposons qu'Obama doit être bien au courant de l'engeance présente sur le sol Syrien. Qu'a-t-il pu répondre à Vladimirovitch lorsque celui-ci lui en a parlé ? A-t-il pu répondre qu'il ignore leur présence ? Cela nous étonnerait fort...

 

 

 

La rencontre Obama et Poutine n’avait rien d’une plaisanterie

 

 

 

Difficile d’intituler la rencontre lundi à Los Cabos, au Mexique, entre Vladimir Poutine et Barack Obama « Bons baisers de Russie »...

 

Le président russe et son homologue américain, qui se sont retrouvés en marge du sommet du G20 dans cette station balnéaire mexicaine, ont fait le bonheur des amateurs de langage corporel, obligeant la Maison Blanche à rassurer la presse sur l’ambiance de la rencontre.

 

Lorsque Poutine a studieusement fixé le sol, est-ce qu’il voulait exprimer son désaccord avec les pressions d’Obama sur la Syrie ? Lorsqu’Obama a froncé les sourcils, est-ce que ça voulait dire que l’adjectif « sérieuses » utilisé par Poutine pour qualifier leurs discussions était en fait un euphémisme pour décrire un échange bien plus animé ? Et ce mince sourire arboré par Poutine lorsqu’il a invité Obama à Moscou, est-ce que c’est un indice d’un réchauffement entre les deux hommes ?

 

Les journalistes qui ont suivi la rencontre s’attendaient à une atmosphère glaciale, contrastant avec le déjeuner de M. Obama avec le prédécesseur de M. Poutine, Dmitri Medvedev.

 

Alors qu’Obama et Medvedev s’adressaient l’un à l’autre par leur prénom, à Los Cabos, Obama et Poutine se sont donnés du M. le président.

 

Assis côte à côte sur des chaises en rotin, ils sont restés plutôt raides lors de la traditionnelle séance photo au début de leur entretien. A l’issue de la rencontre, les deux hommes ont fait de courtes déclarations à la presse. M. Poutine, le visage sans expression, a parlé seul pendant deux minutes et demie, de son ton habituel d’ancien agent du KGB pressé d’en finir avec les rond-de-jambe diplomatiques. Obama, plus connu pour son emphase, a ensuite pris la parole d’une voix égale, résumant des discussions qu’il a qualifiées de « franches ». Son intervention a été quatre fois plus longue que celle de son homologue russe.

 

Alors que le président américain évoquait la situation en Syrie, un Poutine énigmatique s’est mordu la lèvre.

 

Lorsque les journalistes ont été écartés, les deux hommes regardaient droit devant eux, sans un mot.

 

La délégation américaine a eu fort à faire ensuite pour répondre aux questions de la presse sur le manque d’« alchimie » entre les deux hommes.

 

« Ce n’est pas la première fois qu’il y a un ’gestuelle-Gate’ avec les Russes », s’est exclamé Ben Rhodes, un responsable du Conseil à la sécurité nationale, en référence au Watergate ayant coûté la présidence à Richard Nixon.

 

Il faisait référence à une rencontre avec Medvedev l’an dernier en France, qui avait conduit la Maison Blanche à démentir toute friction avec Moscou.

 

L’ambassadeur des Etats-unis à Moscou Mike McFaul a recommandé aux journalistes d’étudier la gestuelle habituelle de M. Poutine, qui reflète généralement sa personnalité abrupte.

 

« C’est tout simplement son style. Je vous encourage vraiment à ne pas juger la qualité d’une relation à la façon dont quelqu’un s’asseoit », a-t-il dit.

 

En fait, ont assuré les responsables américains, si leurs discussions ont duré deux heures, c’est parce que les deux hommes ont voulu aller dans les détails, détailler clairement leurs divergences et leurs points d’accord.

 

Si M. Poutine avait voulu montrer sa déception après la rencontre, il l’aurait fait sans ambages, a fait remarquer M. Rhodes. « Quand il pense que la réunion a été mauvaise, il le fait largement savoir », a-t-il dit.

 

La délégation russe s’est montrée satisfaite de cette rencontre. Le ton des discussions de MM. Obama et Poutine n’était pas « dur », mais "constructif et ouvert, a déclaré le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.


Sources Russie net

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0